Annonces

 

Glanés sur la toile

quelques ponts de signes

ACCUEIL

Annonces : Archives

 

ANNONCES DE PARUTION – REVUES ET RECUEILS

 

JUIN 2022 – SEPTEMBRE/OCTOBRE 2022

Andreea-Maria Lemnaru, Équinoxe. Éditions du Cygne, octobre 2022 (60 p., 10 €)

Équinoxe est le quatrième recueil de poésie d’Andreea-Maria Lemnaru. Ses vers, mystiques et païens, encensent une Nature reine et magique, peuplée d’êtres invisibles, de l’orage surgi de terre aux nuées d’oiseaux ressuscitées par la lumière. Le style est à la fois oraculaire et épuré, la veine symboliste. Dans Équinoxe, le monde des rêves est seul à exister véritablement, tandis que celui des sens, illusoire, nous trompe.

La poésie d’Andreea-Maria Lemnaru, tour à tour pythie et ermite, est un voyage passionné aux confins de l’âme, du Styx au Caucase, du désert aux volcans glacés.

Andreea-Maria Lemnaru est docteur en philosophie des religions à la Sorbonne, spécialiste dans le néo-platonisme. Conférencière internationale, elle intervient régulièrement à Cambridge, Oxford et à l’École Normale Supérieure de Paris.

 

Isabellé Camarrieu, Des nouvelles du moi. Éditions Unicité, octobre 2022 (134 p., 14 €)

À travers Des nouvelles du moi, Isabelle Camarrieu imbibe ses mois en différé ! Désormais ils seront décentralisés, inter- actifs, transversaux, participatifs, rhizomiques, proliférants, intertextuels, propulsifs et inachevables dans tous les sens du derme !! Saisissant les ondes dans de petits boitiers portables pour givrer les paroles / Nous avons créé des données toutes numérotées, voilà à quoi panse notre poétesse ! Dans quel État du Moi, réside la Question ?!! Nous en recevons la réponse à grands jets d’interrogations cocasses et si fines !! Sur leurs scènes en terreaux d’hypothèses / Nous interrogeons leurs trésors d’invention, écrit-elle sur un Plan séquence muet /Sur étirement noir pour Faire la lumière sur cette histoire ! Le cerveau de l’auteure conclut à une litanie de questions auxquelles elle répond et éternue par une escadrille d’exclamations ! Mais l’air dément tous ceux qui ont de bonnes raisons de n’a pas avoir tort !! La poésie est un pouls … Pirouette, elle sourit et la voici disparue ! Vous pensiez vraiment l’avoir vue ? Isabelle Camarrieu fournit les réponses mais vous êtes-vous munis de questions ?

 

Décharge. N° 195, septembre 2022 (152 p., 8 €)

Sélection du sommaire : Dossier Jean-Paul Klée (Jacmo) ; Phare dans la nuit (Georges Cathalo) ; Florence Saint-Roch Une poésie en mouvement (Christian Degoutte) ; Dans l’atelier du poète : Jean-Pierre Otte ; Voix nouvelles : Anne Barbusse, Bertrand Gaydon ; Les Ruminations (Claude Vercey) ; Des voix venues d’ailleurs (Yves-J. Bouin) : Violeta Barrientos.

Le poète et critique Jacques Morin est bien sûr immanquable avec : Diaphragme - Notes de lecture (Jacmo).

Pour la création, le Choix de Décharge pour ce numéro se porte sur les poètes : Muriel Denis, Anna Civert, Erwan Gourmelen, Arthur Fousse, Bernard Plouzennec, Nicole Barromé, Laure Escudier, Kevin Broda, Juliette Bargès, Audrey Avanzi, Isabelle Garreau, Alain Brissiaud.

 

Poésie/première. N° 83, septembre 2022

Extrait de l’édito de Martine Morillon-Carreau, posant la question de l’identité de la voix poétique – « le proférant (pour ne pas dire le prophète) … non seulement anonyme, mais comme surgi de la seule voix de l’humanité entière » :

« Qui parle en effet au poème, à travers les je / tu / il / nous, voire l’indéfini on, ces pronoms, grammaticalement nommés personnels ? Telle est, aussi ancienne que très contemporaine, la problématique animant nombre des interventions du n° 83… »

Sélection du sommaire : Je / Tu / Il, essai par Gérard Mottet, et un échange avec Frédéric Tison ; Portraits : Pierre Perrin, entretien conduit par Claire Boitel ; Christian Viguié, propos recueillis par Alain Lacouchie ; Dossier : Kathleen Raine par Claire Garnier-Tardieu ; Carnets de Voyages (1) par Alain Duault ; Gravure et poème de Danièle Corre ; Au théâtre : Deux représentations de Cendrillon, par Bernard Fournier.

Poésie : Béatrice Libert, Anne-Marie Bernad, Marc de Dommartin, Christophe Pineau-Thierry, Philippe Mathy, Philippe Monneveux, Sabine Alicic, Éric Bouchéty, Édith Chafer, Charles Senard, Gérard Leyzieux, Vincent Gispert, Arnaud Vendès, Chem Assayag, Gaston Vieujeux, Anne Bihoreau, Christophe Schmit, Éline Guez, Christian Moroy, Patrice Blanc.

Notes de lectures sur (entre autres) : Luc-André Sagne, Anne Mounic, Richard Rognet, Alain Duault, Eva-Maria Berg, Mathias Lair, Gaëlle Josse.

 

Verso. N°190, septembre 2022

Ce numéro, comme tous les numéros de la revue (4 numéros par an depuis 1977), est introduit par un sonnet de Shakespeare, traduit par Mermed. Alain Wexler, s’inspirant a posteriori des poèmes publiés dans le numéro, en a composé le titre suivant : « Bois profonds comme la mer ».

Une trentaine de poètes sont au sommaire. Glanés au fil des pages, quelques extraits : « Les routes sont de l’encre en nos yeux / des pétales respirent / Instant où le paysage fustige le vent / Dans mes murmures je m’assois sur les branches de mon corps. » (Tristan Allix) ; « Tu es comme un enfant / Rieur qui saute / À pieds joints // Dans une flaque / Immense / De lumière // Et qui tente de saisir / À la gorge le soleil/ Qui coule entre ses doigts » (François Teyssandier) ; « Elle arbore un livre sous les frondaisons adorées / Confondue dans son désir qui doucement s’effeuille / Les pages s’écartent au lieu des jambes / à jamais ignorante de mon regard aimanté. » (Clara Jezewski) ; « Lumière / main lasse sur la pierre / à tâtons / tamisée de fumée / ou de brume / s’assoupir. » (Alain Guillard).

Puis Alain Wexler et Armelle Chitrit nous rendent compte de leurs lectures de recueils récemment parus, et Christian Degoutte livre « en salade » les fruits de ses recherches dans pas moins d’une quinzaine de revues de poésie. À noter la très belle lettre-hommage de Isabelle Poncet-Rimaud à Marie-Ange Sebasti, spécialiste de littérature grecque et poète, disparue en janvier 2022, dont les derniers livres ont été publiés chez Jacques André Éditeur.

 

Comme en poésie. N°91, septembre 2022

Voici une revue de poésie trimestrielle, éditée depuis maintenant 22 ans, que Jean-Pierre Lesieur fabrique seul, un poète-ouvrier en quelque sorte dans sa « fabrique du poème » (comme il le sous-titre joliment sur la page de couverture), dans les Landes à Hossegor, où il anime également le Garage au poème, lieu de lecture et de présentation de poètes. La revue est ouverte à de nombreux styles d’écriture, et se présente comme lieu d’expression de « la révolte, la fronde, le ras le bol », ainsi qu’il est mentionné sur la couverture de chaque numéro, contre toutes les formes d’oppression et d’exploitation.

Une trentaine de poètes s’expriment dans ce numéro. Citons, dans le registre de la révolte : Joëlle Petillot, évoquant la guerre « bouffeuse d’espoir » : « je vis je ris je danse / je drape de joie mes silences / il fait froid à l’ombre d’un doute / mais viennent les notes égrenées / la harpe d’enfance / haut perlée / et son pouvoir d’effacement / dont tu ne veux rien savoir » ; Ferrucio Brugnaro, criant la souffrance du peuple kurde : « Le cœur des enfants kurdes / à genoux en ces heures / brûle / dans un martyr / et une solitude / cruels » ; ou encore Jean-Marc Couvé : « Pourtant, il n’existe aucun mot, aucun adjectif pour mieux clouer au pilori la guerre que… guerre ». Mentionnons encore les poèmes marqués au sceau de l’espérance de Jean Chatard : « Nous avions pris pour habitude de té- / moigner face au couchant et le regard / des dieux morcelait à plaisir / nos gestes légendaires posés et déposés / sur de nouveaux rivages » ou Mireille Podchlebnik : « Paroles d’antan / rencontre hors du temps / Mots tendresses / jeux en miroir / Aux carrefours de l’espoir ». De nombreuses pages sont consacrées à des textes de réflexion de Pierre Mironer sur des sujets variés : l’environnement, la musique, l’art…

Le numéro se clôt sur la rubrique intitulée La Cité critique, « pour le plaisir de lire de la poésie », que Jean-Pierre Lesieur consacre à rendre compte de ses lectures des revues de poésie, ou de recueils récemment parus.

 

Florilège. N°188, septembre 2022

La revue trimestrielle Florilège, créée en 1974 par l’Association Les Poètes de l’Amitié – Poètes sans Frontières présidée par le poète et écrivain dijonnais Stephen Blanchard, présente un sommaire très riche, allié à une présentation de fort belle facture.

Près d’une centaine de poètes ont fourni la matière de la section Les Créations consacrée aux poèmes proprement dit, occupant une moitié du numéro, sur le principe d’un poème par auteur, dans une grande diversité de formes allant de la poésie rimée au vers libre. Cette partie se clôt par l’édition des textes lauréats du Concours de poésie et du Concours de nouvelles de la revue Florilège. Citons la dernière strophe d’un poème lauréat, celui de Jean-Marc Delaye inspiré par un monochrome de Yves Klein : « Elle admire un bateau que nul ne pouvait voir, / Tout bleu sur le fond bleu de ce bleu monochrome / Et qui vogue sur l’eau tel un vaisseau fantôme, / Un bateau que l’artiste a peint sans le savoir. » Puis viennent deux poèmes de François Cheng, issus des recueils « La vraie gloire est ici » et « Double chant », illustrés de deux œuvres de l’artiste allemande Catrin Welz-Stein, dont Caroline Clément dresse le portrait en dernière page.

L’autre moitié du numéro est consacrée aux chroniques et notes de lecture, très nombreuses et détaillées, portant sur des recueils récemment publiés ou des revues de poésie. Une somme impressionnante d’informations sur l’actualité éditoriale de la poésie, à laquelle se mêlent notamment un hommage de France Brel à son père Jacques, ou encore, « sous le soleil de poésie », une réflexion de Kathleen Hyden-David sur la question du jugement qu’on peut émettre sur l’œuvre poétique d’autrui s’appuyant sur les « Lettes à un jeune poète » de Rainer Maria Rilke, qui donne notamment ce conseil au jeune poète Franz Xaver Kappus : « Demandez-vous à l’heure la plus silencieuse de votre nuit : dois-je écrire ? [et si la réponse est oui] alors construisez votre vie selon votre nécessité », et encore : « il suffit […] de sentir qu’on pourrait vivre sans écrire pour n’avoir aucun droit à le faire ». Des pages d’une diversité et d’une richesse exceptionnelle, traduisant le travail de longue haleine des Poètes de l’Amitié dans la diffusion et l’animation de la poésie.

