LIENS & TROUVAILLES

 

Et aussi quelques liens et trouvailles sur la toile quelques ponts de signes

ACCUEIL

SALON DE LECTURE

LECTURES - CHRONIQUES

CRÉAPHONIE

UNE VIE, UN POÈTE

D’UNE LANGUE à L’AUTRE  

FRANCO-SEMAILLES

VUE DE FRANCOPHONIE

ANNONCES & LIENS

BIBLIOTHÈQUE FRANCOPOLIS

COUP DE CŒUR

PIEDS DES MOTS

GUEULE DE MOTS

SUIVRE UN AUTEUR

TERRA INCOGNITA

APHORISMES & HUMEURS

CONTES & CHANSONS

ÉDITION SPÉCIALE 

LES AUTEURS PUBLIÉS

LES ANCIENS NUMÉROS

 

 

SITES AMIS – ACTUALITÉS LITÉTRAIRES

 

 

FÉVRIER 2022 – MARS/AVRIL 2022

 

Revue Cairnappel à textes : ÊTRE HUMAIN ?

 

Cette année le numéro d’automne sera consacré au thème du festival du livre de Mouans-Sartoux : ÊTRE HUMAIN ?

Qu’ont à dire les poètes autour de ces deux mots et de leur point d’interrogation. Qu’est-ce que le poème peut dire de l’Humain ? Comment peut-il témoigner de notre humanité ? Qu’est-ce qui nous rend humain ? Marie-Louise Gourdon, Commissaire du festival :

- Être humain, pour moi, c’est une façon de vivre avec les autres, avec respect et attention. Je cite souvent Albert Jacquard qui a dit à Mouans-Sartoux lors d’un festival du livre : « je suis les liens que je tisse avec les autres »

Nous attendons vos propositions (trois textes maximum/personne) pour ce numéro 31 qui sera publié pour le festival du livre de Mouans-Sartoux le 7 octobre 2022. Réception des poèmes jusqu’au 15 juin 2 022 à patrickjoquel@orange.fr

 

Jeudidsmots.com : Mots De Paix Et d’Espérance.

« Quand la guerre est dans tous les esprits, qu’elle frappe nos frères si proches, dans cette Europe que nous imaginions éternellement pacifique après les tragiques guerres du 20ème siècle, il est difficile de trouver les mots qui soutiennent et qui pansent – d’offrir des mots d’accueil et d’espérance. (…)

Tressons nos mots, à l’image du X de la PaiX, pour les souffrances subies, et l’espérance à garder. »

Depuis le 7 mars, plusieurs éditions ont été postées, avec des contributions internationales :

Suite 5 ; Suite 4 ; Suite 3 ; Suite 2 ; Mots De Paix Et d’Espérance (1)

 

Table ronde autour d'Ágnes Nemes Nagy

Le 13 avril 19:30, à l’Institut Liszt Paris, 92 Rue Bonaparte, 75006 Paris

Dans le sillage de la Journée de la poésie en Hongrie et du centenaire de la naissance d'Ágnes Nemes Nagy (1922-1991), grande voix de la poésie hongroise de la deuxième moitié du XXe siècle, source d'inspiration de générations de poètes, figure de l'exploration intime et de la résistance intérieure pendant les années sombres, une rencontre poétique et musicale se tiendra le 13 avril 2022 autour de son œuvre, à l'occasion également de la parution de son premier volume en français, Les Chevaux et les Anges (Rumeurs éditions, coll. "Poésie/Centrale", 2022).

Avec : Anna Tüskés, collaborateur scientifique, Institut de littérature, Centre de recherches en sciences humaines, Budapest, Christian Doumet, poète, professeur de littérature française à Sorbonne Université, et Guillaume Métayer, chercheur et traducteur du hongrois. Accompagnement improvisé au piano : Karol Beffa, compositeur et musicologue. Récital des poèmes : Alexandra Chaigneau.

 

Luc Vidal et Le théâtre Toursky

Le théâtre Toursky & la poésie de Taras Chevtchenko & de René Guy Cadou au secours du peuple Ukrainien.

Nous rejoignons le théâtre Toursky de Richard Martin quand il proclame : «Le Toursky condamne totalement, viscéralement l’invasion de l’Ukraine par Vladimir Poutine et son armée et manifeste son total et plein soutien au peuple et aux artistes ukrainiens» . Lire le poète ukrainien Taras Chevtchenko ( 19 èm siècle), figure adulée de la nation ukrainienne et René Guy Cadou ( 20e siècle) peuvent être d’un grand secours.

