http://www.francopolis.net/images/lwtitle.jpg

D'une langue à l'autre...
et textes
incidemment, sciemment
ou comme prétexte. Traduction.

 

ACCUEIL

 

 

Archives : D'une langue à L'autre

 


     Actu : OCTOBRE 2017 - D'une langue à l'autre...

 

Ara Alexandre Shishmanian

Poèmes orphiques

 

autohton e doar Orfeu

Eu vin din ţara unde autohton e doar Orfeu

strǎin, am aruncat noi umbre şi valuri peste numere şi tǎceri •

am scufundat sub palme fîntîni

cu mîini întinse chemat-am haosul de sub ranǎ

cu pǎrul şi cu fruntea am atins poteci lichide ca o canǎ •

sǎrutat de mine sunetul se surpǎ în deal •

preschimbǎtoare strǎfunduri, oceanul începe-n adîncul unei guri cu buzele încǎ strînse

peisaj lunar înverzit ca jocul cu fundalul lichid al cuvintelor scufundate şi ninse

un sǎrut adînc plonjeazǎ-n abis

undele tǎcerii sînt sfoara uterinǎ pierdutǎ de embrionul din vis •

oul orb doarme pe cǎrare pe cînd vǎile sînt valuri de buze

turme ciudate ca norii adînc de albi dintr-un cer de ventuze exerseazǎ proverbe cu capul plecat

cît de straniu-şi lunecǎ marea strǎfundul şi valul cînd, urcînd dealul, rǎtǎcesc în pǎdure

şi cum stau ca nişte ouǎ cu coaja fǎrǎ privire ochii cu aura morţii în strǎdesimea materiei

cînd sfǎtos-înţelepţeşte moş infernul scoate din scoicǎ, de sǎmînţǎ, paralogismul nesfîrşit al periei

 

Triptic / Ochiul orb (44 sau 98), Arhipelag 1998, Cartea Româneascǎ 2001

 

Autochtone est seul Orphée

Je viens du pays où autochtone est seul Orphée •

étranger, j’ai jeté de nouvelles ombres et vagues sur nombres et silences •

j’ai submergé sous mes paumes des fontaines •

les mains tendues j’ai appelé le chaos d’en dessous de la plaie •

de mes cheveux et mon front, j’ai touché des sentes liquides, comme une coupe •

embrassé par moi le son s’effondre en colline •

tréfonds changeants, l’océan naît dans le gouffre d’une bouche aux lèvres encore closes •

paysage sélénaire reverdi tel le jeu à l’arrière-plan liquide des mots engloutis et neigés •

un baiser profond plonge dans l’abîme •

les ondes du silence sont la corde utérine perdue par l’embryon dans le songe •

l’œuf aveugle dort sur la laye quand les vallées sont des vagues de lèvres •

des troupeaux étranges tels des nuages profonds de blanc dans un ciel de ventouses exercent des sentences à la tête ployée •

étrangement glisse la mer ses tréfonds et sa vague,  quand montant la colline, je me perds en forêt •

et comme ils se tiennent tels des œufs à la coque sans regards les yeux, à l’aura de la mort dans l’épaisseur de la matière dense •

lorsque posément sage Père Enfer sort de la coquille le paralogisme infini de la brosse – pour semence •

Orfeu sau în-sinele

(o plîngere a româniei)

Pe-acolo,

pe-aici,

cîndva misterele îşi purtau

rîsul şi plînsul.

E un loc al geometriei,

al contemplaţiei geometrice,

al teoriei.

Şi înainte de toate un sunet.

Un sunet care cîntǎ prin coloane ca prin nişte orgi.

Un sunet al strǎfundurilor,

şi al celor mai mari înǎlţimi.

Cele mai mari înǎlţimi nu sînt piscurile,

ci chemǎrile -

ale celor cǎrora ceea ce e mai sus le rǎspunde,

şi nu ale celor ce ajung cel mai sus.

Nici nu locuiau acolo altceva

decît coloane,

nu existau alţi locuitori.

Coloane de luminǎ

spre linişti de cunoaştere -

şi în scânteiere, o deschidere de scurgeri lente,

curgere de sunete

ca nişte adîncuri.

De fapt acolo nu au fost niciodatǎ dealuri

ci numai marginile vǎilor.

Nimic masiv, adunat, îngrǎmǎdit în masǎ.

Ci numai nişte deschideri,

nişte dezvǎluiri profunde:

aceasta era Marea la început.

Şi în tot profundul sunetelor adormite,

din tot profundul ţîşneau

coloane de lumini!

Orfeu la început n-a fost decît acest cântec al adâncurilor.

Si tot acest cîntec au fost

Eurydike,

şi Hades,

Infernul,

şi Persefone,

şi Bakkhantele...

