Sélection d’auteurs

http://www.francopolis.net/librairie/poesietitle.jpg

Vos textes soumis au comité de lecture poésie

ACCUEIL

SALON DE LECTURE

LECTURES - CHRONIQUES

CRÉAPHONIE

UNE VIE, UN POÈTE

D’UNE LANGUE à L’AUTRE  

FRANCO-SEMAILLES

VUE DE FRANCOPHONIE

LIENS &TROUVAILLES

ANNONCES

COUP DE CŒUR

PIEDS DES MOTS

GUEULE DE MOTS

SUIVRE UN AUTEUR

APHORISMES & HUMEURS

CONTES & CHANSONS

ÉDITION SPÉCIALE 

LES AUTEURS PUBLIÉS

LES ANCIENS NUMÉROS

LES FRANCOPOLISTES

 


Sélection novembre-décembre 2018

 

Agnès KERBORIOU

 

 

LA NUIT

 

Dans les mirages de la nuit

Il y a des ombres

Que l’on prend parfois

Pour des fantômes.

 

Ils sortent tous les soirs

Avec leur cafard en poche

Et des hauts de forme

Strictement imaginaires

 

Au petit matin,

Ils se terrent.

Car tout noctambule

Plongé dans le jour

Se dissout, instantanément.

 

 

LES ANNÉES

 

La vieille dame au visage

Transparent de lumière

Passe douloureusement

S’appuyant sur une canne

Sculptée ou hasard de temps.

 

Elle s’arrête de longs moments

Et son regard différent flotte

Loin sur les canaux

Ou des bulles crèvent la surface

De souvenirs enfouis.

 

Ses mains gantées de noir

Posées sur le rebord

D’un petit pont de pierre

Pensent que les années sont lâches

Elles nous frappent

Et prennent aussitôt la fuite.

 

 

VOYAGES

 

Sur ma peau invente des octaves,

Il n’est pas de mélodie

Qu’elle ne désire apprendre

Si le temps lui est donné.

 

Épanche encore d’une caresse

L’alarme de plaisir

Que tes doigts de coton

S’effilochent sur mes pores.

 

Au terme de voyages

Sans destinées

Je viendrai te rejoindre

Si je sais t’y mener.

 

 

L’ENFANT

 

Dans ce profil

D’enfant tranquille

Aux lignes pures

Coule cette tristesse

Du monde qui se ravage.

À quoi dont rêvent les enfants

De cet air si grave

Quand ils cessent de jouer

Et, assis sous un arbre

Se protègent d’une ombre

Et s’en font une armure.

Peut-être qu’ils rêvent les enfants

De ne jamais devenir grands.

 

 

L’AMER À BOIRE

 

J’ai tant été l’amer

Aux plus vils desseins

Que l’hiver a gelé

Sur ma langue l’essaim

Des mots d’amour sereins.

 

Le plus doux délai

Est celui de t’attendre

Pour t’offrir l’éther

Des chants d’un nectar.

 

Au jour, sève erre

Dans les sillons tracés.

Elle attend que l’on sème.

 

Je bois à tasse hantée

De tendres souvenirs.

 

 

 

Retour à la sélection de novembre-décembre 2018

 

 

 

Accueil  ~ Comité Poésie ~ Sites Partenaires  ~  La charteContacts

 

web statistics

Créé le 1 mars 2002

A visionner avec Internet Explorer

 

</div>< /body>< /html>