Luc Vidal, éditeur et poète, petit-fils de Marcelle Baron, déportée à Ravensbrück et résistante contre l’occupation nazie.

Vers le site du théâtre Toursky

 

Exposition Pascale Montupet et Florence Normier à la Société des Poètes Français (5-12 avril 2022)

Pascale Montupet - peintre. Voici une artiste qui a un parcours singulier. Depuis sa petite enfance, Pascale Montupet fut toujours attirée par les arts plastiques, la nature, l’imaginaire, le rêve. Mais l’art n’a pas vraiment pour vocation de remplir l’estomac, c’est ainsi qu’au terme de ses études de lettres classiques et de l’obtention de ses diplômes, elle décidera de partir vers le Japon comme professeur de lettres à la faveur d’un échange entre l’Institut des Langues Orientales et du Ministère Japonais de l’Éducation Nationale. Pari audacieux. Mais ce pays l’a toujours attirée, fascinée inconsciemment, elle y trouve un écho, une part masquée d’elle-même. C’est ainsi qu’elle s’intègre parfaitement à la vie et la culture japonaise, le fait est suffisamment rare pour une Occidentale et doit être souligné. Elle va même bien au-delà du monde des lettres, pour se former à l’art exigeant du sumi-é, sorte de dessin gestuel libre, proche de la discipline calligraphique, mais ne reproduisant pas les lettres, ni les idéogrammes, où seul compte la maitrise du trait et la spontanéité du graphisme. (…)

Florence Normier – sculpteure et graphiste. Notre amie sculpteure, Florence Normier a plutôt vécu sa jeunesse dans un contexte musical où elle pratiqua l’orgue, mais également le chant comme soprane. Néanmoins dès la petite enfance elle fut toujours attirée par le dessin. Petit côté humoristique il sera dit qu’aujourd’hui nos deux artistes n’aurons pas pris les voies les plus courtes pour arriver finalement dans le milieu des arts plastiques. L’une, Pascale Montupet s’engagea avec le plus grand sérieux dans les études de lettres, pour aller enseigner plusieurs années au Japon, quoi de plus normal, quant à la seconde, Florence Normier élève particulièrement douée, pour son plus grand malheur, ose-t-elle m’avouer, passa par Science Po, pour en sortir brillamment et comme à priori ce n’était pas assez elle alla faire un petit détour de côté des études de droit, un vrai bonheur ! Convenez qu’ici encore tout est d’un naturel absolu pour finir par accéder au cursus des arts plastiques. (…)

 

Les belles phrases, blog littéraire d’Éric Allard :

Mi-graines d’Ara-Alexandre Shishmanian. Une lecture de Nicole Hardouin (8 avril 2022)

Orphée lunaire d’Ara-Alexandre Shishmanian (L’Harmattan). Une lecture de Sonia Elvireanu (mars 2022)

 

Couleurs-poésie, blog littéraire de Jean Dornac :

La guerre. Poème de Jean Dornac (10 mars 2022)

Orphée lunaire, d'Ara Alexandre Shishmanian. Recension de Claude Luezior (janvier 2022)

 

 

DÉCEMBRE 2021 – JANVIER/FÉVRIER 2022

 

Recours au poème – Numéro 212 — Janvier/Février 2022

Dossier spécial « Poésie et science » : on peut y lire des articles passionnants sur la similitude entre la poésie comme « décohérence » et la physique quantique – sur les traces du poète, artiste, essayiste britannique Allen Fisher, présenté et traduit par Marilyne Bertoncini –, et sur les paradoxes intrinsèques de la poésie mystique et de la théorie quantique, comme viatiques de l’imaginaire cognitif, en référence à Ibn ‘Arabi – dans l’essai aussi inspiré que documenté de Bénédicte Letellier. Dans le même esprit on lira avec intérêt des entretiens avec des scientifiques (Mélanie Godin, Jean-Paul Martin).

La poésie est, comme de règle, présente à la toute première place. Avec, cette fois, Bilal Moullan, très jeune poète réunionnais, Florence Dreux, le poète et philosophe tchèque Radoslav Rochallyi et ses poèmes-formules mathématiques, le très jeune poète Guillaume Janin et ses « bruits de Sibérie », Michel Diaz avec des poèmes en prose (extraits de Quelque part la lumière pleut), ou enfin Ara Alexandre Shishmanian avec Cinq haillons pour traverser le Styx traduits en allemand par Eva-Maria Berg. À signaler également l’hommage rendu à la poétesse et spécialiste des lettres classiques Marie-Ange Sebasti qui nous a quittés le 19 janvier.