 

Sylvestre Clancier – dans les revues

Accessible intégralement et gratuitement à partir du site Poezibao, en format électronique (.pdf), le  numéro 77 (septembre 2022) de la revue de poésie contemporaine NU(E) est consacré à l'étude de l’œuvre poétique de Sylvestre Clancier, à l'occasion de la parution aux éditions La Rumeur libre du tome 3 de ses œuvres.

Cette publication précède le nouvel essai consacré à l'analyse de son œuvre poétique que Christine Bini (E.N.S. Lyon) fait paraître très prochainement chez le même éditeur, la Rumeur libre, qui a un site sur lequel on peut se procurer toutes les publications du catalogue.

Pendant l'été est paru un numéro spécial de la revue Intuitions consacré lui aussi à son œuvre et qui contient un long poème inédit de Sylvestre Clancier, Arbrassementsdédié au peintre Jacques Damville. (La Revue est dirigée par Éric Sivry). Vous pouvez vous procurer ce numéro vendu 15€ auprès des éditions d'ICI et d'Ailleurs (29 rue Louis Bougard, 77100 Meaux et  dicietdailleurs@wanadoo.fr).

 

Sylvestre Clancier, Poèmes de la Baie, avec des encres marines de Anne Ar Moal. Éditions Henry (collection Les Écrits du Nord : courriel), septembre 2022. Livre de bibliophilie sur beau papier et sous emboitage tiré à 40 exemplaires, numérotés et signés, format 22,5 x 25,5, prix 50 €.

 

Jacques Ancet, Le temps des voix. Éditions Publie.net, septembre 2022 (numérique : 6,99 € ; papier : 25 )

Le dernier livre de l’année 2022 : le second volet du diptyque L'Amitié des voix de Jacques Ancet. Intitulé Le temps des voix, il complète et achève cette remarquable étude sur les écritures poétiques de référence, couvrant cette fois un pan plus contemporain que le premier tome.

Dans son cycle critique L’amitié des voix, Jacques Ancet réunit moins un panthéon d’auteurs qu’une colonne vertébrale, nécessairement subjective, d’œuvres ayant soutenu sa voie : « une géographie de préférences personnelles qui s’étend sur près de quarante ans ». Car on n’écrit pas sans l’autre, et dresser la carte de ses voix d’écriture, c’est livrer un peu de soi-même.

Ce second tome réunit des auteurs contemporains vivants — ou presque, comme Philippe Jaccottet, Bernard Noël et Michel Deguy récemment disparus —, dont la naissance s’échelonne, en gros, dans la décennie des années 20 et 30, et 30 et 40. D’autres auraient pu figurer ici, notamment de plus jeunes, mais il fallait se donner des limites et c’est bien arbitrairement que ce parcours s’achève finalement avec trois auteurs nés dans les années 50 : Andrés Sánchez Robayna pour son importance dans le panorama des lettres hispaniques actuelles et, par l’effet des circonstances, en l’occurrence leur disparition prématurée, Thierry Metz et Antoine Emaz.

 

Louise Dupré, Exercices de joie. Éditons Bruno Ducey, septembre 2022 (144 p., 15 )

Après Plus haut que les flammes et La main hantée, Louise Dupré livre le troisième volet d’un triptyque voué aux ressources du poétique face à la détresse et la dévastation du monde. Avec ce recueil, la romancière québécoise se définit comme « la mendiante de minuscules joies arrachées à la détresse ». Elle consent à la fragilité, célèbre la caresse et prend « le risque de la tendresse », refusant à jamais de se situer du côté des cœurs endurcis. Face à la catastrophe que constituent les guerres, la souffrance des enfants ou l’insidieuse persistance du mal, elle pratique au quotidien ses « exercices de joie », comme d’autres se livrent à des exercices spirituels, des mantras ou une activité physique. Et l’on ressort de ce livre avec une conscience aiguë de la nécessité de protéger la vie, ce miracle fragile.

 

Lea Nagy, Le chaos en spectacle. Éditions du Cygne, septembre 2022 (68 p., 10 €)

Traduit du hongrois par Yann Caspar. Préface de Patrice Kanozsai :

« Après deux premiers recueils publiés en langue hongroise Turbulences et Chute de pierres dans lesquels les poèmes de Lea Nagy insinuaient une direction d’un « quelque part » vers un « quelque chose », nous terminons ici le voyage au milieu d’un chaos en spectacle. Ce chaos y est littéralement exhibé en aboutissement des turbulences et des chutes de pierres vécues par le poète.

Les événements, les intentions, les objets, les personnages du passé sont désormais accrochés aux murs, encadrés. Plus rien ne tourbillonne, c’est la fin du voyage. Et c’est le chaos lui-même qui nous donne une chance de passer à autre chose même si le passé restera toujours vivace dans la conscience du poète. Au fil du temps, ces fils invisibles se dénouent lentement et le silence atteint notre conscience.

Les poèmes du chaos de Lea Nagy s’agglomèrent ainsi en fusion intense du passé et du présent. On y ressent l’intensité des couleurs, des actes, des sons et des personnages. Chaque bruit suit le silence et tout silence est un bruit.

Après la dernière scène, après la fin du spectacle, chacune des images de l’exposition y est démontée, laissant une surface murale blanche et propre. C’est l’occasion de repartir sur de nouvelles bases… et de redessiner. »

En dédicace samedi 1er octobre 2022 à la librairie « Les lettres du temps », Paris.

 

Francis Gonnet, Sang de nos racines. Éditions du Cygne, septembre 2022 (56 p., 10 €)

Préface d'Anne-Marielle Wilwerth. L’homme grandit à la force de ses racines. « On avance adossés à d’autres regards, mais au fond du vent, tremble encore, l’empreinte des premiers mots ». Le socle de l’enfance, libère la sève qui jaillit dans nos branches. Parfois déraciné, « L’arbre, mis à nu » attend que « la lumière grave ses initiales » qu’un « feu lèche les plaies de l’ombre. ». Mais face au vent « En regardant le ciel, la terre court sous nos pieds. Seules, les racines résistent au glissement ».

 

Martine RouhartIl faut peu de mots. Éditions du Cygne, septembre 2022 (52 p., 10 €)

Saisir une pensée, la légèreté grave d’un instant, nouer un chapelet de mots qui se donnent dans un souffle.

On le sait, il faut peu de mots pour réveiller des mondes endormis au fond de nous, faire lever quelque chose d’essentiel dans le cœur.

 

France Burghelle Rey, Le Roman de Clara (roman). Éditions Unicité, septembre 2022 (160 p., 16 €)

« C’était toujours la même chose quand il écrivait. La lecture lui devenait quasiment impossible. Ses propres mots interféraient avec ceux qu’il lisait, ses personnages se substituaient à ceux du livre et il mettait un quart d’heure pour lire une simple page. Parfois, n’en pouvant plus, il se relevait et rallumait l’ordinateur qu’il avait pensé éteindre jusqu’au lendemain. Il arrivait alors qu’inspiré par un mot, mené par un personnage, il écrivît plusieurs pages d’affilée… » (extrait du roman).

 

François Minod, De choses et d’autres. Éditions Unicité, septembre 2022 (88 p., 14 €)

Papiers collés de Catherine Seghers. Préface de Patrick Quillier.

Loin de tout lyrisme, de toute poétique dont les mots feraient sens par leur pouvoir de suggestion, François Minod interroge les choses comme pour combler l’abîme d’un réel intériorisé, à la lisière de soi, qui pose autant de questions qu’il y a en nous de couches qu’on ne peut pas superposer. François Minod interroge le concret qui nous échappe, il déjoue nos mécanismes de pensée, tue le poétiquement correct et nous réenchante en ouvrant d’autres portes, d’autres champs d’investigation atemporels.

Comme le dit Patrick Quillier dans sa préface : « Cette parole n’est pas seulement prise dans la tension qui s’installe entre mots et choses d’une part et vouloir se taire d’autre part, elle l’est aussi dans celle non moins intense qui existe entre le dedans et le dehors, le vertige douloureux du for intérieur et l’ouverture problématique à l’autre. »

 

Ana Blandiana, Clair de mort. Éditions Unicité, août 2022 (78 p., 13 €)

Traduction de Mihai Zaharia. Adaptation de Gérard Bayo. Avant-propos de Jean Poncet. Préface de Ion Pop

Présentation par Francis Coffinet : « Nous sommes heureux de republier aux Cahiers Bleus cet ouvrage d’Ana Blandiana. Ainsi les Cahiers restent fidèles à la poésie roumaine qu’ils ont tant soutenue depuis leur création.

Poète emblématique, inscrite dans l’histoire de la Roumanie, Ana Blandiana porte dans son écriture une flamme fragile que rien ne parviendra à éteindre.

Clair de mort revient vers nous comme un objet stellaire sensible ayant traversé plusieurs fois le temps. C’est un peu l’œuvre secrète d’Ana Blandiana, sa structure profonde, qui nous est donnée là : refaire le voyage amont, revisiter les jours et offrir son viatique.

Devenir, par la douleur, plus lumineuse,
Puis quitter la branche
De cette enfantine manière
Dont on meurt
Chez les feuilles
(A.B.) ».

 

Flavia Cosma, D’une humeur à l’autre. Éditions du Cygne, août 2022 (74 p., 12 €)

« C’est le désir de vivre qui a le dernier mot dans ce recueil. Désir de vivre, oui, mais sans se faire d’illusions, avec le courage de regarder l’abîme en face, de marcher vers lui comme on avance vers une fatalité devant laquelle il serait inutile de se rebeller. Mieux vaut se laisser aveugler par le soleil, qui, en riant, fait venir aussi des éclats de rire aux lèvres. » Extrait de la préface de Louise Dupré, poète, Montréal, QC, Canada.

« Comment peut-on être triste quand on découvre une poète qui apporte un monde avec elle ? Comme il n’y a pas de monde sans épreuves, nous apprenons que ce sont précisément les épreuves difficiles, les expériences parfois traumatisantes qui nous construisent et nous donnent de la force, nous apprennent à valoriser l’instant. Vous, le lecteur, entrant dans ce monde, comprendriez mieux votre propre miroir. » Rodica Gabriela Chira—membre USR, Alba Iulia, Roumanie.

 

Stella Vinitchi Radulescu, Vocabulaire du silence. Éditions du Cygne, août 2022 (94 p., 13 €)

« Avec constance et bonheur Stella Vinitchi Radulescu poursuit son cheminement poétique. Forte d’une œuvre trilingue pertinente et déjà importante. Notre poétesse va à l’essentiel, pas d’effets dithyrambiques, le mot juste, la phrase brève, concise, voire cinglante parfois, incisive ! Elle demeure fidèle à un certain hermétisme qui insuffle plus de force à ses textes, dont la forme souvent mystérieuse bat au rythme de la vie. » Michel Bénard

« La langue est mouvante avec grande agilité parmi les intervalles qu’elle crée sans cesse comme autant de dires de l’in-dit, de nommer de l’innommé. Cette écriture permet une incursion plus grande dans les profondeurs des sens telle une aisthésis de la relation corps-nature depuis laquelle l’auteur – Stella Vinitchi Radulescu – exprime une sensualité dans son rapport au verbe. » Philippe Tancelin.

