ANNONCES

 

Et aussi quelques liens et trouvailles sur la toile quelques ponts de signes

 ACCUEIL 

SALON DE LECTURE 

LECTURES - CHRONIQUES

CRÉAPHONIE 

UNE VIE, UN POÈTE

D’UNE LANGUE à L’AUTRE  

FRANCO-SEMAILLES 

VUE DE FRANCOPHONIE

LIENS &TROUVAILLES 

ANNONCES

COUP DE CŒUR

PIEDS DES MOTS

GUEULE DE MOTS

SUIVRE UN AUTEUR

APHORISMES & HUMEURS

CONTES & CHANSONS

ÉDITION SPÉCIALE 

LES AUTEURS PUBLIÉS

LES ANCIENS NUMÉROS

LES FRANCOPOLISTES

 



ANNONCES 2020

NOVEMBRE-DECEMBRE 2019 – JANVIER-FEVRIER 2020

 

Philippe Thireau, Melancholia. Editions Tinbad (annnonce : à paraître mi-février).

Voir déjà deux notes de lecture datées du 5 février : France Burghele-Ray (dans Recours au poème) et Claude Minière (dans Poezibao).

 

Hédi Bouraoui, Tunisie-Flash. Poèmes. CMC éditions (Québec), février 2020, 62 p., 12 $ (cmc@yorku.ca)

« Du Nord au Sud et d’Est en Ouest, de la fière et célèbre Dougga jusqu’à Sidi Boulifa, en passant par Kairouan la Sainte, Sfax, Djerba et tant d’autres bourgades, l’auteur nous offre une "calligraphie" poétique qui fait de ce périple un temps de communion avec des scènes de vie touchantes, croquées avec une délicieuse justesse où se mêlent beauté, authenticité, délicatesse, humour et intelligence du cœur. » (Elisabeth Hammami)

 

Dominique Zinenberg, Des nuances et des jours. Editions Unicité, janvier 2020 (56 p., 15 €)

 « Nous pensons que l’art de Dominique Zinenberg, sa poétique, tient de cette performance : de dire les détails d’un jour dans leurs nuances indépassables. […] Sa saison est bien personnelle et bouleversante, par la capacité de la poète à redistribuer des perspectives, plutôt qu’à garder, fixer, maintenir des instants et objets. Très proches de ce que d’autres ont pu appeler « moments of being ». Sanda Voïca (Préface)

 

Laurence BOUVET & Jean-Louis GUITARD, Anthologie de l'intime. Editions Unicité, janvier 2020, 230 p., 18 €

Cette anthologie présente l’univers de trente-trois poètes contemporains et prétend à l’intime sous toutes ses formes : l’amour, l’humour, la mort, la vieillesse, l’enfance, le rêve, la maladie… et pourquoi pas le rire dont la compréhension, et comme phénomène caractéristique de l’être humain, était si chère à Bergson. Nous rendons un hommage particulier à Marie-Claire Bancquart qui nous quittait au moment de la finalisation de l’Anthologie de l’intime. Elle nous avait confié ses derniers poèmes en toute amitié. C’est avec une vive émotion que nous les publions ici. (Laurence Bouvet)

 

Maryline BERTONCINI, La Noyée d'Onagawa. Jacques André éditeurs, janvier 2020, 52 p., 12 €

La femme de Yasuo Takamatsu a disparu, emportée par le tsunami qui détruisit Fukushima. Yasuo prend des cours de plongée sous-marine pour la retrouver. Ne souriez pas : depuis qu’Orphée descendit aux Enfers à la recherche de son Eurydice, nous avons appris à reconnaître l’universalité de certains drames intimes. La Noyée d’Onagawa nous fait voir, avec toute la densité et la délicatesse du poème, l’enchaînement des événements terrifiants qui bouleversèrent le Japon en 2011.

 

Michèle Finck, Sur un piano de paille. Variations Goldberg avec cri. Éditions Arfuyen, janvier 2020, 184 p., 16,5 €

Nourrie de sa réflexion théorique sur la poésie contemporaine – et notamment sur les œuvres d’Yves Bonnefoy et de Philippe Jaccottet –, l’écriture de Michèle Finck n’en est, en effet, nullement tributaire. Bien au contraire, liberté de ton, intensité de l’émotion et engagement personnel en constituent les plus grandes qualités.

