Quelques trouvailles sur la
toile quelques
ponts de signes et des annonces

ACCUEIL  SALON DE LECTURE  -  FRANCO-SEMAILLES  -  CRÉAPHONIE  -  UNE VIE, UN POÈTE

 
APHORISMES  & BILLETS HUMOUR  -  CONTES & CHANSONS LANGUE EN WEB  -   

 LECTURES CHRONIQUES  -  VUES DE FRANCOPHONIE  -  GUEULE DE MOTS  & LES PIEDS DE MOTS  -

 SUIVRE UN AUTEUR  -  PUBLICATIONS SPÉCIALES  - LIENS &TROUVAILLES  -  ANNONCES

 LISTES DES AUTEURS PUBLIÉS & COMMENTAIRES  -  LES FRANCOPOLIS POÈMES DU FORUM  -


ANNONCES 2016

 
Recueils et Revues

MAI 2016

- Bernard Fournier, Histoire de l'Académie de Mallarmé, Les éditions du Petit Pavé, mars 2016
Cette Histoire remonte à 1923, peut-être à 1913, avant même l’heure de gloire de l’Académie Mallarmé, fondée en 1937 par Paul Valéry, Paul Claudel et André Gide, refondée en 1976 avec Jean Rousselot, Michel Manoll, Alain Bosquet et Guillevic , et poursuivant toujours son activité. Le prix Mallarmé, la maison-musée Mallarmé de Valvins sont à mettre à son actif. L’ouvrage reconstitue cette histoire encore parcellaire, s’appuyant sur des documents inédits.  Dans cet ouvrage il s’attache aussi à faire reconnaître des poètes majeurs un peu oubliés : Maurice Maeterlinck, Francis Viélé-Griffin, Saint-Pol Roux, André Fontainas, Albert Mockel ou encore le curieux Edouard Dujardin.

- Colette Klein, La guerre, et après…, éditions Petra,
octobre 2015
Il s’agit d’un livre-document dans lequel s’entrecroisent un journal de deuil, la recherche de l’auteur qui tente de déceler dans ses origines son obsession de la mort incarnée dans un destin qui trouve ses racines dans L'Histoire,  et le journal de guerre que son père a rédigé au retour de ses années de captivité.  L'auteur s'interroge,  et interroge le lecteur,  sur la nécessité de survivre dans un monde dominé par la guerre, tout en construisant, malgré elle, une œuvre qui inscrit sa mémoire individuelle dans le livre de la mémoire universelle.

- Jacqueline Persini, Cascades et Séquoias, éditions Unicité, mars 2016
Dans le parc de Yosemite, la puissante nature confronte l’auteur à sa petitesse, à une interrogation sur le temps et la fragilité de l’homme. De courts poèmes naissent, offrant comme un espace de méditation propice à l’écoute des voix, en particulier celles des cascades et des séquoias. Jacqueline Persini nous invite à retrouver une mémoire ancestrale afin de nous relier, par des fils invisibles, au plus loin de l’humanité. Les dessins de Pierre Delcourt, parce qu’ils préservent silence et secret, font résonner plus encore les voix. Ils rythment et agrandissent les chemins du lecteur appelé, comme chacun de nous, à inventer sa place dans l’univers.

- Eliane Biedermann, Éclats de chemin, éditions de l’Atelier de Groute, illustrées de linogravures couleurs de Pascale Etchecopar, mars 2016
Ce portfolio est le treizième recueil de poésie d’Eliane Biedermann et accueille 55 haïkus, mis en images par Pascale Etchecopar. Les haïkus suivent leur chemin de peu qui dit beaucoup. Ils sont parfaitement ancrés dans les paysages contemporains : on y voit, par les vitres des trains, battre lentement les pales des éoliennes. Ajoutons que l'artiste plasticienne a su, par ses linogravures, et avec la complicité de l'imprimeur, mettre un rythme dans les 64 pages du recueil et lui donner cette lumineuse unité.