 

Imasango, Ce pays dans mes veines. Éditons Bruno Ducey, août 2022 (120 p., 15 )

« Nous tressons à nos gestes les semences de paix », murmure cette poétesse venue de Nouvelle-Calédonie. Car face à la violence du monde, à l’histoire coloniale qui a laissé de profondes empreintes, aux déchirures qui persistent dans son pays, Imasango oppose la force de l’espérance. De sa poésie solaire et sensuelle naît un chant offert à celles et ceux qui, comme elle, veulent bâtir l’avenir sur leurs racines métissées. Pour cette « femme-lieu » qui appartient aux paysages de son île, l’histoire de demain se lit entre les ramures des arbres, dans le flamboiement rouge des coraux, dans le souffle des vents qui la traversent. Et au fil des vers se dessine la promesse de matins neufs : « il est temps de bâtir un présent aux contours apaisés », nous dit-elle enfin.

 

Ukraine – 24 poètes pour un pays. Éditons Bruno Ducey, août 2022 (256 p., 20 )

Anthologie établie par Ella Yevtouchenko et Bruno Doucey. Bilingue ukrainien/français.

« Ce livre naît de la guerre en Ukraine, comme une fleur parvient à s’extraire des décombres pour dire son droit à la lumière et à la vie. ». C’est par ces mots que s’ouvre cette anthologie conçue sur le terreau de l’actualité la plus immédiate. Elle rassemble des poètes ukrainiens engagés dans la résistance. À l’image de Taras Chevtchenko, héros national, les uns ont affirmé l’identité d’une nation face à l’agresseur. D’autres comme Vassyl Stous, écrivain martyr de la dissidence, ont connu la lutte contre le nazisme, le stalinisme et la guerre froide. À l’image d’Ella Yevtouchenko, les plus jeunes appartiennent à cette génération de la Dignité née après l’effondrement de l’URSS, qui a toujours connu une Ukraine indépendante. À travers eux, c’est l’esprit de Maïdan qui respire en ces pages : celui d’hommes et de femmes qui veulent choisir librement l’avenir de leur pays.

 

Voix Vives 2022. Anthologie Sète 2022. Éditons Bruno Ducey, août 2022 (232 p., 20 )

Préface de Maïthé Vallès-Bled. Plus de 80 poètes parmi lesquels des auteurs des Éditions Bruno Doucey, dont : Jeanne Benameur (France), Imasango (Nouvelle-Calédonie), Sapho (France/Maroc), marraine du festival, ainsi que Brigitte Baumié, Paul de Brancion, Marianne Catzaras (Tunisie/Grèce), Murielle Szac et Bruno Doucey, eux-mêmes animateurs du festival.

 

Dana Shishmanian, Le sens magnétique. Éditions L’Harmattan (collection Accent tonique), juillet 2022 (116 p., 13 )

Ce recueil s'est nourri d'écoutes musicales en confinement. Mais aussi de toute la matière psychique accumulée lors d'une vie qui, inconsciemment, cherchait une structure, un sens... Des retrouvailles lointaines, enfouies en mémoire depuis l'enfance, des découvertes récentes, des expériences intérieures, ont orienté ce magma tellurique vers le « sens magnétique »... Au lecteur de le sentir ou pressentir dans ces textes bruts issus tels quels sans façonnage.

 

Jamila Abitar, Chemin d'errance. Éditons Traversées, juillet 2022 (55 p., 25€)

Extrait de la chronique de Lieven Callant (revue Traversées, 29 août 2022) :

« Le cheminement poétique de Jamila Abitar est fait de lumière, est porteur d’images qui rendent les rêves plus tangibles. Le monde sensible semble à portée de main. C’est sur des notes profondément positives que s’ouvre ce recueil. Dans la noirceur ambiante, face à l’ironie désabusée de certains, ces brins de fraîcheur d’esprit et d’optimisme volontaire apportent un peu d’espoir mais surtout nous invitent à focaliser notre attention sur ce qui importe le plus pour chacun d’entre nous. 

La vie est une errance et pour réussir à en saisir l’ardente beauté, il nous faut passer par le poème. La quête du poète est spirituelle et outre-passe les frontières. Il ne s’agit pas d’une longue traversée du désert mais au contraire d’un voyage qui va d’oasis en oasis. »

 

CeeJay, La matière noire. Poèmes d’au-delà de la fin. Éditions L’Arbre à paroles (courriel), juillet 2022 (314 p., 18 €)

CeeJay est né à Bruxelles le 10 septembre 1946, nous a quittés le 20 novembre 2020. Il a fait ses études à l’Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles. Peintre, sculpteur, graveur. Il a été styliste de mode à Paris et professeur d’art en Belgique et aux USA. En 2011, il reçut le prix de la Maison de la Francité et se dédia de plus en plus au slam et à la poésie. Il participa à de nombreux festivals de poésie dans le monde entier. Il a publié chez maelstrÖm reEvolution les recueils Bombe voyage bombe voyage et Le prophète du néant et à l’Arbre à paroles Derrière les paupières… l’immensité.

Extrait de la chronique de Daniel Simon dans Le Carnet et les Instants. Le blog des Lettres belges francophones du 22 août 2022 :

« Matière noire est un livre posthume, un livre magnifique que nous a laissé Jean-Claude Crommelynck alias Ceejay et que les éditions L’arbre à paroles ont publié presque deux ans après le décès (1946-2020) du poète et de l’artiste. Peintre, sculpteur, graveur, styliste, …ses activités ont été innombrables sur plusieurs continents…

Sa gouaille était à l’égal de sa faconde mais aussi de sa délicatesse. Il savait que tout devait être intense en regard de la brièveté de nos pérégrinations sur terre. (…)

Ce livre, comme toute son œuvre se fonde dans une poésie de l’enchantement, de la révolte contre la violence du monde et, dans le même temps, d’une compassion infinie pour le vivant. Ceejay n’a cessé de croire en l’Homme, en ce qu’il recèle de contradictions et de subtiles variantes et contradictions, en ce sens il est un Poète-Monde. »

 

Olivier Tomazyk, Dérivrances. Éditions L’Harmattan, juin 2022 (116 p., 13 €)

Destinés dès notre conception à disparaître un jour, ne sommes-nous pas hantés par l'étrange impression de n'être jamais « vraiment » nés ? Notre venue au monde nous appartient et nous échappe aussi à jamais : miracle ? Traumatisme ? Mémoire, venue d'où et de qui ? Inquiétude... Promesse... La parole convoque les choses dans les mots. Or, la poésie, c'est le langage nouvellement venu au monde et, avec lui, la venue au monde des choses, appelées, convoquées. Ici, la poésie nous fait suivre dérives et inquiétudes, mais pour trouver une délivrance, un certain art de renaître dans l'aventure des mots.

 

Martin Melkonian, Diaspores. Éditions L’Harmattan, juin 2022 (146 p., 15,5 €)

Avec Diaspores, Martin Melkonian recueille les restes d'une « lignée incertaine », échos brisés de voix essentielles. Un personnage qui se déclare « maillon et jalon » y prend corps et se confie à un proche. « Son identité est vague, laisse entendre ce dernier. Pour autant, ce qu'il énonce mérite d'être retenu. »

Martin Melkonian est essayiste, poète et romancier. Parmi ses publications : Monsieur Cristal (Le Bois d'Orion), Le Miniaturiste (Le Seuil ; réédition Parenthèses), Le Corps couché de Roland Barthes (Séguier ; réédition Armand Colin), Un petit héros de papier (Le Félin) et Arménienne (Maurice Nadeau), Arménie noire, Arménie blanche en quintilingue (L'Harmattan).

 

Bernard Fournier, Dits de la pierre. Éditions La feuille de thé, juin 2022 (184 p., 22 €)

Présentation sur le site du Marché de la poésie, 40e édition - 2022 : Sensible aux pierres et en particulier aux pierres aveyronnaises, Bernard Fournier nous dit ce qu'elles cherchent à nous faire savoir et ce, quelle que soit leur forme et le lieu où elles se trouvent.

Natif de l'Aveyron et vivant en région parisienne, Bernard Fournier a la nostalgie du pays. A la tête d'une œuvre comprenant biographies, poésies et roman, Bernard Fournier est aussi critique à la revue Poésie Première, secrétaire de l'Académie Mallarmé ... Dits de la pierre est le 2e recueil publié par La Feuille de thé.

 

Sanda VoïcaLes nuages caressent la terre. Éditions Les Lieux-Dits (collection Les parallèles croisées, mail roesz@unistra.fr), juin 2022 (95 p., 18 €)

Avec 12 1illustrations par : Véronique Sablery, Philippe Boutibonnes, Liviu Șoptelea, Danièle Massu-Marie, Sylvie Durbec, Clara Pop-Dudouit, Ghislaine Lejard, Maurice Marie, Jean-Pierre Stevens, Caroline François-Rubino, Samuel Dudouit, Sanda Voïca.

Extrait de la chronique de Jean-Paul Gavard-Perret, dans Lelittéraire.com du 2 juillet 2022 : « Un entre­tien infini suit son cours, sur­git entre dou­leurs et par­fois une forme d’apaisement pro­vi­soire. Clara ne sera jamais l’étrangère et conti­nue de gran­dir sans ce texte puis­sant qui bous­cule lec­trices et lecteurs.

Rien n’a lieu que cette absence irré­ver­sible mais que l’auteure trans­cende au sein de sa fatigue, même si rien ne peut abo­lir “le bagne de sa vie”. Res­tent les champs déserts qui se tra­versent là où “jamais le som­meil de la rai­son / Ne lis­sera les plis de la folie” qui sou­dain se partage. »

 

Michel Ostertag, À deux pas de la nuit. Le Lys Bleu Éditions, juin 2022 (116 p., 12,40 €)

Michel poursuit le chemin fertile de son inspiration avec un nouveau recueil, paru à quelques mois d’intervalle par rapport aux deux précédents, chez le même éditeur (voir ci-dessous). Enchantement, mélancolie, un lyrisme sublimé, un esprit de sagesse qui emprunte le style aphoristique, un parcours de vie et d’amour qui donne toute sa valeur à l’âme vivant en Poésie. (Voir des extraits dans notre présent numéro, aux rubriques Humeurs et Aphorismes). (D.S.)

 

Marilyne Bertoncini, Mots de PaiX et d’Espérance, anthologie. Éditions Oxybia, juin 2022.

Marilyne Bertoncini a réuni plus d'une centaine de poèmes envoyés depuis le monde entier, publiés sur le site jeudidesmots, témoignage que nous sommes nombreux à désirer cette terre fraternelle et pacifique. Poètes et lecteurs sont cette preuve flagrante que les agissements de certains ne correspondent plus au désir du nombre ! 

L’anthologie est parue aux éditions Oxybia et a été lancée lors d’une lecture publique dans le cadre du Marché de la poésie, à Paris, en juin 2022.

 

Les Amis de Thalie

La revue littéraire et picturale trimestrielle Les Amis de Thalie existe depuis 28 ans et a obtenu en 1998 le Prix de la Presse Poétique décerné par la Société des Poètes Français. Fondée en 1994 à Limoges par Nathalie Lescop, poète, critique, artiste collagiste, et son frère Thierry, rédacteur technique de l’époque et mécène, elle poursuit avec enthousiasme et passion son chemin, malgré la disparition précoce en 1996 de Thierry, son maître d’œuvre. Aujourd’hui, c’est le poète et chroniqueur Christian Boeswillwald qui a pris la relève en tant que rédacteur technique.

