Vos textes publiés ici après soumission au comité de poésie de francopolis.







 
actu  
  archives

 

Jean Guy, sÚlection février 2004

Nous aurons tant marché...

 

Nous aurons tant marché de silence en douleur
Dans le creux des chemins filés de chardons bleus
De ces landes arides où le rocher affleure
Et jamais il ne pleut


Déraison de saison nous rêvions de fontaine
Pour s’y rincer le cœur à l’ombre d’une arcade
De torrents affolés et de vertes cascades
Pour y laver sa peine


Fatigués et si las comme un soldat vaincu
Nos mots d’amour criés nous faisaient une cage
Et le temps lourd pesait si lourd comme un orage
Qui n’éclatera plus


Mais le temps a passé comme un grand soleil d’août
Désertant les fenêtres à dix heures le soir
De cette pièce vide où l’on voudrait s’asseoir
Mais on ne sait plus où


Pauvres mots à mes lèvres à peine nés qu’ils meurent
Comme flocons d’avril échoués par erreur
Que les passants pressés écrasent sans avoir
Su les voir sans savoir

 

 

 

-> Vous désirez envoyer un commentaire sur ce texte? Il sera rajouté à la suite en entier ou en extrait.

 

-> Vous voulez nous envoyer vos textes?

Tous les renseignements dans la rubrique : "Comité de poésie"

Créé le 1 mars 2002

A visionner avec Internet Explorer