- Anise Koltz, Un monde de pierres, Editions Arfuyen, septembre 2015
« Nous sommes en exil. Nous vivons, nous aimons, nous souffrons. Nous puisons dans ce monde où nous sommes nés notre subsistance, nous nous y accrochons, le façonnons, le détruisons, et en même temps nous restons des étrangers. […] Ce paradoxe d’être au monde et de ne pas y être interroge constamment le livre et confère aux poèmes d’Anise Koltz cette saveur très particulière qui mélange subtilement sensibilité et métaphysique, celle-ci plutôt dans une tonalité orientale. » (Note de lecture par Alain Roussel)

- Cécile A.  Holdban, Poèmes d’après suivi de La route de sel, Editions Arfuyen, avril 2016
Elle a inclus dans son premier livre des poèmes traduits du hongrois et de l’anglais. Car autant que la Hongrie de sa famille, la Nouvelle-Zélande de Katherine Mansfield marque sa poésie. De l’Île du Long Nuage Blanc, elle a fait la terre d’Emilia Wandt, son hétéronyme, à qui sont dédiés les poèmes de La route de sel. «Ce n’est pas nous qui écrivons les poèmes, note-t-elle dans sa postface, ce sont eux qui nous écrivent.

- Marilyne Bertoncini - La Dernière Œuvre de Phidias, éditions Encres Vives,
n. 453, avril 2016
"
On disait de lui qu'il était le seul à connaître l'image des dieux, et qu'il la révélait aux hommes, par ses sculptures. Accusé d'impiété par ses concitoyens pour de sombres raisons politiques, il est jeté en prison, puis... " extrait de la présentation par l’auteure).

- Jean-Claude VILLAIN, L'Ombre, l'effroi, éditions Encres Vives, n.452, mars 2016.
Illustration de couverture Marie-Lyne Constantini.

« Ce poème est si violent dans sa concision que chacune de ses parties tranche dans le vif d'un espace qui s'en trouve bouleversé : blessure doublée d'une révélation. Une contradiction se trouve ainsi résolue : une violence syllabique, puis mentale, puis charnelle, signifiée." (Bernard Noël).

-Tant de Philomèles en ce monde ! Muses & Poètes. Poésie, Femmes et Genre, sous la direction de Camille AUBAUDE, éditions de la SIÉFÉGP Pan des muses et la revue Le Pan poétique des muses, N°4 / Hiver 2015-2016 « … À travers de la figure de Philomèle, ce numéro de la revue Le Pan poétique des muses rend hommage aux femmes meurtries dans leur chair et/ou dans leur âme. Cet hommage poétique et théorique permet de questionner nos sociétés en désarroi et fracture. (…) Voici en illustrations, articles, poèmes, témoignages et critiques des bribes d'une poésie de soi, « telle une aubade » (cf. Camille Aubaude, La Malcontente, 2015) dédiée à notre humanité, telle une longue prière pour l'amour et la paix… » (extrait de la présentation par Dina SAHYOUNI)
recherche de ces nouveautés, Dana Shishmanian

et regard du Québec
- Élise Turcotte, La forme du jour, Éditions Au Noroît, 2016
Elle livre la forme du jour au cœur même de la fragilité et de l’intimité d’un corps qu’elle nomme histoire en acceptant de l’habiter... tiré des Édtions du Noroît et voici sa lecture de Arbres, lierre sur Lyrikline

- Patrice Desbiens, Vallée des cicatrices, L'oie de Cravan, 2015
On s'approche parfois du haïkus : de mots qui sont comme de courtes cicatrices bien droites, bien définies et refermées mais qui laissent deviner toutes les douleurs.( tiré des Éd. l'oie de Cravan)

- Le 13e Festival International des écrivains et artistes de Val-David (Québec) aura lieu les 4 et 5 juin.
Nous y serons présents par la présentation de "L'autre est ta demeure" du poète québécois Jean-Luc Proulx. Et Notre poétesse Flavia Cosma présentera la traduction anglaise de son recueil "Quartier latin", (Ed. du Cygne- Facebook)

**


AVRIL 2016

Des mots comme des caresses, J.Fleuret (Michel Ostertag),Poésie  Édilivre (extraits à lire)
"Une caresse de mots comme un tourbillon
Qu'on prend dans la paume de la main"
....
"Les mots sont des êtres vivants qu'ìl est bien
De nourrir à satiété."