 

Richard Taillefer, Où vont les rêves quand la nuit tombe ? Gros Textes, janvier 2020, 82 p., 7 €. Illustrations : Patrick Lipski

 « En fait, la grandeur est dans ce qui existe entièrement hors de nous. Mais qui regarde bien voit loin. Sans réfléchir, ni m’attarder, je me raccroche à cette réalité. Ni joyeux, ni triste, si ce n’est satisfait de l’avoir croisée en chemin sans la rechercher. »

 

Rodica Draghincescu, L’adversaire de soie et de cendres. Editions Caractères, janvier 2020, 116 pages, 2019.

Le nouveau recueil de poèmes de Rodica Draghincescu est une anthologie d’étymologies ontologiques. « Je dévore ce que j’aime. Dès que j’aime quelqu’un ou quelque chose, j’ouvre la bouche. L’hypnose réussit et la proie y entre. (Le perroquet s’est laissé baiser sur les ailes…Hélas, ses griffes ne l’ont pas défendu). »

Le déracinement – existentiel, géographique, politique et po(i)étique – est le grand thème de la poésie de Rodica Draghincescu. (Heureusement) condamnée à rester à jamais dans les limbes, on se fait une joie de la suivre dans son Contre-espace : « Qui naît poète, jamais ne guérit. »

 

Raymond Magnant, Quand peinent les oiseaux. Éditions L’Harmattan (collection Poètes des cinq continents), janvier 2020, 108 p., 13 €

Ce recueil est une traversée de contrées intérieures. Comprendre le monde n'est pas l'expliquer, c'est le baptiser, le proclamer réel. Seul ce que l'on accepte change de sens, tant il est vrai que toute rencontre, tout regard est d'abord confrontation avec une part encore insoupçonnée de nous-mêmes.

 

Dominique Vital, Le bruit et la rumeur suivi de Lire l'Ire. Éditions L’Harmattan (collection Poètes des cinq continents), janvier 2020, 168 p., 17 €

« Comment trouver le fil qui relie le visible à l'invisible, donner un sens à l'incohérence d'un monde où le chaos règne en maître ? Nous en sommes tous responsables ensemble et séparément. Les médias, les réseaux ne se contentent plus de relayer les faits, l'enfer est pavé d'opinions et de "fake news". Poursuivant son errance poétique, l'auteur souligne les raisons qu'il a de s'indigner, de laisser libre cours à sa colère, fût-elle mauvaise conseillère ». Josiane Garnier Hu Foo Tee.

 

Eric Humbertclaude, Kelly Bhaglou, Delta de l'ombre. Éditions L’Harmattan (collection Accent tonique, janvier 2020, 52 p., 9 €)

Éric Humbertclaude a avancé doucement, silencieusement, trente-trois ans durant, pour écrire ses Essais en delta que clôt Delta de l'ombre, écrit en collaboration avec Kelly Bhaglou. Une écriture à hauteur d'enfant, tout en vitalité vulnérable et bienveillante. Née en 1986, Kelly Bhaglou exerce dans le monde de la prévention santé. Sa coécriture de Delta de l'ombre est sa première contribution littéraire.

 

Le chant du cygne. Anthologie 2020. Vingt ans de poésie contemporaine. Editions du cygne, décembre 2019, 60 p., 10 €

Ce recueil invite cinquante auteurs, poètes pour la plupart, romanciers plus rarement, un poème-texte pour chacun d’entre eux, représentant la diversité et la qualité de la collection.

Avec par ordre d’apparition chronologique : Le Spectre, Roseline Davido, Gilles-Marie Chenot, Otto Ganz, Marie-Gabrielle Montant, Sébastien Boussois, Jean-Paul Gavard-Perret, Thomas Vinau, Denis Emorine, Werner Lambersy, Éric Allard, Denise Borias, Isabelle Poncet-Rimaud, Denise Borias, Michel Joiret, Vincent Motard-Avargues, Jean-Louis Micallef, Carole Carcillo Mesrobian, Philippe Leuckx, Julien Estival, Jean-Jacques Marimbert, Gabriel Arnou-Laujeac, Patricia Castex Menier, Katty Verny Dugelay, Karine Applanat Nicolet, Florence Issac, Andreea-Maria Lemnaru, Dominique Zinenberg, Donia Berriri, France Burghelle Rey, Didier Mény, François Teyssandier, Francis Candelier, Dominique Boudou, Sara Bourre, Felix de Montety, Hervé Martin, Arnaud Le Vac, Xavier Frandon, Ismaël Billy, Christophe Sanchez, Martin Wable, Michel Bourçon, Francis Gonnet, Roger Gonnet, Gérard Glatt, Alison Gontier, Pascal Perrot, Marielle Rachline, Sophie Brassart et Luminitza C. Tigirlas.