Au sein des Amis de Thalie aucun sectarisme : poésie classique, libre, prose poétique, nouvelle chaque forme littéraire y trouve place. Des concours sont également proposés, des numéros thématiques etc.

Articles de fond, poèmes, chroniques, recensions de livres et revues ainsi que de nombreuses illustrations de qualité émaillent la revue. En première de couverture, une œuvre en couleur donne le ton, plus un dossier de 4 pages intérieures couleur consacré à son auteur – un artiste différent chaque trimestre.

Les Amis de Thalie est une revue totalement indépendante, sans aide ou subvention aucune, n’existant que grâce à ses abonnés et créateurs. Un fait demeure établi : la gratuité d’insertion des textes.

Format A4, 70 pages. Abonnement : France 60 – Étranger 67 € ; à l’unité : 18 envoi inclus. Pour tout contact : lesamisdethalie@hotmail.fr.

 

Noria - Révue littéraire et artistique. N° 4 – 2022

Cette revue annuelle, grand format (344 p., 40 ), dirigée par Giovanni Dotoli et Mario Selvaggio et éditée aux éditions de L’Harmattan, est un véritable carrefour des arts et des lettres des pays méditerranéens.

« Noria c'est construire, avoir confiance en l'homme, suivre les chemins multiples qui sont devant nous, entre l'horizon et les lignes à perte de vue. Et surtout être unitaires, ne pas séparer poésie et science, et donc sciences humaines et sciences soi-disant exactes. Art et nature sont inséparables. Poussée novatrice entre tradition et avant-garde, en dialogue perpétuel avec l'homme. C'est pourquoi Noria est "littéraire et artistique". Nous suivrons la route de l'art total, pour le nouvel édifice de l'avenir que nous espérons contribuer à édifier. »

 

AVRIL 2022 – MAI/JUIN 2022

 

Jeanne Gerval ARouff, Pour Malcolm de Chazal. Autoédition, juin 2022 (378 p.)

« Ce livre est une vie. Toute une vie d’artiste, qui débute – avant même de commencer une carrière – avec la découverte, par l’étudiante de 23 ans qu’était alors Janine Arouff, de la peinture de Malcolm de Chazal. (…) En 1959, lors de l’ouverture de l’une de ses premières expositions de gouaches – il n’en vendit pas plus qu’aux trois ou quatre autres qui allaient suivre, espacées sur plus de deux décennies – l’écrivain-philosophe mauricien, déjà célèbre à Paris, mais ignoré et moqué dans son propre pays, est découvert et compris comme peintre, par la jeune Janine Arouff. Elle écrit un texte de grande acuité sur cette peinture « des couleurs pures » – « un impressionnisme d’un nouvel ordre » – alors qu’elle est encore loin de se projeter elle-même dans l’artiste pluridisciplinaire reconnue qu’elle allait devenir. (…)

On lira à bout de souffle les pages d’analyse empathique et percutante que Jeanne Gerval ARouff dédie à Malcolm de Chazal dans ce livre-témoignage, qui couvre plus de six décennies. Elle y décortique la symbolique de quelques éléments fondateurs – l’eau, la pierre, la fleur, le feu, dont Malcolm fait état dans toute son œuvre, tant écrite que picturale (« par la couleur j’ai le verbe immédiat ») – à la lumière de la grande « révélation » du « Principe-Homme » et de sa conséquence immédiate, la transfiguration du monde par l’Art, que le Mage-Mutant, comme elle l’appelle, nomme « la féérisation ».

On ne s’étonnera pas alors de découvrir, comme en retour, ce que le Maître avait pensé de la jeune artiste, en visitant son exposition de début en 1972, quand interrogé par un journaliste sur la façon dont il résumerait son art, il répondit : « Jeanne Gerval est la totale ambitieuse. Elle vise à l'absolu, c'est-à-dire à une peinture des quintessences. Pour tout dire, elle veut peindre l'âme. À mon sens, il n'y a qu'une seule et unique manière de peindre l'âme des choses, c'est par la féérisation. »

Alors, ce livre est à lui seul un témoin et un guide de féérisation. Qu’il nous soit propice, et peut-être même, à la mesure de chacune et de chacun, salvifique, ou du moins, guérisseur. » (extrait de la préface par Dana Shishmanian ; pour commander le livre : monadresse.)

 

Brèves. Anthologie permanente de la nouvelle, n° 120, éditions Atelier du Gué, juin 2022 (158 p.)

Brèves est une revue qui existe depuis 40 ans. Parution semestrielle. Se commande en librairie ou chez l’éditeur : Atelier du Gué, 1 rue du Village 11300 Villelongue d’Aude.

Parmi les auteurs publiés dans ce dernier numéro : Mireille Diaz-Florian.

 

Dominique Zinenberg, Carnet d’incertitudes, éditions Unicité, juin 2022 (198 p., 16 €)

« Dire la précarité de la vie et l’émerveillement qu’elle procure n’est pas une mince tâche, mais il est des créateurs qui font oublier leur labeur, tant ils épousent toute existence dans l’instant et le vivant dans sa palpitation et son infinie diversité. Le dernier recueil de Dominique Zinenberg est de ceux qui nous enchantent comme Papageno, l’oiseleur. Toute apparition y scintille de sa fragilité même, de son inévitable et prochaine éclipse. Pourquoi ce miracle que ne laisserait pas supposer le titre général du recueil, Carnet d’incertitudes, ni sa dédicace à un ami disparu, ni aucun titre des trois sections : « Précarité des lignes », « Labilité des signes », « Porosité des traces » ? À moins que justement ces titres, tristes et magnifiques, n’aient absorbé la mélancolie, voire la tragédie du monde, pour libérer les poèmes qu’ils enclosent non de toute inquiétude, mais de toute mièvrerie chagrine…. » (Extrait de la préface d’Agnès Adda)

 

Pierre Kobel, Écrire à dessin, avec les dessins de Jean-Louis Guitard, éditions Unicité (collection Le vrai lieu), juin 2022 (104 p., 15 €)

On les croirait nés l’un pour l’autre. Le mot et le trait, le noir et le blanc, le visage de l’insondable et la voix du poète saisis avec une précision d’orfèvre. Pierre Kobel et Jean-Louis Guitard accordent leurs plumes et entraînent entre ombre et lumière le lecteur dans une conversation intime que la Nature et le Désir abreuvent pour notre plus grand ravissement.

 

Anne Barbusse, Les accouchantes nues, éditions Unicité, juin 2022 (222 p., 18 €)

Ce recueil est issu d’un journal écrit en 2004 lors d’un séjour à l’hôpital psychiatrique. Après Moi la dormante, publié aux éditions Unicité en 2021, qui retraçait la descente aux Enfers de la dépression avec repli sur soi et plongée dans la psychiatrie en fin d’hiver, entre médicaments et enfermement, ce recueil amorce la remontée, la sortie hors de la confrontation aux autres malades avec toutes leurs fêlures essentielles, la naissance de soi à soi, la réalisation d’avoir donné naissance. Dans une progression non linéaire et heurtée de doutes et retours en arrière, ce journal interroge part de soi, part de l’autre et part du monde, afin d’accoucher d’une vie possible et d’une écriture maïeutique, fragile mais avançante, en vers ou en prose, quêtant délivrance et juste adéquation entre un soi défaillant, tronqué, hospitalisé, et le monde plein du printemps dissonant d’avril hors hôpital. (…) S’enfanter comme on s’écrit.

Peinture de couverture : Amertude, 2000, Éric Dubois ©

 

Carlos Humberto Santos, L’autel du sacrifice/ El Altar de sacrificio, éditions Unicité (Cahiers bleus), mai 2022 (114 p., 14€)

À la pointe du compas où se tiennent en équilibre les Amériques, le poème veille et insuffle.

Carlos Humberto Santos est né dans ce tourbillon des cultures en feu.

Même si en lui coule un fluide venu du « jardin des délices », ce jeune poète marche sur une ligne de pensée à la fois ciselée et déchiquetée.

Carlos Humberto Santos s’allonge lui-même sur l’autel du sacrifice, il en prépare les ornements et en aiguise le poignard.

L’esprit manie ici la dague et apprivoise la colombe - Venu de la mythologie Maya, il se tient à la croisée des traditions.

 

André Ughetto, Les attractions inéluctables, éditions Unicité, mai 2022 (126 p., 14 €)

« … Hypothèses au scalpel, effondrements pour voir, convivialités vertigineuses – tout dans cette poésie est raisonnablement, mais radicalement considéré et dévisagé. On entend partout comme un tragique et serein « Et si ... soudain ? » (si nous n’avions plus que des gestes pour outils, des cris pour discours, des clics pour jugements ...). Mais à tout ceci, chez ce poète, des réponses sans mensonges se pressent, s’élaborent et nous touchent… » (Extrait de la préface de Marc Wetzel)

 

Évelyne Morin, Une lumière incertaine, éditions Unicité, mai 2022 (118 p., 13€)

Avec ce nouveau recueil, Évelyne Morin met en mots ce qui, au plus intime d’elle, lui permet d’accéder à cette profondeur fondatrice : Voir et sentir ce qui est au-delà de nous dans un silence qui nous amène à une compréhension intuitive de ce qui nous dépasse. Mouvement, lumière, solitude, présent et passé s’enchevêtrent pour nous inviter, sans qu’elle le sache peut-être, à une joie tellement profonde lorsque le temps n’a plus lieu d’être parce qu’il a déjà couru…

 

Guénane Cade, Pas de côté, éditions Sauvages (collection Askell), mai 2022 (62 p., 11,50 €)

Regarde, renifle, écoute, goûte… La poésie invite aux pas de côté. Des estrans aux chemins creux, aux sentiers de la vie qui bifurquent, elle ruse avec l’horizon, élargit l’univers, elle flirte avec le rêve. Des pas de côté pour mieux avancer.

 

Marc et Catherine Sourdillon, Le seigneur de la pénombre, éditions Illador (collection Couleur), mai 2022 (64 p., 20 €)

Quel est ce seigneur dans la pénombre ? C’est le merle, le merle qui nous réveille, le merle qui nous interroge. Le chant de cet oiseau nous donne de l’assurance, « sa vérité nous concerne ».

Voilà ce qu’on découvre dans la prose délicate et allègre de Jean Marc Sourdillon admirablement soulignée par les aquarelles de Catherine.

 

Ronan Moysan, Poésies sous un échiquier, éditions Jets d’encre, mai 2022 (62 p., 12,60 €)

Si Richard Mutt, le pseudonyme utilisé par Marcel Duchamp pour signer son célèbre urinoir nommé « Fontaine », existait… à quoi ressemblerait sa vie ? Cette question, Ronan Moysan se l’est souvent posée. Il a beaucoup réfléchi à la personnalité de cet être fictionnel dont le nom signifie « abruti ». Quant à la réponse, elle est à découvrir dans ses vers. Ronan Moysan signe un recueil de poèmes audacieux et résolument moderne et livre une oeuvre tout aussi conceptuelle et originale que celle qui l’a inspirée.