La Vieille Dame Seule, J.Fleuret
(Michel Ostertag, Nouvelle  Édilivre (extraits à lire)
"Léa Tournier, ancienne comédienne, vit sa retraite dans son petit appartment parisien, entourée de ses souvenirs de théâtre q'elle aime partager avec de rares amis. Mais, petit à petit, la solitude vient s'installer dans son quotidien."
- Membre de l'équipe de la Revue Francopolis. Laissons-lui Libre-Parole.

Guénane [Cade], La sagesse est toujours en retard, Rougerie éditeur, mars 2016 .

"...C'est un fameux recueil ! Une poésie forte, puissante, surgie (et mûrie) des profondeurs de l'être. Une poésie riche de toute une expérience de vie, un témoignage marqué du sceau de l'authenticité....Un uppercut par page ! Vous ne trichez pas : c'est votre marque de fabrique. Un ton, percutant, une langue, précise, tranchante, concrète et imagée qui n'appartient qu'à vous...Votre recueil donne envie de relire les précédents, ce n'est pas si fréquent..."
Yves Loisel, journaliste ER et biographe, 28 mars 2016

François Bordes, Le logis des passants de peu de biens précédé de L’âge obscur. Editions Corlevour, juin 2015
 
« Je me tais dans ma parole. Plus je parle, plus la parole me fuit (…), je n’est plus qu’une attente, une attente désespérée et silencieuse du vide », écrit François Bordes, se tenant néanmoins au bord de ce vide pour le nommer, s’arracher à lui « qui ne doit pas nous avoir vivants. »
Voir Alain Helissen, Cahier critique de poésie

Luc Vidal (poèmes), Gilles Bourgeade (photos), Les yeux du crépuscule. Les éditions du Petit Véhicule, mars 2016
« Le poète ne peut terrasser le mot... le silence peut-être ? et encore ! Dans cette tâche incertaine la solitude serait certainement plus exemplaire, mais non, car où seraient alors les rencontres avec les êtres aimés et parfois rêvés, la douceur jamais aigre de ta poésie ? »
Claude Bugeon, février 2016 

Le Temps du paysage, Hélène Dorion, Ed. Druide (lancement 31 mars 2016)
" C'est celui de la mort dont on ne sait rien, de la beauté dont on sait si peu et de l'amour dont on voudrait tout savoir. C'est un récit méditatif qui nous convie autant à la contemplation qu'à la transformation intérieure."  (Page couverture)
"Plutôt qu'on accompagnement, l'image constitue ici un langage en soi. Elle n'illustre pas le texte mais résonne avec lui et s'accorde à ma démarche même d'écriture...H.D.
Présente chez Francoplis : article fevrier 2012-Francopolis - Visiter son site


Revues
La belle revue A l’index dirigé par Jean-Claude Tardif publie dans son dernier numéro (30) des poètes français et étrangers dont François Teyssandier, Werner Lambersy, Hervé Martin, Isabelle Rebreyend, Sophia de Mello Breyner et Cecilia Meirèles, Ara Alexandre Shishmanian, Dana Anton,  des courts textes en prose de Fabrice Marzuolo et Louis Porquet, des notes de lecture par Jean-Claude Tardif. Un plaisir de l’avoir entre les mains.


MARS 2016

Isabelle Lagny et Salah Al Hamdani, Contrejour amoureux, Le Nouvel Athanor, février 2016, 100 p., 15 €. Préfacé par Jacques Ancet.
« Ce dialogue poétique s’est développé au rythme lent de nos déplacements dans différentes villes ou régions de France et s’est déployé sur plusieurs saisons. (…). Il est question de l’amour bien sûr dans ce contrejour amoureux, de sa face existentielle presque sous-terraine qui traverse parfois silencieusement notre écriture personnelle mais l’interroge en permanence. Nous nous retrouvions en France sur une terre accueillante, dans un espace de pensée et de sensibilité que nous voulions universel et que nous souhaitons partager avec d’autres. » (reproduit à partir de la page FB de Salah Al Hamdani).