Toţi, toate intrau în-locul acestui cîntec.

Acest cîntec

în care plîngînd infinite lumini

spre obîrşia de tihnǎ

spre Tatǎl înalt cǎutat,

strǎfundurile,

vuinde,

se deschideau -

microbi de ape

în vîrtejuri,

din suferinţe de şuvoaie,

uitînd şi cǎutînd,

din ce în ce mai adînc uitînd,

îl roteau.

Cǎutarea,

rotirea,

e ca o stingere.

Lumini mari,

apoi din ce în ce mai întuneric.

Amnezia începe sǎ se zbatǎ,

apar fǎptuiri - fǎpturi,

ca un vis precar,

ca un coşmar

şi ca o parodie.

Fǎpturile.

Asta e.

Fǎpturile simt cǎ sînt coloane,

parodia e

c-au uitat.

Atunci mişcarea devine un ce fǎrǎ sens,

o transhumanţǎ.

E doar sub cer,

nu în stele

şi dincolo de dincolo de ele.

E doar un subt-cer.

 

Mişcarea apelor a îngheţat,

şi-au rǎmas doar dealuri şi vǎi,

doar atît: dealuri-vǎi.

Ba pentru “turme” - adicǎ pentru mişcarea apelor -

se mai şi omoarǎ! (omorul-mişcare, neant de sânge-timp,

omorul-apǎ, neant de sânge-spaţiu).

Astfel, “nemurirea e numai treaba potopului”.

Iar din coloanele de atunci,

din luminile de-atunci,

ce-a mai rǎmas decît

nişte fluiere.

Aşa a pierdut-o în realitate

Orfeu

pe Eurydike.

Orfeu a pierdut-o pe Eurydike

cînd cîntecul a îngheţat.

Eurydike care a murit

e moartea cîntecului.

Acolo a domnit cîndva Orfeu.

Acolo, locul celor ce de sine au fugit.

Centrul strǎin ca loc de trecere.

Norul în apǎ - norii din ape.

 

Menuetul menestrelului morbid (inédit) ; Familia, 1998

Orphée ou l’en-soi

(une lamentation sur la Roumanie)

Par là-bas,

par ici,

jadis les mystères portaient

leur rire et leur pleur.

C’est un lieu de la géométrie,

de la contemplation géométrique,

de la théorie.

Et avant tout, un son.

Un son qui chante à travers des colonnes comme à travers des orgues.

Un son des tréfonds

et des plus grandes hauteurs.

Les plus grandes hauteurs ne sont pas les sommets,

mais les appels –

de ceux auxquels répond ce qui est au plus haut,

et non de ceux qui arrivent au plus haut.

Là n’habitaient même rien

que des colonnes,

il n’existait pas d’autres habitants.

Des colonnes de lumière

vers des quiétudes de gnose –

et dans l’étincellement, une ouverture d’écoulements lents, 

écoulement de sons

pareils à des abîmes.

En fait il n’y a jamais eu là-bas de collines

mais uniquement les bords des vallées.

Rien de massif, rassemblé, entassé en masse.

Mais uniquement des ouvertures,

des dévoilements profonds :

c’était cela la Mer au commencement.

Et dans tout le tréfonds des sons endormis,

de tout le tréfonds giclaient

des colonnes de lumières !

Orphée n’a été au début que ce chant des profondeurs.

Et ce même chant ont été

Eurydice,

et Hadès,

l’Enfer,

et Perséphone,

et les Bacchantes...

Tous, toutes entraient dans l’en-droit de ce chant.

Ce chant

où pleurant d’infinies lumières

vers la source de repos

vers le Père très-haut recherché,

les tréfonds,

rugissants,

s’ouvraient –

microbes d’eau

en tourbillons,

en des souffrances ruisselantes,

en oubliant et en quêtant,

de plus en plus profond oubliant,

le tournaient.

La quête,

le tournoiement,

c’est comme une extinction.

De grandes lumières,

ensuite de plus en plus noir.

L’amnésie commence à s’ébattre,

paraissent des créations – des créatures,

comme un rêve précaire,

comme un cauchemar

et comme une parodie.

Les créatures.

C’est cela.

Les créatures pressentent qu’elles sont des colonnes,

la parodie est

qu’elles l’ont oublié.

Alors le mouvement devient un quoi sans sens,

une transhumance.

Il est seulement sous le ciel,

non dans les étoiles

et au-delà de l’au-delà d’elles.

C’est uniquement un sous-ciel.

 

Le mouvement des eaux a gelé,

et n’en sont restés que des collines et des vallées,

uniquement cela : collines-vallées.

