Sélection d’auteurs

http://www.francopolis.net/librairie/poesietitle.jpg

Vos textes soumis au comité de lecture poésie

ACCUEIL

SALON DE LECTURE

LECTURES - CHRONIQUES

CRÉAPHONIE

UNE VIE, UN POÈTE

D’UNE LANGUE à L’AUTRE  

FRANCO-SEMAILLES

VUE DE FRANCOPHONIE

LIENS &TROUVAILLES

ANNONCES

COUP DE CŒUR

PIEDS DES MOTS

GUEULE DE MOTS

SUIVRE UN AUTEUR

APHORISMES & HUMEURS

CONTES & CHANSONS

ÉDITION SPÉCIALE 

LES AUTEURS PUBLIÉS

LES ANCIENS NUMÉROS

LES FRANCOPOLISTES

 


Sélection novembre-décembre 2018

 

Rio DI MARIA

 

Fleurs mal habillées

 

Vouloir cette nuit le corps albâtre   la nue étendue

Silence pour lèvres en délire 

Caresse  Passe l’impasse

Ombres chinoises sur langues de feu

se croisent dans la chambre aveugle

 

Comment oublier le maître de l’albatros

sur le sofa du temps immobilisé

 

Toute la chaleur des fleurs mal habillées

pour une nuit entière

à expirer devant une feuille trop blanche

qui ne m’appartiendra jamais

 

Le chat incollable connaît le mot de passe de l’encrier

il miaulera toute une vie

et changer de rime n’ouvrira la porte à personne

 

Quand le baiser du diable embrase ton corps

il suffirait peut-être de retourner chez lui

pour savoir qui rit mieux dans la nuit

de l’étrange passion

tandis que passent les nuages … là-bas

 

M’endormir dans la folie de tes cheveux

aguerrit le doigt plongé depuis une éternité

au cœur du doute

 

Premier péril  Dernier cri de femme

encore dans les nuées

 

Flamme magique sur sein labouré

toute une jeunesse devient éruption

 

 

 

Guérir la phrase émouvante

 

Main mauve sur table infinie

 

Le tic tac de la mémoire colporte fredaines

 

Rire du troisième commandement de la tablette

acquitte l’œil aiguisé à la meule du devenir

 

La rampe éprouve le nuage

Le ciel émietté retrouve la pudeur du premier jour

 

Guérir la phrase émouvante qu’offre la page

quand l’encrier déborde

afflux de veine transparente

 

Quelle main se meut dans le crépitement des ombres

d’où s’envolent prières et cris

mensonges et rendez-vous mal accordés ?

 

Qui peut commencer l’épure du portrait

sur le miroir des adultères de l’ombre ?

 

Je lève l’ancre compromise

au fond de la bouteille

 

Tu peux guérir la flamme

la cicatrice ne cessera d’aguerrir la plaie

 

 

 

Ballet d’innocence

 

Et je me retrouve encore

à lancer des soleils dans l’eau

 

à affirmer autant qu’infiltrer

la chatoyance des petits bouts d’univers

 

à boire la lumière des tourbillons d’étoiles

qui volètent un instant d’éternité

 

Qui devine

ce ballet d’innocence ?

 

 

 

Somnambule des mots oubliés

 

Naviguez bateau sur mers de fleurs

l’histoire changera les noms des pays qui s’avancent

les églises sans portes évangéliseront le doute

et la raison la plus limpide

sera du côté des réponses sans questions

pour confondre le somnambule des mots oubliés

 

Les pas sans illusions

dorment dans la jungle des rêves à tue-tête

 

Les chants des tambourins de l’ombre

accrochent la danse des eaux mortes

aux poteaux du vent sans origines

 

 

 

Ta prière abrège l’agonie de l’instant

 

Mille miradors dans l’œil soulé

ainsi font les parfums dans la tête aiguisée

quand la rivière affronte l’ombre du feu

 

Tu parles de solitude

quand toutes les cartes maîtresses

se bousculent entre tes doigts aguerris

aux tremblements des cordes

qui envoûtent le silence

 

Ta prière abrège l’agonie de l’instant

que tu voudrais capter

comme ombre de femme

qui s’offre au bout du chemin

 

mais tu ignores l’onde de fleurs

arrivée de l’autre côté du trou noir

 

 

 

Retour à la sélection de novembre-décembre 2018

 

 

 

Accueil  ~ Comité Poésie ~ Sites Partenaires  ~  La charteContacts

 

web statistics

Créé le 1 mars 2002

A visionner avec Internet Explorer

 

</div>< /body>< /html>