Eric Chassefière, Déambulations du sable. Editions Alcyone (Collection Surya), édition à tirage limité entièrement numéroté sur beau papier de création blanc subtil 120 gr., mars 2016, 16 €
Poèmes, avec la reproduction d’un dessin acrylique de Catherine Bruneau. au prix de 16,00€ France l’exemplaire
« La poésie d’Eric Chasse1ière suggère la sensualité et la densité charnelle du monde de la nature, tout en exprimant sa subtilité, sa quintessence : les jeux de sa lumière, la qualité de son silence... Certains de ses poèmes font songer à des aquarelles dans lesquelles le particulier rejoindrait l’universel ». (extrait de la présentation par Silvaine Arabo)

Voix intermédiaires. Une anthologie de poésie contemporaine, Ed. Publie.net, mars 2016 (édition papier et numérique).
Anthologie choisie et composée par ses lecteurs sur une proposition de François Rannou. De nombreux livres de poésie d’auteurs vivants sont proposés à la lecture et tous les courants poétiques actuels sont représentés. Les auteurs présents dans cette anthologie : Olivier Apert, Hervé Bourgel, Lionel Bourg, Jean-Patrice Courtois, Samuel Dudouit, Sylvie Durbec, Mohammed El Amraoui, Antoine Emaz, Sylvie Fabre G., Petr Král, Marc le Gros, Camille Loivier, Sophie Loizeau, Christophe Marchand-Kiss, Emmanuel Moses, Gérard Noiret, Lionel Ray, Valérie Rouzeau, Jean-Luc Steinmetz, Franck Venaille et Jean-Jacques Viton.

Interventions à Haute Voix : Lisières (numéro 55, février 2016)
Dirigée par Gérard Faucheux et éditée dans le cadre de la Maison des Jeunes et de la Culture de la Vallée (Chaville), cette revue a trente-neuf ans. Elle publie des numéros thématiques qui constituent autant de micro-anthologies de poésie contemporaine. Dans ce dernier numéro (104 p.), des poèmes sur le fil de rasoir d’un motif autant ambivalent qu’évocateur : lisières… Limite, bord, rêve, séparation, obstacle ou passage, suscitant le désir, la crainte, l’audace  du dépassement, « la possibilité de pénétrer dans cette autre chose »… (extrait de la préface de Guy Chaty). Parmi les auteurs : Eliane Biedermann, Guy Chaty, Béatrice Gaudy, Rebecca Gruel, Gérard Lemaire, Pascal Mora, Lucile Negel, Jacqueline Persini-Panorias,  Mireille Podchlebnik, Ara-Alexandre Shishmanian, Dana Shishmanian.

EVÈNEMENTS
- Un festival de poésie francophone en Transylvanie
Du 14 au 20 mars 2016 auront lieu à Alba Iulia, ville au passé multimillénaire située au cœur de la Transylvanie (Roumanie), Les Journées de la Francophonie, organisées avec le concours de plusieurs institutions roumaines (universités, bibliothèques, associations culturelles, collèges et lycées). L’animatrice et la coordinatrice de ce festival, qui arrive à sa 5ème édition, est la poétesse Sonia Elvireanu, créatrice par ailleurs d’un cénacle francophone de poésie réunissant de  jeunes auteurs, lycéens et étudiants d’Alba Iulia.
Au programme du festival, cette année : des conférences sur Constantin Brancusi et Georges Enesco, un récital de poésie bilingue, présentation d’auteurs français ou francophones en traduction roumaine (Michel Ducobu, Denis Emorine, Isabelle Poncet-Rimaud), et inversement, d’auteurs roumains traduits en français (lancement du recueil Umbrele curcubeului/Les ombres de l’arc-en-ciel de Sonia Elvireanu).

- « CAFÉ BOHÈME » soirée poésie
À LA RENCONTRE DES MOTS ET DES NOTES

MERCREDI, 30 MARS 19h (salle des feuillus de l’Auberge du Draveur)
Laissez-passer GRATUIT disponible à la bibliothèque J.R.L’Heureux, Maniwaki (Québec)