À lire aussi des dossiers de présentation concernant des poètes d’ici et d’ailleurs : l’himalayen Samar Darkpa, l’américaine Margo Tamez, la poésie contemporaine sahraouie, ou l’espagnole Marina Casado. Et enfin, des chroniques et notes de lecture à des recueils de poètes comme Max Alhau, Esther Thellerm, Jean-Luc Favre Raymond, Jean-Luc Grasset, Réginald Gaillard, Perrine Le Querrec, Claude Ber, Jean Ancet, Sabine Péglion, Gérard Pfister. Ainsi, nous signalons la double chronique de Carole Carcillo Mesrobian : Ara Alexandre Shishmanian, Orphée lunaire & Mi-graines.

 

 

Le blog Couleurs-poésie de Jean Dornac

Ce beau site de poésie présente, dans son édition de février 2022, des poèmes de Sonia Elvireanu, Michel DUprez, Michel Bénard, Étienne Fatras, Ode Beaudry, Bernard Delpech, et Jean Dornac.

Dans son édition de janvier 2022, on peut y lire quelques belles chroniques aux recueils : Barbara Auzou, Mais la danse du paysage (par Jeanne Champel Grenier), Ara Alexandre Shishmanian, Orphée lunaire (par Claude Luezior).

Mais aussi des poèmes – dont de Louis Delorme, Victor Varjac, Kathleen Hyden-David – et un poignant texte sur l’écriture par Nicole Hardouin, dont voici quelques extraits : « Mots fractals, mots puissants, braises et cendre, tension dans la pâte du quotidien. (…) Dans cette intime mythologie s’originent oasis et déserts, monastères et sultanats, mais tout se perd dans la profondeur des estuaires nocturnes, tout disparaît dans des océans sans horizons. Et pourtant dansent sous mes paupières, un phare lointain et lumineux : vos mots.  Je vogue sur leur reflet à marée haute, à marée basse, nous labourons l’océan. Secret de nos feux. »

 

Radiooccitanie/Poésie (sur lespoetes.site)

Dans son éditorial Être « contre » c’est « Rêver debout » ou la constance de Lydie Salvayre, daté du 31 janvier, Christian Saint-Paul présente le livre Rêver debout (éd. Seuil, 2021) de Lydie Salvayre, qui révèle une perception personnelle et inattendue de Don Quichotte, dont des extraits ont été lus par l’auteure le samedi 29 janvier au Centre Joë Bousquet de Carcassonne. Il nous semble opportun de citer l’éditorialiste de Radio Occitanie pour faire découvrir aux lecteurs de Francopolis ce livre majeur : « …vingt ans auparavant, Lydie Salvayre avait écrit et lu en spectacle public Contre, un long plaidoyer sur les travers de notre société satisfaite de son conformisme à l’ordre néolibéral, ouvrage avec CD paru en 2002 aux éditions verticales (51 p, 8,50 €). Ce que révèle « Rêver debout » était en germe dans « contre ». Rêver debout est un des plus beaux livres écrits sur le Quichotte. Et la facilité de lecture, jubilatoire, est déroutante. Une telle réussite, montrer les arcanes subtils du chef d’œuvre de l’humanité que nous a légué Miguel de Cervantès avec son Quichotte, prouve la virtuosité de l’écrivaine parvenue au sommet de son art. »

Citons aussi la présentation du livre sur le site de l’éditeur : « Une femme d’aujourd’hui interpelle Cervantes, génial inventeur de Don Quichotte, dans une suite de quinze lettres. Tour à tour ironique, cinglante, cocasse, tendre, elle dresse l’inventaire de ce que le célèbre écrivain espagnol a fait subir de mésaventures à son héros pourfendeur de moulins à vent. Convoquant ainsi l’auteur de toute une époque pour mieux parler de la nôtre, l’autrice de Pas pleurer brosse le portrait de l’homme révolté par excellence, animé par le désir farouche d’agrandir une réalité étroite et inique aux dimensions de son rêve de justice. Un livre-manifeste, autant qu’un vibrant hommage à un héros universel et à son créateur. »

 

Prix Aliénor 2021

Aliénor – Cercle de poésie et d’esthétique Jacques G. Krafft – a remis, samedi 11 décembre 2021 à Paris, son prix 2020 à Nicole HARDOUIN pour Lilith, l’amour d’une maudite (Éditions Librairie-Galerie Racine, 2020), et son prix 2021 à Michel DIAZ pour Le Verger abandonné (Éditions Musimot, 2020).