 

Isabelle Lévesque, Je souffle, et rien, éditions L’herbe qui tremble, mai 2022 (152 p., 18 €)

Je souffle, et rien est le poème du pays où vit Isabelle Lévesque. La description du fleuve, des falaises, du vent, de la faune et des oiseaux nous emmène dans les boucles de la Seine, là où celui à qui s’adressent les poèmes se rendit souvent pour y rêver et dessiner ses rêves.

Il me semble que l’écriture tourne chez Isabelle Lévesque autour d’un secret. Le secret étant cette façon de mettre à part, de séparer des lieux, des domaines, l’intime et le monde des autres par exemple, les morts et les vivants, et ainsi de réserver, de préserver. Le secret a tout à voir avec la poésie. (Jean-Marc Sourdillon)

 

Éric Chassefière, La part d’aimer, éditions Rafael de Surtis, mai 2022 (92 p., 17 €)

« Depuis un tel voyage, ce qui semble apparaître au-delà de la musique même (qui est au premier plan émotionnel) c'est la lumière, une lumière subtilement filtrée qui se déploie à travers la substance d'une émotion qui s'interroge. (…) Éric Chassefière continue d'irriguer le champ de son œuvre profonde, toute entière faite de spirales ascendantes, et de nombres d'or. Le silence, le clavier, le jardin, l'effacement : une sorte de foi réelle qui s'élève, invariablement. Au creuset prochain des harmoniques : la voix, la fleur, une aspiration, qui bientôt inversent le travail du rêve. À ces lignes se trouve l'essentiel vertige qui porte, escaladant les abruptes parois d'un monde devenu extérieur. C'est sur l'appui de la source du cœur, pourtant inexplicable, que va se sculpter une vérité nouvelle, celle de l'insondable sens, de la mémoire accordée, enfin, à l'espace des mots qui s'effacent : La Part d'Aimer. » Paul Sanda

 

Revue Poésie/première, n° 82, mai 2022 (112 p/ ; 16 €)

Dans la tradition des numéros thématiques, cette édition est dédiée à un sujet éternel : Nature et poésie, avec un éditorial de Martine Morillon-Carreau, un article de Gérard Mottet, suivi d’un texte de Philippe Tancelin : Indéfectible présence de la nature, et un essai de Dominique Zinenberg : L’unique poète de la nature. Suit un dossier sur la « géopoétique », discipline que tout poète pratique nativement… avec quelques plumes de prestige venues de différents horizon (Écosse, Bretagne, Chili, …), sous la coordination de Pascal Mora. Par ailleurs, Martine Morillon-Carreau poursuivit (des numéros précédents) son exploration des « voix du temps » chez Jacques Ancet, dans « l’amitié des voix » évoquées ici (dont Unamuno, Reverdy, Borges, Ritsos).

Un groupage intitulé Créations (poésie) réunit : Anne Barbusse, Claude Cailleau, Alain Duault, Pierre Maubé, Béatrice Pailler, Ara Alexandre Shishmanian, Sonia Zin El Abidine.

Nous remarquons tout particulièrement aussi les Hommages, notamment à René de Obaldia, Michel Deguy, Anne Mounic, qui nous ont quittés ces derniers mois (en toute discrétion…).

Enfin, de nombreuses chroniques et notes de lecture par les membres du comité de rédaction de cette riche revue, de grande tenue littéraire.

 

Victor Saudan, Lieux-dits, avec des peintures de Annegret Eisele, éditions du Petit Vehicule (Chiendents n° 169), avril 2022 (44 p., 11 €)

Par les vallées

Lire le paysage
tout autour de moi
pour chercher les indices énigme du pli et de la rupture chaque butte une respiration chaque crevasse un souvenir

couche par couche dévoiler le vide traversé voyager l’espace
vers d’autres moments la vie d’autres horizons

couche par couche le souterrain devenu surface l’infini
abîme simultané …

« Dire les lieux au moment de leur expérimentation – une verticale dans l’horizontalité de l’être. » (l’auteur)

 

FÉVRIÉR 2022 – MARS/AVRIL 2022

 

Lina Kostenko, Journal d’un fou ukrainien. Éditions L’Harmattan, février 2022, 334 p., 27,5 €

Édition bilingue. Traduit de l'ukrainien par Nikol Dziub et Sonia Philonenko. Préface de Radomyr Mokryk

Ce roman se présente comme le journal d'un programmeur kyïvien trentenaire qui commente douloureusement la mondialisation de la désinformation et la virtualisation des sentiments au tournant du millénaire. Né en 1968, année de l'invasion de Prague par les Soviétiques, ce héros souvent impuissant décrit le crescendo de catastrophes qui a marqué les années 1999 à 2004.

Plus encore qu'une chronique, ce roman est un avertissement : les tragiques événements des dernières années en Ukraine y sont annoncés en creux. Et surtout, c'est un livre de combat, car le héros tente de combler le fossé qui chaque jour se creuse entre l'homme et la femme, entre les hommes d'hier et d'aujourd'hui, entre l'Europe et une Ukraine devenue un terrain d'affrontement entre des mondes antagonistes.

Née en 1930 près de Kiev, Lina Kostenko est une grande dame de la poésie et de la littérature ukrainiennes, connue comme une figure protestataire dans des années 60-70 sous le régime soviétique (elle était interdite de publication à partir de 1962).


Andreï Kourkov, Les abeilles grises. Éditions Liana Levi, février 2022, 400 p., 23 €

Dans un petit village abandonné de la «zone grise», coincé entre armée ukrainienne et séparatistes prorusses, vivent deux laissés-pour-compte: Sergueïtch et Pachka. Désormais seuls habitants de ce no man’s land, ces ennemis d’enfance sont obligés de coopérer pour ne pas sombrer, et cela malgré des points de vue divergents vis-à-vis du conflit. Aux conditions de vie rudimentaires s’ajoute la monotonie des journées d’hiver, animées, pour Sergueïtch, de rêves visionnaires et de souvenirs. Apiculteur dévoué, il croit au pouvoir bénéfique de ses abeilles qui autrefois attirait des clients venus de loin pour dormir sur ses ruches lors de séances d’«apithérapie». Le printemps venu, Sergueïtch décide de leur chercher un endroit plus calme. Ayant chargé ses six ruches sur la remorque de sa vieille Tchetviorka, le voilà qui part à l’aventure. Mais même au milieu des douces prairies fleuries de l’Ukraine de l’ouest et du silence des montagnes de Crimée, l’œil de Moscou reste grand ouvert

Né à Léningrad en 1961, vivant à Kiev depuis sa petite enfance, parlant couramment six langues, Andreï Kourkov dit de lui-même : « Je suis un Russe ethnique, je suis devenu un Ukrainien politique ». Voir infos, interviews et prises de positions sur le site franceculture.

 

Ukraine, pivot de l'Europe. Éditions Corlevor, mars 2022, 15 €

Ce « pivot géopolitique » que constitue l'Ukraine n'a pas à retourner dans le giron de la Russie, tout simplement parce que l'Ukraine n'a pas fait ce choix, elle a fait celui de l'indépendance, d'une part, et aussi celui de se tourner vers l'Ouest. Et ce n'est pas une pression américaine qui a pesé dans ce choix : il existe depuis des siècles en Ukraine une aspiration à l'autonomie et une haute conscience de sa singularité, héritées de la Rus' de Kyiv, autant que de l'expérience « proto-démocratique » de la Sitch des Cosaques. Sommaire :

Réginald Gaillard : L'Ukraine, ou notre souci d'Europe
Serhiy Jadan : Poèmes
Antoine Arjakovsky : Russes, Ukrainiens, Européens : cette histoire que nous partageons
Luuk van Middelaar : Le début de la perte de l'innocence
Eric Fournier : Trois journées particulières au pays de Gogol
Alain Guillemoles : Malgré la guerre, peut-être à cause d'elle, l'Ukraine pivote vers l'ouest
Borys Gudziak : Un archevêque de par le monde. Entretien
Andreï Kourkov : Russie / Ukraine, chassé-croisé des clichés
Fedir Vozianov : La tradition de l'avant-garde. Parcours d'un styliste. Entretien
Viktor Yushchenko : L'avenir de l'Ukraine est à l'ouest. Entretien
Taras Chevtchenko : Poèmes
Anna de Czaski Canter : Présentation du Centre culturel Anne de Kiev

Voir aussi : la revue NUNCn°s 50-51 : Dossier Ukraine, pivot de l'Europe

 

Revue Esprit, n° 4/2022 4184) : En Ukraine et en Russie, le temps de la guerre, 192 p., 12,99 € (format électronique)

Le groupage mis en avant dans le titre occupe les pages 35-104 de la revue (voir le sommaire sur le lien susmentionné).

 

***

Ágnes Nemes Nagy, Les Chevaux et les Anges, Rumeurs éditions (Collection Centrale / Poésies), avril 2022, 288 p., 18 €

Édition établie sous la direction d'Anna Tüskés avec le concours de Guillaume Métayer

Ágnes Nemes Nagy (1922-1991), l'une des plus grandes voix de la poésie hongroise de l'après-guerre, source d'inspiration de générations de poètes, n'avait jamais bénéficié d'un recueil entier en français. La jeune chercheuse Anna Tüskés a réuni de nombreuses traductions introuvables, dont cinq traductions inédites de Bernard Noël, et d'autres testes disséminés en revue ou jamais publiés dus à Guillevic, Pierre Emmanuel, Bernard Vargaftig, et bien d'autres poètes encore. S'y ajoutent près d'une trentaine de poèmes nouvellement retraduits pour cette édition par Guillaume Métayer. La préface est due à la grande poétesse et romancière contemporaine Krisztina Tóth. Un hommage éclatant à Ágnes Nemes Nagy, poète de l'exploration intime et de la résistance intérieure pendant les années sombres, l'année de son centenaire.

Pour faire connaissance avec cette poétesse, voir par ex. son interview de 1967 dont des extraits ont récemment été publiés en ligne sur le site Littérature hongroise.

Quant à la jeune chercheuse Anna Tüskés, lire son entretien avec Maria Mailat dans Francopolis de mai-juin 2021 (rubrique Gueule de mots : Dialogue Maria Mailat-Anna Tuskes sur les relations artistiques et littéraires franco-hongroises).

 

Edgar Morin, Réveillons-nous ! Éditions Denoël, mars 2022, 84 p., 12 €

« Nous ne savons pas ce qui nous arrive et c’est précisément ce qui nous arrive », écrit José Ortega y Gasset.

Que nous arrive-t-il ? Qu’arrive-t-il à la France ? Au monde ? Notre impéritie vient-elle d’une myopie à l’égard de tout ce qui dépasse l’immédiat ? d’une perception inexacte ? d’une crise de la pensée ? d’un somnambulisme généralisé ?

Tant de certitudes ont été balayées !

Comment naviguer dans un océan d’incertitude ? Comment comprendre l’histoire que nous vivons ? Comment admettre enfin que, en dégradant l’écologie de notre planète, nous dégradons nos vies et nos sociétés ? Comment appréhender le monde qui se transforme de crise en crise ? Comment concevoir l’aventure inouïe de notre humanité ? Est-ce une course à la mort ou à la métamorphose ?

Serait-ce à la fois l’un et l’autre ?

Réveillons-nous ! »

Ce livre d’un centenaire fait écho à un autre, d’un vieux sage aussi : Stéphane Hessel, Indignez-vous ! (2011). Et pour cause : Edgar Morin nous dit que nous sommes tellement endormis actuellement, qu’il est question, avant toute indignation possible, d’un franc réveil !