FÉVRIER 2016

- Svante Svahnström, Navigateur au sommet du vide, chez L'Harmattan, fin 2015

Finalistes 2016 // Catégorie Poésie québécoise
-L’année de ma disparition, Carole David
(Les Herbes rouges)
"J'ai donné un congé définitif aux vies qui m'habitaient. Je ne sais rien de ce que j'écris. Ces poèmes sont l'écume de ma chute."
- Vallée des cicatrices, Patrice Desbiens (L’Oie de Cravan)
"On s’approche parfois du haïkus : de mots qui sont comme de courtes cicatrices bien droites, bien définies et refermées mais qui laissent deviner toutes les douleurs."
 -Chasse aux licornes, Baron Marc-André Lévesque (L’Écrou)
" l'aveu débroche les ruelles qui creusent mon front/cambriole les poubelles..."
- Je suis la fille du baobab brûlé, Rodney Saint-Éloi
(Mémoire d’encrier)
"Je suis la fille du baobab/Qu'une étoile insoumise/A enfanté sur une terre d'épices..."

*
- Sanda VOÏCA, Epopopoèmémés. Poèmes. Editions Impeccables, 136 p.(mars 2015). 
Présenté sous l’aspect trompeur d’un journal de notations quasi-quotidiennes, cet ensemble de poèmes, volontairement inachevé, compose en réalité une forme d'épopée, habitée par la conscience d'un pari lancé à soi-même : écrire TOUT, au fil des jours. Alors l’épique, roulant entre une forme de pure saisie phénoménologique et un absurde « à la roumaine », roulant entre la sensualité du corps et l’ennui des jours, entre le littéraire très référencé et le quotidien cru, – l’épique donc, permet de « piquer » la chair du temps. Nombreuses notes de lecture à ce recueil qui intrigue autant qu’il fascine, dont les dernières (fin janvier 2016) dans Poezibao (par Mazrim Ohrti) et Libre-critique (par Jean-Paul Gavard-Perret).

- Károly FELLINGER, Bétonnière ivre, traduction du hongrois et préface de Károly Sándor Pallai, Editions du Cygne, 104 pages (novembre 2015).
« (…) La transcendance se complète d'un éventail étendu de la dimension tangible du réel, de l'approche simple et directe des moments quotidiens, des choses futiles et très humaines. L'auteur présente avec une franchise et une familiarité intime ses souvenirs, ses émotions, le côté factuel et souvent factice de la vie. Les dichotomies marquent des lieux de rencontre et d'échange où la logique poétique et structurelle traditionnelle est bousculée pour rendre toutes les nuances et couleurs du vécu contemporain… » (extrait de la préface).   
Notons, pour faire un clin d’œil supplémentaire à Sanda Voïca, sa chronique au recueil du poète hongrois dans La cause littéraire (27 janvier 2016).

- François TEYSSANDIER, Equilibre instable de la lumière, Editions du Cygne, 86p. (janvier 2016).
Rien ne peut naître, pousser, et vivre sans lumière.  Mais elle n'existe que parce qu'elle s'oppose à l'ombre, à l'obscurité qui nous entourent. (…) La lumière est fragile, inconstante, volatile. Elle peut nous échapper sans crier gare. A nous alors de l'apprivoiser, et de la reconquérir patiemment, comme on escalade une pente abrupte, à nos risques et périls. Car la lumière, comme l'homme, est toujours en équilibre instable.

Francis CANDELIER, Par l’argile et l’ortie, Editions du Cygne, 68 p. (janvier 2016).
À l'origine, dans l'enfance, « la noyade au sein froid de la négation ». Et puis, de poème en poème, c'est la recherche d'une lumière à tâtons, dans les ténèbres de la vie, avec ses avancées, ses reculs, ses haltes nocturnes. Peu à peu le pas s'assure, de la clarté vient, de la paix s'installe ; la « lumière du très simple », un moment, apparaît. L'âme se trouve « en lavant les pieds de l'Infime », se guérit de l'idéalisme brumeux « par l'argile et l'ortie ». Elle aborde enfin aux rives heureuses, acceptant même
« la transcendance, à condition qu'elle ait de la terre sur les ongles ».


Denise BORIAS, Silence étoilé, Editions du Cygne, 52 p.  (janvier 2016).
Denise Borias puise dans le nature omniprésente un réseau de symboles où les éléments expriment une subtile harmonie entre la vie, la mort, le temps et son passage...
Une vague en recouvre une autre...
L'écume tourne la page
Où se prolongent en lisière
Les mots du poème
- Silence étoilé.