 

Poésie du monde. Anthologie 2020. Quinze ans de poésie d’ailleurs. Editions du cygne, décembre 2019, 60 p., 10 €

Depuis près de quinze ans, nos collections «Poésie francophone» et «Poésie du monde» veulent rendre hommage aux poètes d’«ailleurs» écrivant en langue française ou étant traduit en langue française. Ce recueil invite cinquante poètes, et par ricochet dix traducteurs, un poème pour chacun d’entre eux (Liban, Québec, Haïti, Pologne, Romandie, Algérie, Bénin, États-Unis, Roumanie, Wallonie, Italie, Canada - hors Québec, Maroc, RD Congo, Grèce, Tunisie, Comores, Espagne, Bruxelles, Réunion, Flandre, Colombie, Mexique, Irak, Brésil, Islande, Slovaquie, Hongrie, Slovénie, Moldova, Bulgarie et Lettonie). Les cinquante poètes par ordre d’apparition chronologique : Nohad Salameh, Christophe Condello, Elvire Maurouard, Maggy De Coster, Aline Alterman, Anick Roschi, Djalila Dechache, Dominique Aguessy, Stella Vinitchi Radulescu, Hervé Fautré, Giovanni Dotoli, Marcel Peltier, Jad Hatem, Jean Botquin, Adelina Lenoir Cicaici, Kamal Benkirane, Julien Kilanga Musinde, Mélita Toka Karachaliou, Jalel El Gharbi, Mahamoud M’Saidie, Brahim Hadj Slimane, Mohamed El Jerroudi, Ali Chibani, Santiago Montobbio, Isabelle Fable, Murièle Modély, Werner Lambersy, Berta Lucía Estrada Estrada, Bella Clara Ventura, Constantin Abaluta, Saadi Bahri, Cyro de Mattos, Thor Stefansson, Dana Shishmanian, Flavia Cosma, Dorianne Laux, Ana Edith Tequextle, Viktoria Laurent-Skrabalova, Malika Halbaoui, Jean-Luc Proulx, Karoly Fellinger, András Petőcz, Miha Pintaric, Attila F. Balázs, Manolis Aligizakis, Judivan Vieira, Luminitza C. Tigirlas, Pentcho Slaveïkov, Imants Ziedonis et Salah Al Hamdani.

Les dix traducteurs par ordre d’apparition chronologique : Jean Dif, Maggy De Coster, Pedro Vianna, Lucie Albertini, Hélène Cardona, Karoly Sandar Pallai, Georges Kassai, Denitza Bantcheva, Anita Klavins et Denis Wetterwald.

 

Eric Chassefière, Présence du masque. Editions Sémaphore (collection Arcane), décembre 2019, 88 p., 12 €.

D’un de ses précédents recueils, L’arbre de silence, paru en 2018 aux mêmes éditions, un coup de cœur dans Francopolis de mars-avril 2019.

 

Eric Chassefière, Le partage par la musique. Plage musicale en Bangor. 496ème Encres Vives, décembre 2019, ­16 p., 6,10 €.

Ce recueil, composé au fil de ces journées dédiées à la musique, exprime les émotions ressenties par l'auteur dans ce contexte exceptionnel d'une immersion complète dans la pratique et l'écoute musicale, faite de rencontres et de partage.

 

Emmanuel HIRIART, Nés d'un tombeau vide. Jacques André éditeurs, déécembre 2020, 76 p., 13 €

« Emmanuel Hiriart ne voyage ni en touriste ni en historien (même s’il peut l’être de surcroît), mais en poète, si l’on entend par là celui qui est, nous dit Wallace Stevens, "la transparence du lieu où il se trouve". Celui qui, comme le corps christique, renaît de ce tombeau vide du poème, dans la joie des choses renaissantes. savante simplicité d’une écriture qui sait donner leur intensité de vie à des lieux où l’Histoire "qui ne connaît que le dehors du monde" se fait soudain présence habitée des choses les plus quotidiennes. » Jacques Ancet

 

Fabienne Moineaud, Essent’ciels. Interventions à Haute Voix, décembre 2019, 60 p., 10 €.