 

Michel Jourdan, Notes de ma grange des montagnes et des bois. Éditions Unicité, avril 2022, 146 p., 15 € (collection Spiritualité)

« De ces dix ans de vie dans une grange des Pyrénées ariégeoises, je ne regrette rien, au contraire j’ai plutôt la nostalgie de ces dix ans, de 1973 à 1983, et d’avoir pu vivre avec le Tao, en autonomie à 50 % : énergie du bois mort et du feu, cueillettes de fruits sauvages (surtout myrtilles et framboises) et de champignons, nourriture de jardins et fromage de chèvre six mois par an — sans oublier les châtaignes sauvages et le pain cuit chaque jour. (…) Méditer était le guide. La montagne était le maître. »

 

Eva-Maria Berg, Étourdi de soleil / von sonne betäubt, illustration Yannick Bonvin Rey. Éditions L’Atelier des Noyers (Dijon), avril 2022, 15 €

Traduction de l’allemand : Eva-Maria Berg, Max Alhau, Olivier Delbard. Voir les actualités de l’autrice sur son site.

 

Claudine Bohi, Regarde, avec des peintures d’Anne Slacik. Éditions L’herbe qui tremble, avril 2022, 88 p., 20 €

Lors d’une exposition, Claudine Bohi découvre quelques œuvres bleues d’Anne Slacik, elle est bouleversée. Elle écrit une série de poèmes réunis sous le titre Regarde. De ces poèmes sont nés une exposition à la galerie Papiers d’art consacrée aux Bleus d’Anne Slacik, et ce livre.

 

Pierre Dhainaut, Préface à la neige, éditions L’Herbe qui tremble, mars 2022 (94 p., 14€)

Peut-être n’écrivons-nous des poèmes que pour reprendre inlassablement certains mots, « neige » par exemple. Un soir, enfants, nous voyons la neige qui commence à tomber : le jour suivant, nous nous éveillons dans un monde que nous reconnaissons à peine, élargi, aimé, à l’image des rêves, le nouveau monde. Aucun miracle ne dure, aucun pourtant ne disparaît, les mots dans les poèmes en raniment le désir et en rouvrent l'horizon. Nous écrivons une perpétuelle préface à la neige. (Pierre Dhainaut)

 

Carole Carcillo Mesrobian, L’ourlet des mots. Éditions Unicité, mars 2022, 44 p., 13 €

… Que faire de nos maturités dissidentes lorsque nous sommes appelés à l’intensité ? Dis-moi / est-ce renaître / est-ce ceci de su, nous demande l’écrivaine éprise et aux prises avec une substance indomptable. Les rêves grandissent-ils entre des mains usées … ? interroge-t-elle. À renfort de mots charriés dans les veines comment ajouter une suite au ciel lorsque la terre nous gave et nous grave ? La poétesse pose l’espérance comme l’ultime équation après infini réversible. Sa plume somme les genèses et institue les oublis, dernier refuge avant la nuit. Vers définitifs et symptômes irrémédiables de cette échéance qui ne nous a pas comptés.

L’air rompu / Insiste à étouffer / son incantation vibratoire / sur l’inimaginable / qui nous sépare /et recommence, écrit l’auteure à bout d’oxygène.

 

Paul Sanda, La précession des sphères. Éditions Unicité, mars 2022, 82 p., 14 €

Auteur, éditeur, vociférateur proche des surréalistes, Paul Sanda est aussi mélomane. En témoignent ces surprenants poèmes, où l’auteur célèbre le jazz, et plus particulièrement Patricia Barber, puis le classique, à travers plusieurs figures tutélaires, méconnues du grand public, tel Louis Marchand (1669-1732). Orné des œuvres de Klervi Bourseul, ce petit recueil témoigne de l’éclectisme propre au créateur et de son goût, profond, pour la musique, pour les musiques. Toutes harmonies le menant vers les sphères, ces nobles espaces qu’évoque si justement Odile Cohen-Abbas en avant-propos. - Étienne Ruhaud

 

Élisa Ka, La porte du dedans, Jacques Flament éditeur, mars 2022 (122 p., 12 €).

La porte du dedans est un chemin qui nous traverse. Une audacieuse avancée vers la rencontre de soi, de ses failles, ses turbulences et ses réconciliations.

Par sa plume sensible et pénétrante, Elisa Ka nous prouve que la poésie, cet art de la mémoire et de l’oubli, a plus que jamais son mot à dire. En nous entraînant dans son monde qui est aussi le nôtre, elle nous restitue cette part enfouie de nous-mêmes que nous n’osons pas voir, tant cette introspection peut s’avérer chaotique.

Puissant recueil, où la lumière est celle de l’eau, qu’elle soit colorée comme le fut son enfance en Algérie, ou plus sauvage et changeante, comme les ciels des côtes de Normandie où elle vit aujourd’hui. Dans cet espace clos et authentique, Élisa Ka nous révèle l’envers de l’invisible.

 

Chantal Couliou, Une traversée de soi. Éditions Sauvages, mars 2022, 76 p., 12 €

Chantal Couliou est la lauréate du prix Paul-Quéré 2021-2022, un prix créé en 2015 par Les Éditions Sauvages pour prolonger l’œuvre et la démarche de Paul Quéré, poète, critique et peintre, fondateur des revues Ecriterres et Le Nouvel Ecriterres. Active dans l’univers du haïku, elle a publié une trentaine de livres, comme Légers frissons (éditions Donner à Voir, 2 019), Dans les coulisses du jardin (Voix Tissées, 2020), Du soleil plein les yeux (Unicité, 2020), La clé des mots (éditions Buissonnières.

 

Michel Bénard (Préface et poèmes) / Daniel Convenant (artiste peintre), Sur les pas du silence, éditions Les Poètes Français : stepoetesfrancais@orange.fr  (35 €)

Bon de commande sur le site Couleurs-poésie.

 

Xavier Frandon, Fiefs. Éditions du cygne, mars 2022, 60 p., 10 €

“Le peuple est souverain seigneur de sa langue, et la tient comme un fief de franc alleu, et n’en doit recognoissance à aulcun seigneur.”

Le monde actuel place chacun au centre de sa vie, une vie responsabilisée, contrainte dans sa liberté, son corps et son esprit. Les individus constituent des fiefs, où chacun a le devoir de protéger son intégrité contre les règles qui assaillent, mais aussi de mettre en culture son propre bonheur : “sa langue”. Naïvement, le poète ne cessera d’exercer ses forces à relier les micros-fiefs, non à les dissoudre, mais à les rendre perméables, et solidaires. Le poète s’adresse aux individus.

 

Michel Cassir, A feu tenu, éditions Unicité, février 2022 (94 p., 13 €)

Dans À feu tenu, Michel Cassir pose des yeux de vapeur à grands remous de dieux croissants du Mexique et d'ailleurs. Les dessins de Saad Ghosn hissent nos vertiges comme des rituels aux altitudes magiques. Il arrive toujours un moment / qui suit l’éclosion des couleurs /où tout devient net et uniforme/ comme l’arrivée / dans un grand livre d’images, écrit le poète dans l’émoi d’une sphère ajourée et corpusculaire. De nos ancêtres travaillés par la sueur du temps à nos hauts lignages Michel Cassir et Saad Ghosn traduisent de divins mirages en kaléidoscopes hypnotiques. Dans ce recueil nous éprouvons avec maturité la force du désert, d’ingénieux trafics d’icônes et d’amulettes, nos lignes de fuite deviennent figures fondatrices comme les promesses étranges des perspectives. Orientés par des éclairs assoiffés, nous usons nos ombres et cherchons de petites ruses comme autant de miniatures inventives. Suivons ce feu tenu où les démons du corps flambent, nous reconnaitrons cette beauté, collision de la couleur. Nous émettrons ce mystère de l’univers / affranchi par la vitesse. (Anne de Commines)

 

Gaëlle Josse, et recoudre le soleil, Éditions Notabilia/Noir sur Blanc, février 2022 (96 p., 10€)

« J’ai écrit ces textes dans des carnets, des cahiers, sur des pages volantes, des agendas, des tickets, des listes, des enveloppes, des marque-pages ou dans mon téléphone ; je les ai écrits dans les gares, les trains, les hôtels, les cafés, chez moi, dans le métro, en ville et en d’autres lieux.

La poésie demeure pour moi comme une apparition, une attention portée à l’infime, comme le surgissement d’un éclat fugace au cœur de nos vies. L’éclosion d’invisibles soleils. Peut-être, à cet instant-là, les mots peuvent-ils saisir quelque chose de ce jaillissement.
Elle est le regard nu, débarrassé de ce qui pèse, de ce qui encombre, elle est le retour à la source, la lumière qui s’attarde sur un mur, le frémissement qui parcourt un visage, la chaleur d’un corps aimé, elle est le mot que l’on attend et qui nous sauvera peut-être.
J’ai eu envie de vous offrir aujourd’hui cette moisson de mots cueillis jour après jour, qu’ils aient été d’orage ou d’allégresse. Mais vivants. Vivants, oui, et vibrants, toujours. » Gaëlle Josse

 

Éric Chassefière, Je jardin d’absence, éditions Sémaphore, février 2022 (92 p., 12 €)

« Œil éclatant profond unique, creusant l'espace de la matière même du regard qui vient s'y détacher de la paupière, prendre peau et sang à cette caresse de présence qu'offre la rose libérée de sa nuit, puissante dans sa fragilité, aveugle dans sa lumière, ciselée dans l'absence même de la forme. La rose au soir garde tout son éclat, c'est de son obscurité qu'elle brille quand autour d'elle le damier des lignes peu à peu s'estompant devient ciel, quand au seuil de se lier à la terre plus rien ne nous sépare de nous-mêmes que le nœud de présence de cette fleur repliée dans le pur envers d'exister. » (quatrième de couverture)

 

Alexandra Anosova-Shahrezaie, La petite utopie anarchiste. Éditions du cygne, janvier/février 2022, 60 p., 10 €

Il y a de toute évidence une urgence à vivre. La vie n'est pas ce qu'elle est : il faut l'écrire, la transformer. Fuir un pays où tout s'effondre et qui ne se relèvera pas de son vivant. Accepter de tout défendre, de tout endosser, de tout endurer. Partir, c'est vivre et vivre, c'est partir. Parce que ce n'est pas la vie, ce n'est pas vivre, ce n'est pas soi. C'est se réinventer à chaque instant. Dans le langage et la vie. Pour que rien n'ait lieu sans cela. Il ne suffit pas de parler pour dire quelque chose. Dire ce qui a réellement lieu dans une vie. Son histoire fictive et furtive. Comme s'écrit et se lit un poème. Un court-métrage. Comme s'écoute une musique. Se regarde une peinture ou un film. Comme se traverse une ville que l'on aime et que l'on ne fait que passer dans un café. Ou lorsque l'on se rend dans un aéroport pour voir décoller un avion derrière la vitre en fuyant la folie ordinaire. Comme s'écrit La petite utopie anarchiste.

Alexandra Anosova-Shahrezaie est née en 1982 à Novgorod (URSS) en Russie. Elle habite au Grand-Duché de Luxembourg. Sa vie et son écriture sont intimement liées à la musique et à la poésie. Elle a publié dans les revues Traversées et Les cahiers luxembourgeois. Son premier recueil, Roman !, est paru aux éditions Le Coudrier en 2021.