JANVIER 2016
Daniel Martinez, Vega
Éditions du Contentieux, Toulouse, octobre 2015, 10 €.
Recueil de poèmes, dont certains sont traduits en italien par Annick Farina et Christian Travaux, et accompagné de photographies en couleur de Philippe Merlet. « Dans cette esquisse d’art poétique on perçoit déjà une alliance profonde entre une soif de vie et de sensualité (ou de sensations), une précision des notations naturelles tracées, semble-t-il, d’"un pinceau de lavis", et la quête poétique même… » (extrait de la préface de Jean-François Sené). Pour commander : PagePaysage

Gabriel Mwènè Okoundji, Le quêteur de souffle
Numéro 29 de la revue A l'index, été 2015 (collection Empreintes), 153 p., 17 €
Ce numéro spécial dédié au poète congolais Gabriel Mwènè Okoundji réunit une vingtaine de contributions autour de son œuvre, dont l’allocation prononcée par Salah Stétié a en 2008 à l’occasion de la remise du Prix Poésyvelines, et un entretien de 11 pages avec Jean-Claude Tardif, ainsi qu’un long poème inédit de 21 pages, Mots totems.
« J'aime à penser que la parole, comme la beauté, comme la vie, est une énigme. Toute parole est, comme on dit en tégué, nombreuse, immensément nombreuse, elle n'a pas de limites, et donc, elle ne finit pas de nous échapper. » Pour commander

Les Poètes et le Cosmique.
Sous la direction de Jean-Pierre Béchu & Marguerite Chamon.

Editions du Net, décembre 2015, 204 p., 29 €
Cette deuxième anthologie de poésie contemporaine réalisée par Jean-Pierre Béchu et Marguerite Chamon – après L’éveil du myosotis en 2014 – est préfacée par Daniel Kunth, astrophysicien au CNRS, initiateur de la Nuit des étoiles en 1991 et auteur de nombreux ouvrages de vulgarisation scientifique. L’ouvrage, accompagné de photographies, rassemble 72 poètes contemporains (parmi les contributeurs : Ara Alexandre Shishmanian, Dana Shishmanian). Pour commander

Nouvelles parutions de poésie à l’Échappée belle édition
La maison créée et dirigée par notre amie la poétesse Florence Issac a publié plusieurs recueils de poésie à l’automne 2015 (dans sa collection Ouvre-boîtes) :
 

Jeanne Morisseau,  Eaux d'avant
Octobre 2015, 74 p., 15 €

Nicolas Grenier, Rosetta (suivi de Philae) Octobre 2015, 67 p., 14 €
Face au macrocosme de l'Univers, le haïku est un microcosme. Poétique et cosmique, l’ouvrage rassemble cent soixante-seize haïkus qui évoquent les exploits scientifiques de la fusée Ariane, de la sonde spatiale Rosetta et du robot Philae. Pour reprendre le poète Sully Prudhomme, « les étoiles brillent toujours, et les yeux se sont remplis d’ombre ».

Anna Gaïotti, Parfois je suis le chevalier parfois je suis le cheval
Octobre 2015, 80 p., 15 €
L’écriture est le dernier témoin. Il s’est épuisé dans les corridors de l’insomnie, dans les espaces vides des studios de danse pour archiver ce qui s’est passé dans la chair : celle-là qui danse, celle-là érotique, celle-là violente, celle-là amoureuse, celle-là qui explore le jeu tissé des fantasmes. L’écriture est une aire d’images et de matières où s’achemine la traduction des présents d’un corps vivant.

David R. Belair, Au delà la nuit,
Octobre 2015, 136 p., 20 €
Suite et fin de l’Eternité retrouvée et Vanités infernales, Au delà la nuit sonne le glas d’une décennie de réécritures poétiques instinctives, écorchées, exaltées.  Entre prose et vers libres l’écrivain retrouve la liberté de composer (…). Comme la généreuse invitation à se donner à soi même un sens à la vie, dessiner une voie, avancer, tenir bon, se transformer, maintenir le cap, se dépasser, s’élever et être heureux un jour, au gré du pire et du meilleur de sa vie.