 

Diérèse – Les Deux-Siciles : le site

La substantielle revue Diérèse créée en 1998 par Daniel Martinez est arrivée cet été au numéro 81 : pour le riche sommaire (316 pages, dont une section Poésie internationale : allemande, chinoise, russe, et une section notes de lecture cumulant des recueils de 23 éditeurs), voir l’annonce sur son site.

Auteur de plusieurs recueils, récipiendaire, en janvier 2019, du Prix des postiers écrivains pour son livre de poèmes Le temps des yeux (éditions Lavoir Saint Martin, 2018) – dont on peut lire un article par Pierre Kobel sur son site pierresel, avec des extraits de la première édition, 2016 – Daniel Martinez est un poète complet, assurant, à lui seul, toute une institution d’édition, promotion et diffusion de la poésie.

Par la revue Diérèse, qui affirme aussi une présence en ligne, en plus de la distribution aux abonnés de ses massives éditions imprimées. Par les livres publiés à titre d’éditeur, sous l’enseigne Les Deux-Siciles, dont la dernière parution est une riche anthologie de la poésie chinoise classique (Anthologie de la poésie des Tang, traduite et présentée par Guomei Chen, préface de Pierre Dhainaut, 280 pages, septembre 2020, 25 €). Enfin, par les articles postés en ligne sur ce site riche en info, prises de positions, et échanges autour des poètes et de la poésie qu’est Diérèse et Les Deux-Siciles : visitez-le, vous serez ravis.

Notice biobibliographique sur le site de la médiathèque Seine-et-Marne.

 

Potomitan & Île en île

Pour comprendre et retenir le nom symbolique du site Potomitan, nous renvoyons aux explications étymologiques et cultuelles données dans la Wikipedia :

« Le potomitan (également orthographié poteau-mitanpoto mitanpoto-mitan, ou pòtòmitan : en créole haïtien : "pôle central" – du français : poteau, "poste", et mitan, un archaïsme pour "moitié") est un élément essentiel caractéristique structurelle du hounfour (temple) dans le vodou haïtien . Occupant la position centrale dans le péristyle (espace sacré au centre du hounfour / oufo), le potomitan prend la forme d'un poteau en bois décoré (parfois un arbre vivant) au moyen duquel, croit-on, le loa peut descendre sur terre pour habiter, pour un temps, les corps des fidèles par possession spirituelle.

La structure se compose généralement de l'ensemble du tronc d'un palmier, fixé au sol par un socle en maçonnerie communément appelé socle et fixé en haut au toit du temple. Un potomitan est souvent peint avec des dessins aux couleurs vives, comportant généralement le motif de deux serpents entrelacés, symbolisant le couple divin primordial masculin et féminin Damballa et Ayida Weddo qui, selon la cosmogonie de la religion haïtienne, soutiennent le ciel, l'empêchant de s'effondrer et tomber sur terre. »

Le site Potomitan – « site de promotion des cultures et des langues créoles / Annou voyé kreyòl douvan douvan » – se construit en effet comme un « axis mundi » du monde franco-créole : un monde multi-culturel, multi-cultuel et multi-religieux, multi-ethnique et multi-national, où la créativité seule s’érige en maître.

Monde insulaire, étendu sur plusieurs océans et plusieurs continents tout en s’élevant au-dessus d’eux, car l’île est justement par définition hors du continent – du contingent même, on aurait envie de dire. D’ailleurs l’île représente en elle-même un condensé supra-symbolique d’axialité, puisqu’elle se constitue en centre d’un monde propre, absolue donc universel, tout en tissant des liens subtils avec toute autre île, aussi unique et universelle en elle-même – toutes, des neurones d’un monde imaginaire de l’Humain.

D’où le nom de cet autre site, dont on dirait qu’il est le grand-frère de Potomitan : Île en île, qui affiche son vaste territoire (Caraïbe : Guadeloupe, Guyane, Haïti, Martinique ; Océan Indien : Comores, Madagascar, Maurice, Réunion ; Pacifique : Nouvelle-Calédonie, Polynésie).