Encore que pour  les « troupeaux » – à savoir, pour le mouvement des eaux

on s’entretue même ! (le meurtre-mouvement, néant de sang-temps,

le meurtre-eau, néant de sang-espace).

Ainsi, « l’immortalité est seulement l’affaire du déluge ».

Et des colonnes d’alors,

des lumières d’alors,

qu’est-il resté sinon

des flûtes.

C’est ainsi qu’a perdu en réalité

Orphée

Eurydice.

Orphée a perdu Eurydice

quand le chant a gelé.

Eurydice qui est morte

Est la mort du chant.

Là-bas a régné jadis Orphée.

Là-bas, le lieu de ceux qui du soi se sont enfuis.

Le centre étranger comme lieu de passage.

Le nuage dans l’eau – les nuages des eaux.

capul lui orfeu

capul lui orfeu ieşind din liră ca dintr-o oglindă

migrena exilurilor ca o lupă sub care, infime, începuturile se măresc în cuvinte •

unică e această întîlnire dintre ochii închişi ai celui purtat şi ochii întreînchişi ai purtătoarei •

metamorfozele cîntecului ca somnul unui neant încrucişat •

această naştere thanatică a celui adîncit paralizează populaţiile oglinzii •

părăsit de închipuire e ăst chip plin de himera sa de strune

misterele lui ca nişte fusuri negre atîrnă neantului lacrimi necunoscute •

gîtul lăsînd se scurgă prin liră sunetele rupte ca un sînge funebru

 

La tête d’Orphée

La tête d’Orphée sortant de la lyre comme d’un miroir •

la migraine des exils pareille à une loupe sous laquelle, infimes, les commencements s’agrandissent en paroles •

unique est cette rencontre entre les yeux fermés de celui qui est porté et les yeux entre-fermés de la porteuse •

les métamorphoses du chant comme le sommeil d’un néant croisé •

cette naissance thanatique de l’approfondi paralyse les peuplades du miroir •

abandonné par l’imaginaire est ce visage plein de sa chimère de cordes •

ses mystères tels de fuseaux noirs accrochent au néant des larmes inconnues •

la gorge laissant s’égoutter à travers la lyre les sons déchirés comme un sang funèbre •

preoteasa enigmelor se apleacă peste capul misterului •

broasca ţestoasă îl ascunde pe orfeu în carapacea funebră •

sîngele-şi strigă căderea purtîndu-şi brutal neantul în lumină •

lacrimile destinului, uriaşe, urlă din rănile îndoliate •

ce ciudată ironie se scurge peste neantul cîntecului, subtilă artă a desprinderii, şi cu ce lumină liniştită o primeşte •

fără s-o accepte - căci privirile se-nchid în sensul lor, comunicînd, numai, cu exteriorul ocultării •

şi în distanţa închiderii lor îmbrăţişînd - poveştile tenebrei •

 

(Migrene I / 48, 50, ed. Cartea Româneascǎ, 2003)

La prêtresse des énigmes se penche sur la tête du mystère •

la tortue cache Orphée dans sa carapace funéraire •

le sang crie sa chute en portant brutalement son néant en lumière •

les larmes du destin, gigantesques, hurlent depuis des plaies endeuillées •

quelle étrange ironie s’écoule sur le néant du chant, subtil art de la dépréhension,

et avec quelle lumière tranquille il la reçoit •

sans l’accepter – car les regards se referment sur leur sens, communiquant uniquement avec l’extérieur de l’occultation •

et dans la distance de leur enfermement, embrassant les contes des ténèbres •

 

 

Le poète Ara Alexandre Shishmanian, auteur de 14 volumes de poèmes parus en Roumanie, a publié deux recueils traduits en français : Fenêtre avec esseulement (2014) et Le sang de la ville (2017), les deux parus dans la collection Accent tonique de l’Harmattan, dirigée par Nicole Barrière. Parmi les chroniques à lire sur la toile, signalons celles de Marilyne Bertoncini et Patricia Laranco, dans la revue en ligne Recours au poème. Pour lire ses poèmes sur la toile explorer les sites : Le capital des mots, Poésie pour tous (Pedro Vianna), La toile de l’Un, Temporel, Le Pan Poétique des Muses, Le Levure Littéraire, Recours au poème, … ainsi que Ragazine (en traduction anglaise par Flavia Cosma). Présence à Francopolis : Salon de mai 2013, D’une langue à l’autre de juin 2015, coup de cœur de Gertrude Millaire en avril 2017.

 

 

Ara Alexandre Shishmanian

Traduit du roumain par Dana Shishmanian

Octobre 2017

 

 

Accueil  ~  Comité Poésie  ~  Sites Partenaires  ~  La charte  ~  Contacts

A visionner avec Internet Explorer