Poèmes entre ciel et terre au cœur de nos émerveillements, les mots dont on tire son essence et sa part d’âme, à la recherche de la lumière…

« Quelle aptitude/ A-t-on chaque jour/ A tenter de saisir/ La vertu du bonheur ? »

 

Monique W. Labidoire, Voyelles bleues, consonnes noires. Editions Alcyone (collection Surya), novembre 2019, 94 p., 20 € (édition à tirage limité, entièrement numéroté, avec la reproduction d'une encre de Silvaine Arabo).

Après tant de poèmes recueillis avec patience, Monique W. LABIDOIRE cherche toujours le comment et le pourquoi du poème. Elle n'en abandonne pas pour autant le cœur palpitant des mots qui appellent, peut-être plus fortement désormais, à un regard et une écoute, ancrés dans un devenir espéré et une sagesse personnelle. « Ancrer son chant », c'est le désir de participer au monde, de résister aux grandes marées montantes du chaos et tout simplement être du monde, grâce au chant du poème. Avec ce nouveau recueil de haute intensité, la poète construit une belle approche du mystère de la création poétique. 

 

Marwan Hoss, Jours. Textes 1969-2019. Éditions Arfuyen, novembre 2019, 248 p., 18 €

Après avoir dirigé durant plusieurs années la prestigieuse Galerie de France, Marwan Hoss a créé au début des années 80 sa propre galerie, qui s’est affirmée rapidement avec des peintres comme Soulages, Zao Wou Ki, Zoran Music, Alechinski, Geneviève Asse, Pincemin, etc. Marwan Hoss a peu écrit (Le Tireur isolé, chez GLM, en 1971 et Messine où je passe, chez Fata Morgana, en 1980, et quatre recueils parus au fil des années aux Éditions Arfuyen : Le Retour de la neige en 1982, Absente retrouvée en 1991, Déchirures en 2003 et La Lumière du soir en 2014). Ce volume réunit l’ensemble de ses textes avec de nombreux inédits sous le titre Jours, textes 1969-2019, avec quatre lettres inédites de René Char.

 

Stéphan CAUSSE, Boire le temps. Jacques André éditeurs, novembre 2020, 76 p., 13 €

Point d’amertume. Juste le constat lucide de la disparition. Au milieu de cet imbroglio métaphysique : la vérité est absente, pas la volupté. C’est pourquoi la lumière vespérale souvent, la lumière aurorale parfois baignent la plupart des poèmes du recueil. Une invite à la rêverie pour explorer le temps. Au fond, un poète est un astrophysicien, comme lui amoureux de la matière noire et de la lueur des étoiles.

 

Marguerite Filoche Chamon, Une femme parmi des milliers d’autres. Editions du Net, novembre 2019, 208 p., 29 €.

« Que pour un instant / S’arrête le temps Sur ces quelques pages / Parsemées d’images. / 2019 – 1930 = 89 ans déjà ! / Des cris retentissent / Des rires surgissent / Le rêve et l’Amour / Sont présents toujours… »

 

Véronique Daine, Amoureusement la gueule. Dessins d’Anne-Marie Finné. Editions L’Herbe qui tremble, octobre 2019, 63 p., 13 €.

Une suite de poèmes en prose qui tentent d’observer ce qui se passe dans le corps quand on écrit ; le conflit sans merci entre le visage (cette figure composée qu’on propose à autrui, sans quoi l’existence serait invivable) et la gueule (cette « bouche d'ombre » qui parle en soi). Écrire, ce qui s’appelle écrire, suppose un état de disponibilité auquel on ne s’abandonne pas volontiers parce qu’il implique un ébranlement, une dépossession dont on ne sort pas indemne.

 

 

Voir les anciennes annonces :

ARCHIVES ANNONCES 2019-2012

ARCHIVES ANNONCES 2011-2004

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-> Vous désirez envoyer une référence, un site, une annonce?

contact@francopolis.net

 

 

Accueil  ~ Comité Poésie ~ Sites Partenaires  ~  La charteContacts

Créé le 1 mars 2002

A visionner avec Internet Explorer