Mais trêve de spéculation : nous invitons nos lecteurs sur ces deux sites, extrêmement riches, vivants, ouverts à toutes les actualités, et présentant des matériaux à jour et originels sur de grands auteurs, dont certains ont leur page dédiée (avec notice biobibliographique, chroniques et études), ainsi que différentes autres ressources et références pour le lecteur avisé ou souhaitant s’instruire (historiques, géographiques, linguistiques, culturelles, artistiques, …).

Ainsi par ex., sur Potomitan : la page Le musée du Dodo (concernant Maurice) réalisée par Emmanuel Richon, l’encyclopédie en ligne dans l’onglet Ayiti / Haïti, sous la responsabilité d’ Emmanuel W. Védrine, la page ouvrant vers une anthologie par auteurs de Poèmes créoles, ou celle intitulée Auteurs ouvrant vers des pages dédiées (dont Aimé Césaire, Patrick Chamoiseau, Michel Ducasse, Saint-John Kauss, José Le Moigne, Monchoachi, Ernest Pépin, Umar Timol), ainsi que la très riche page ouvrant vers une Bibliographie tous genres (œuvres, antjhologies, critique, revues, …). Le site existe depuis env. 2001.

Sur Île en île : la rubrique 5 questions pour Île en île, qui regroupe des entretiens (textes et/ou vidéos) avec des écrivains et personnalités du monde entier ; l’Index littéraire par auteurs (dont Monique Agénor, Marie-Célie Agnant, Georges Anglade, Nathacha Appanah, Sedley Richard Assonne, Anne Bihan, Catherine Boudet, Georges Castera, Aimé Césaire, Pierre Moïse Célestin, Malcolm de Chazal, Léon-Gontran Damas, Maggy De Coster, Ananda Devi, Anderson Dovilas, Suzanne Dracius, Oswald Durand, Frankétienne, Jeanne Gerval ARouff, Gilbert Gratiant, Robert-Edward Hart, Gary Klang, Dany Laferrière, Jean-Marie Gustave Le Clézio, Jean-Robert Léonidas, René Maran, Édouard J. Maunick, Jean Métellus, Monchoachi, James Noël, Ernest Pépin, Saint-John Perse, Anthony Phelps, Max Rippon, André Robèr, Jacques Roumain, Rodney Saint-Éloi, Julienne Salvat, Khal Torabully, Évelyne Trouillot, Lyonel Trouillot, Gary Victor, Joseph Zobel) et par littératures (calédonienne, comorienne, guadeloupéenne, guyanaise, haïtienne, malgache, martiniquaise, mauricienne, polynésienne, réunionnaise); les rubriques par genre –  poésienouvelles et contes, chansons, essais, extraits de prosethéâtre et entretiens ; la chronologie antillaise et les dossiers sur les explorateurs ; enfin, les ressources sur les beaux-arts et la musique et des liens pour retrouver les maisons d'édition et les librairies aussi bien que la presse et les médias insulaires. Mis en ligne le 12 octobre 1998, le site s'est enrichi pendant 23 ans ; fruit d'une génération de recherches, ses archives restent disponibles en ligne.

 

Madinin-art. Critiques culturelles de Martinique.

Un site complet structuré par domaines : Arts de la scène, Arts plastiques, Littératures, Sciences sociales, Sorties (musées, parcs & jardins, théâtre, cinéma, randonnées…), Publications (articles & critiques).

Nous signalons en particulier les nombreux articles concernant Monchoachi (dont la chronique à Lémistè 3 par Mireille Pierre-Louis, que nous reproduisons dans la rubrique Francosemailles du présent numéro).

 

Voir Liens & Trouvailles

SITES PAR GÉOPHONIE

Voyager en poésie par pays :


Nouvelle-Calédonie

Belgique

France

Québec

Maroc

Roumanie

Macédoine

Russie

Finlande

Argentine

Madagascar

Ile Maurice

Afrique-Cameroun

Les Antilles

Polynésie

 

SITES PAR THÈMES 

Voyager en poésie par thème :


D'une île à l'autre

Haïkus et Renga

Sites à écouter

Sites de création artistique

Bouillon culture

 

 

 

Vous désirez envoyer une référence, un site, une annonce ?

 

Accueil  ~ Comité Francopolis ~ Sites Partenaires La charteContacts

Créé le 1 mars 2002