 

William Heinesen, Élégies arctiques. Éditions du cygne, janvier/février 2022, 82 p., 12 €

Les Élégies arctiques rassemblent ici des poèmes issus de l’ensemble de l’œuvre poétique de l’auteur féroïen, tout en prenant le titre de son premier recueil. Cosmique et tourmentée, à l’image de cet archipel danois situé au nord de l’Écosse et à quelques centaines de kilomètres de l’Islande, cette poésie oscille entre introspection intérieure, description des paysages et questionnement engagé sur le monde, dans une dimension universelle évidente.

William Heinesen (1900-1991) est bien certainement l’un des plus importants écrivains des Iles Féroé, du Danemark et même de Scandinavie. Son œuvre est en effet considérable : poète, romancier, nouvelliste, il fut également compositeur et peintre. D’expression danoise (il n’écrivait pas en féroïen), il a été reconnu au niveau international (son nom circula notamment pour le Prix Nobel de littérature).

 

Françoise Coulmin, Et advint le silence. Avec les encres originales de Maria Desmée. Éditions La Feuille de thé, février 2022.

11 exemplaires confectionnés à la main, numérotés et signés par les autrices.

Claudine Helft, L'Outrage du plaisir. Éditions Le Manteau & la Lyre / Obsidiane, janvier-/février 2022, 80 p.

« Ces carnets bruts ouvrent au genre poétique de l'œuvre de Claudine Helft une voie nouvelle. L'essence du poème est la notation. Loin de le renier, elle lui donne au contraire une place prépondérante, en glissant de la prose poétique au poème en prose. Claudine Helft renoue ainsi avec ses grands aînés le lien qui relie les écritures. Il y a là des vérités qui ne sont pas bonnes à dire, de faux mensonges, un roman dont les acteurs sont à la mesure du quotidien, et une nature à la hauteur du sacré. Il y a là aussi une femme qui ose dire ce que d'autres taisent, une femme qui n'accepte pas les codes et refuse les "étiquettes". D'amours en humour, elle promène la pluie et ses tristesses dont elle sait faire des joies dans "l'invention du vivre", et salue les gaîtés de la vieillesse en outrageant le plaisir. »

 

Michel Cossec, Dédale des songes & incantations. Suivi de Non-lieu. Éditions L’Harmattan, janvier/février 2022, 105 p., 12,5 €

La mer, tellement au-delà des hommes, porte l'épave en errance. On finit par vivre / sur les berges du vertige / horizon sans l'avenir/ figé. Ce fond de noirceur et de désespoir est traversé par des incantations lumineuses qui révèlent toute la vigueur poétique de Michel CossecIl faut refaire le monde (...) s'enfermer d'exil à brasle-corps/ sur un fin fond d'étoiles vives (...) Alors l'aube serait d'un recommencement. Mais tour à tour resurgit l'ambivalence entre vie et mort, entre femme idéale et femme faste/tueuse. Michel Cossec expose des champs associatifs riches qui apportent au lecteur images et sonorités exotiques. (Préface d'Antemanha).

Michel Cossec est lecteur d'horizons extrêmes, arpenteur des terres mémorielles, l'alentour est nécessairement pour lui une bibliothèque universelle. Poète, mais aussi peintre et photographe, rêveur ...

 

Barbara Auzou, La Réconciliation. Cinquante variations autour de La Vague de Camille Claudel. Éditions L’Harmattan, janvier/février 2022, 64 p., 10 €

« La poétesse entreprend d'entrer en résonance avec l'œuvre de la sculptrice Camille Claudel intitulée La Vague sans pour autant entrer jamais dans l'illustratif. Elle s'inscrit au contraire dans une relation sculpturale à l'écriture où le verbe est martelé, taillé, ciselé... L'ensemble est saisissant et vibre d'une fièvre à l'autre... » Philippe Tancelin

« "... Je dérive avec toi à chair de ciel et à fleur d'orage...", voici qui pousse les personnes qui entreront dans ce livre à "dériver" à leur tour, avec Auzou et Claudel dont les œuvres ici sont suffisamment accomplies, étranges et prenantes pour qu'il soit inutile de spécifier leurs prénoms. » Xavier Bordes

 

Tigrane Yegavian, L’adieu au Levant. Éditions L’Harmattan, janvier/février 2022, 84 p., 12 € (collection Accent tonique)

Comment dire la perte quand le monde dont vous êtes issu se défait ? Quand concilier un présent chaotique avec la tentative de l'absolu réveille l'urgence de la poésie ? Dans ses poèmes, Tigrane Yégavian donne vie à un réel de plus en plus fragmenté. Il se souvient de ce qui a été et de ce qui n'est plus. Chante l'Amour et ses saisons, la mémoire d'un Orient délesté de toute fioriture exotique où l'enfant, l'adolescent et le jeune adulte a reçu une part de son éducation ; Lisbonne et le Portugal, sa terre d'Enfance ; la représentation plurielle d'une Arménie de plus en plus insaisissable. Tous ces lieux sont autant de territoires poétiques inviolables qu'il se plaît à revisiter mêlant gravité et légèreté, en témoin amoureux. Lucides sur la tragédie, ses poèmes n'en demeurent pas moins porteurs d'une espérance.

Tigrane Yégavian est né à Paris. Il a grandi entre le Portugal, la Suisse, la Syrie et la France.

 

Michel Ostertag, Jean Sébastien Bach, musicien de Dieu, suivi de : La vieillesse est un exil, éditions Le Lys Bleu, janvier/février 2022, 112 p., 12 €

« Deux volets que tout semble opposer composent ce nouveau recueil : un hymne exalté dédié à la musique de Bach, le Johann Sebastian – musicien de Dieu, et des pseudo-aphorismes élégiaques sur l’isolement dû à l’âge – la vieillesse est un exil. Des styles et des registres d’écriture complètement différents, des thèmes sans rapport apparent… Et pourtant. En rentrant dans cette double écriture jusqu’au plus profond on y découvre un cœur unique et indivisible : ce cœur, c’est l’humain originaire, l’humain qui est en exil sur cette terre dès la naissance, un exil dont seule la vieillesse fait prendre connaissance et ressentir le mors au quotidien. (…) Cette lecture me remplit de bonheur, car au bout du parcours, il y a l’amitié, il y a le "Penser à l’autre comme on penserait à soi un jour de pluie", il y a l’Amour… » (préface de Dana Shishmanian)

 

 

DÉCEMBRE 2021 - JANVIER/FÉVRIÉR 2022

 

Salah Al Hamdani, L’arche de la révolte, éd. Le Nouvel Athanor, janvier/février 2022

« Ce poète est un "homme-loup" à nul autre comparable. C'est à jamais un enfant égaré de Bagdad. Un enfant volant. Il chante, s'élève et ne baisse jamais la tête devant personne. Il se situe à l'absolu contraire de toute mondanité de la "gauche caviar"!... » (extrait de la préface de Jean-Luc Maxance).

Recueil de poèmes en français, dont plusieurs sont traduits de l’arabe avec Isabelle Lagny. Voir le site du poète.

 

Jean-Pierre Rousseau, Sertão mystique et autres poèmes, éditions Unicité, février 2022, 78 p., 13 .

Ce recueil nous mène à travers différents paysages : le sertão brésilien, zone semi-aride, dont la religiosité du petit peuple inspire le poète ; la campagne angevine, dont de courts poèmes – les trovas – saisissent des choses vues. Il nous mène aussi à travers différentes rencontres qui ont marqué durablement l’auteur.

 

Arnaud Villani, Petites vignettes érotiques, éditions Unicité, février 2022, 64 p., 13 .

Dans ce recueil, Arnaud Villani investit une écriture dans l’érotisme comme nul autre. Il s’empare magnifiquement du quotidien et le replace dans une sensation réfléchie qui lui est propre. Le lecteur se sent comme multiplié par des chemins où tout se dit avec pudeur, tant les mots cherchent, inventent, puis trouvent l’érotisme dans le recoin des choses et des sentiments. Ici la femme est multiple, elle mène le jeu devant le poète jouant de toutes vibrations et intuitions pour nous donner à voir ce qui se donne en se voilant.

 

Yvon Le Men, Les Épiphaniques, avec des œuvres de Richard Louvet, éditions Bruno Doucey (collection Soleil noir), février 2022, 160 p., 16 .

Ils se nomment Anne-Laure, Asma, Cathy, Chris, Emmanuelle, Jérôme… Leurs noms ne nous disent rien, mais sans eux ce livre n’aurait pas vu le jour. Les Épiphaniques, ce sont eux, des hommes et des femmes qu’Yvon Le Men a rencontrés dans les marges de notre société, faisant poème de leurs vies et de leurs histoires. Ils se disaient invisibles et les voici mis en lumière dans des poèmes.  (…) D’un pont, d’un foyer, de la rue, d’une caravane, du froid, du bruit. Ils connaissent ce que nous évitons de voir. Ils se nomment Louna, Marc, Mickaël, Myriam, Thomas, Tiago et ont des choses à nous dire. Sur eux, autant que sur nous.

 

L’éphémère – 88 plaisirs fugaces. Anthologie établie par Bruno Doucey et Thierry Renard. Avant-propos de Sophie Nauleau, éditions Bruno Doucey (collection Tissags), février 2022, 240 p., 20 €.

L’ comme L’instant, E comme Envol, P comme Passion, H comme Humanité… C’est sur le mode d’un acrostiche que les Éditions Bruno Doucey ont conçu l’anthologie de la 24e édition du Printemps des Poètes. L’éphémère et son unique voyelle invoquée quatre fois, l’inachevé, le fugace, le passager...

88 poètes parmi lesquels : Katerina Apostolopoulou, Margaret Atwood, Édith Azam, Nawel Ben Kraïem, Hélène et René-Guy Cadou, Louis‑Philippe Dalembert, René Depestre, Ananda Devi, Patrick Dubost, Jin Eun-young, Nancy Huston, Charles Juliet, Yvon Le Men, Jean-Michel Maulpoix, Hala Mohammad, Ada Mondès, Paola Pigani, André Velter, Sapho, Fabienne Swiatly, Carmen Yáñez, Hyam Yared

 

Jeanne Benameur, Le pas d’Isis, éditions Bruno Doucey (collection Soleil noir), janvier 2022, 72 p., 13

Elle est seule et avance. Elle ne laisse aucune empreinte sur le sable, mais sa pensée « recoud les fragments du monde ». Elle chemine d’un mot à l’autre et trace des signes dans la poussière des lendemains. Pour tous, cette figure mythique porte le nom d’Isis, déesse funéraire de l’Égypte antique qui rassemble les morceaux épars d’un amour défunt. Mais pour Jeanne Benameur, qui signe là son livre le plus personnel, elle est une sœur qui marche sur la terre, en bordure d’océan, sur un étroit chemin ou sur « le sable humide encore de la dernière marée »

 

Bruno Doucey, 22 – Bureau des longitudes, éditions Bruno Doucey (collection Soleil noir), janvier 2022, 160 p., 16 .

« Nous voici embarqués dans un voyage qui nous fera traverser non seulement des années, mais aussi des horizons. Car le temps déploie l’espace, et le visage de l’amour s’accorde comme une marée à celui de la vie. Les poèmes deviennent des pierres qui jalonnent le passage, délimitent un territoire poétique où la détresse de notre monde dialogue avec cet amour qui demeure vif, inaltérable comme dure l’espoir en un demain habitable. De la Sardaigne à la Crète, du Maroc à la Nouvelle-Calédonie, du Péloponnèse au Québec, le souffle de ce livre porte la beauté de chaque lieu, rappelle que gravir une montagne ou naviguer sur la mer permet d’aller à la rencontre du passé, et cette remémoration est une invitation à pénétrer dans la chair du présent. » (extrait de la préface d’Hélène Dorion)

 

Carole Mesrobian, De Nihilo Nihil, éditions Tarmac, janvier 2022, 54 p., 12,50 (avec un dessin de Schmidt Iglesias).

L’auteure fait suite avec ce recueil à son précédent NihIL, paru en octobre 2021 aux éditions Unicité. Dans la même veine aphoristique de haut vol, elle nous avertit, pour présenter ce nouvel écrit :

« Nos pas mesurent la profondeur d’une immatérialité théâtrale. Nos personnages tournent autour d’un vide scriptural. Notre dialogue résonne sur un mur hypothétique. Nous regardons l’absence des spectateurs parce que nous avons enfermé le visage de nos rôles dans le mutisme d’une lecture itérative.

La vanité de nos gestes disparaît lorsque nous alignons nos mouvements avec la durée de notre immobilité. Nous incarnons nos rôles parce que nous espérons que l’envergure de nos pieds dépasse le périmètre de nos pas.

Une résonance manichéenne soutient la durée de notre représentation. Nos gestes s’identifient sur la résistance de l’air. Nous avançons à travers une chronologie momentanée qui restitue la symétrie d’un aveuglement compensatoire. »

 

Éphémérides, feuilles détachées, éditions "Pourquoi viens-tu si tard ?", janvier 2022

Anthologie de poésie initiée par l’association Jeudi des mots, animée par Marilyne Bertoncini, Patrick Joquel et Franck Berthoux, directeur des éditions "PVTST". Elle fait suite à celle publiée en 2021 par les mêmes comparses, intitulée Je dis désirs. Les éditeurs organisent une rencontre de lancement le jeudi 24 février, à Nice, pour présenter cette Éphémérides, feuilles détachées et la revue Cairns.

 

Revue Poésie première, n° 81, janvier 2022

Ce nouveau numéro porte en filigrane le thème de l’association peinture-poésie, auquel Gérard Mottet consacre un essai aussi fouillé en termes de documentation qu’inspiré et inspirant. S’y relient également les analyses critiques de Dominique Zinenberg sur Michaux en regard avec Zan Wou-Ki et sur le jeune Proust écrivant sur Chardin et Rembrandt, de Jaqueline Persini sur Pierre Delcourt, ou enfin, de Marilyne Bertoncini sur les « jardins-femme » - vaste et étonnante incursion dans l’histoire littéraire et artistique d’un motif mythique, devenu aussi esthétique, érotique, voire mystique : celui du jardin d’Eden, vu au féminin… Mais le numéro nous fait (re)découvrir aussi des auteurs restés un peu dans l’ombre – Jean-Michel Maulpoix, par Alain Duault, Maurice Chapelan, par Bernard Fournier – ou des aspects inédits d’un auteur – les essais critiques de Jean Ancet, révélés et commentés pertinemment par Martine Morillon-Carreau.

Enfin la poésie est à l’honneur avec entre autres, Françoise Vignet, Chem Assayag, Eva-Maria Berg, Francis Gonnet, Christophe Pineau-Thierry, Martine Rouhart. Parmi les auteurs chroniqués dans les notes de lectures, signalons Françoise Trocmé, Michael Krüger, Eva-Maria Berg, Jean-Louis Bernard, Béatrice Marchal, ainsi que la note dédiée à la revue Spered Gouez éditée par Marie-Josée Christien.

 

Revue Nouveaux délits, n° 71, janvier 2022

Cette revue artisanale, conçue, confectionnée à la main, et éditée par Cathy Garcia Canalès, sous les auspices de l’association éponyme, est une pépite : en peu de pages des textes poétiques de grande qualité – ici, Jean-Charles Paillet, Stéphan Riegel, Martin Zeugma, Stéphane Amiot, Bernard Pikeroen, Clo Hamelin, Cartographie Messyl. Note de lecture de l’éditrice au recueil Feux de Perrine Le Querrec.

Pour la diffusion, voir sur le Net : le site de l’Association Nouveaux délits ; le site arpo-poesie ; le site lacavelittéraire.

 

Fabien Marquet, Le poète anonyme. Poèmes pour la dernière modernité. Petit manifeste à l’usage de son auteur (avec des illustrations de Patrick Levasseur), éditions Unicité, janvier 2022, 58 p., 12 .

Quelle perspective pour une pensée ultra-moderne ? Au temps des grandes ruptures induites par le progrès technique et du retour du refoulé, peut-on encore révolutionner, ou simplement, pris dans le jeu de tensions des forces qui nous dépassent, faire bouger les lignes ? C'est ainsi qu'on est entrés sans le savoir, et bien modestement, dans le sillage de l'expressionnisme...

Né en 1974, Fabien Marquet vit actuellement à Perpignan. Après un bref passage dans l'enseignement, il se consacre au théâtre et à l'écriture. Il publie ses premiers textes en revue (Europe, Les Cahiers de l'Université de Perpignan, Les Cahiers du Sens, Verso, Poésie/Première). (…). On ne prévient pas les grenouilles quand on assèche les marais, plaidoyer contre le nucléaire, y reçoit cette année-là le Prix Tournesol du spectacle engagé.

 

Éliane Biedermann, 109 haïkus, éditions Unicité, janvier 2022, 88 p., 13 .

« Aujourd’hui, avec ce recueil, la poète, dans la tradition, enchante le banal pour le métamorphoser en poésie. Elle nous montre ce détail qui ouvre le monde de notre mémoire, de notre imaginaire. L’image cligne de l’œil et disparaît, nous laissant rêveurs. Le lecteur s’évade alors dans une émotion furtive comme un frisson de bonheur. Il aime la simplicité de la langue, connait la difficulté de créer des choses simples. » - Extrait de la préface d’Alain Lacouchie.

 

Georges de Rivas, Orphée - Eurydice. Dialogue, éditions Unicité, janvier 2022, 116 p., 16 .

Qui n’a jamais imaginé cette histoire d’amour entre Orphée et Eurydice. Georges de Rivas donne chair par son lyrisme flamboyant à cette mémoire imaginaire... En lisant ce texte, le lecteur se sentira enivré parce dialogue, tout enveloppé de la magie ondulatoire des mots. (…)

Anny Pelouze accompagne magnifiquement par ses peintures ce dialogue et cette poétique hors du temps. Une alchimie se produit tout au long de l’ouvrage par le choix des motifs et des couleurs qui semblent sonder l’invisible et exprimer l’au-delà de la vie.

 

Manon Godet, Peau, éditions du Cygne (collection Le chant du cygne), janvier 2022, 118 p., 13 €.

Le premier livre de Manon Godet nous offre sa "Peau" à la manière d'une "Maladie de la mort" de Marguerite Duras plus contemporaine. Un brillant jeune talent venu de Normandie.

Peau est une vague de mots dansant pour faire parler les corps. Depuis la racine des cheveux jusqu’au bout des orteils, nos peaux ont des histoires à raconter. De déchirements, de cris, de joies, de fusion. La vie naît et meurt entre les violettes et les clémentines. Déployez les pétales, écartez les quartiers, ouvrez ces pages. Sentez le désir de vivre flamber entre vos veines. Volez l’espace et le temps. Sentez la peau. Peau est un foyer pour les chairs abîmées, déchirées, oubliées. Retrouvées. À l’abri.

 

Neekeea Ramen, Pour quelques brins de soleil, éditions du Panthéon, janvier 2022, 64 p., 10,90 €

Neekeea Ramen est originaire de l’île Maurice. Banquier, il fait une incursion dans le monde de l’écriture à travers la traduction du « Tirukural » (classique millénaire tamoul) en créole mauricien. « Lamur en Ekri » (L’amour en écrits), traduit conjointement avec Kavinien Karupudayan, a paru en 2018. Il est aussi récipiendaire du Prix de Poésie Édouard Maunick 2020-2021, prestigieuse récompense instituée en l’honneur du grand poète mauricien, pour son poème Renaissance. Pour quelques brins de soleil… est son premier recueil en français.

 

Lionel Mar, L’archipel du vivant, L’Harmattan (décembre 2021, 124 p., 14 €).

L'Archipel du vivant se dévoile en un récit en plusieurs fragments. Ceux-ci décrivent dans des poèmes courts l'immédiateté de la vie. Les poèmes de ce recueil expriment les différentes expériences et émotions traversées par l'auteur. La réalité côtoie l'imaginaire à travers des chemins où la mémoire est essentielle. Le vivant est une ivresse en mouvement perpétuel face à la beauté du monde. L'Archipel du vivant ouvre des paysages pluriels et mystérieux.

 

Michel Ostertag, Éloge à l’épouse défunte. Éditions Le Lys Bleu (décembre 2021, 100 p., 11,70 €)

« S’il y a une impression dominante qui se dégage de la lecture de ce recueil singulier – non pas tant par son thème, le deuil d’un être aimé, thème poétique par excellence, mais par l’humilité de l’auteur, justement face à ce sujet déclencheur de tant d’œuvres majeures dans toutes les littératures – est la grâce avec laquelle est comme enveloppé le souvenir de l’aimée dans la parole du ressouvenant. Elle naît telle une apparition immatérielle avec « l’amour avant l’amour »… Dans « l’amour pendant l’amour », elle persiste telle une fragrance subtile en faisant éclore la lumière du jour du corps de l’aimée (…) Enfin, dans « l’amour après l’amour », elle œuvre à retisser, à rebâtir un avenir pour l’homme triste, l’homme seul, comme amputé d’une aile, d’une partie de l’âme, d’une partie du corps. (…) Alors, c’est cette grâce du dire seule qui fait réellement revivre en nous l’être aimé. » (Extrait de la préface de Dana Shishmanian)

 

Alena Meas, Les arbres lui semblaient pivoter. Récit. Éditions Unicité (décembre 2021, 80 p., 12 €)

« (…) Elle voudrait dire au revoir à cette fiction, déserter les pages, mais il y a encore quelque chose d’indéfinissable qui la retient, peut-être que cette fin nécessite d’elle encore un peu de patience, une confidence inattendue ou une résolution de deus ex machina, qui pourrait enfin poser le point final à son errance à travers ces pages qui ne veulent pas dire, hormis les observations météorologiques quotidiennes et l’anecdote de sa vie, de choses prodigieuses... »

 

Davide Napoli, Les ombres du vide. Éditions Unicité (décembre 2021, 58 p., 13 €)

«  (…) À traits effacés et d’une plume détachée, Davide Napoli nous livre la profondeur d’un souffle amnésique. (…) Langues plastiques ensorcelées par un même corps dans les marges de l’écho où règne « l’intension » du vide. (…) Écrivain et plasticien, Davide Napoli explore les formes fulgurantes de la pensée, à travers les "in-tensions" de l’encre de chine et de l’écriture. Sa recherche sur le geste du vide et sur le temps explore la chute et le vertige du chemin de l’intime. »

 

Voir les anciennes annonces :

ARCHIVES ANNONCES 2012-2020

ARCHIVES ANNONCES 2011-2004