ANNONCES SPÉCIALES
Quand il est mort le poète, tous ses amis pleuraient.../le monde entier pleurait (G.Bécaud)

-  SCHNELL Agnès
(d.c.d  déc/2015 si dicrètement que nous venons de l'apprendre par  Carmen Carmeno sur Facebook, Le Collectif Francopolis )
Quelques publications sur Francopolis
- Salon de lecture en 2013  et voir toutes ses publications dans notre Revue, rubriques Librairie


- REY Luc-André  (
d.c.d  juillet/2015)
Quelques publications sur Francopolis - Salon-décembre 2012
Créaphonie déc 2014 et suite janv.2015 et Salon-janvier 2016
et Vie-Poète-janvier 2016
 


ANNONCES 2015

DÉCEMBRE

Dominique ZINENBERG, Les feuillets d'obsidienne, éditions du Cygne, novembre 2015,
Le deuxième recueil de Dominique, paru un an après le premier, est à découvrir comme une expérience où vie et écriture sont inextricablement liées : « Je fais appel aux mots connus et inconnus qui sont comme un jardin de curé plein d'arômes. Ils sont lampe et sentes ; ils sont gangues et fêlures, hétéroclite engeance au prisme discordant. Dans l'urgence, vocable est prêt à m'étourdir : le goût d'un mot sur mes lèvres est baiser : je palpe un peu démente son contact puissant comme s'il était seul à faire jaillir des mondes. »

Julie Huard, Paysâmes et Miroirs du monde, aux éditions David, Qc
Appareil photo en bandoulière et calepin en poche — à mi-chemin entre la touriste et la journaliste... De Bali à Dakar, en passant par la Thaïlande et le Tibet, elle sillonne depuis plus de trente ans ces « pays du Sud » où l’on oublie qu’habitent plus des deux tiers de la population de la planète.
Plus sur ce livre.

Joanne Morency, Prix de poésie Radio-Canada 2015. Elle a publié quatre livres de poésie chez Triptyque ainsi qu'un haïbun (récit/haïkus) aux Éditions David. Sa poésie en prose Miettes de moi lui a valu à Paris le Prix du Premier recueil 2010 de la Fondation L.-A. Finances.

James NOËL, Anthologie de poésie haïtienne contemporaine, Points, novembre 2015,
« La singularité de cette anthologie tient au fait qu’elle forme un tapis volant de subjectivités éclatées. Un brassage de tempéraments passionnants qui rassemble quatre générations ouvertes et poreuses aux grands flux de l’Histoire, de l’amour, du pays, du jeu, de la colère, du monde, du sexe, de l’exil, de la mer, de la joie… »  73 poètes dont nos jeunes amis Anderson Dovilas, Pierre-Moïse Célestin, Fabian Charles, Thélyson Orélien. ( Entrevue avec James Noël, Radio-Canada)

Werner LAMBERSY, nouvelles parutions
Quelques nouveaux recueils de ce poète belge francophone, honoré par le Grand Prix de poésie de l'Académie Mallarmé 2015, qui lui a été décerné le 8 novembre dans le cadre de la 34e Foire du Livre de Brive-la-Gaillarde (Corrèze), et récemment rencontré avec bonheur au Territoire du poème, le 20 novembre :
- La Perte du temps, Le Castor Astral éditeur, mai 2015,
« On n’aura pratiqué dans ce recueil que les contraintes d’écouter et de rendre, sur un maigre instrument, la partie du souffle qui, comme le vent dans les arbres, tutoie les feuilles avant d’en emporter plus loin le frisson. »
- Dernières nouvelles d’Ulysse, avec des peintures d’Anne-Marie Vesco et une préface d’Hubert Haddad, Rougier V. Éditions, mars 2015,
« Dernière nouvelles d’Ulysse a été écrit sur une dizaine d’années. C’est un peu le journal de bord du poète, son odyssée intime. (…) Ainsi le poète poursuit-t-il son chemin d’aède, moderne mais véhiculant la tradition ancestrale qu’il assume et authentifie…» (Jacques Morin dans Poezibao).
- La dent tombée de Montaigne, éditions Dumerchez, octobre 2015,
« Privilège de l’âge, sans doute, et de la fréquentation des philosophies orientales : la déréliction n’exclut nullement une forme de sérénité qui fait que le monde dont on nous parle n’est jamais vraiment désenchanté, même si le regard est désabusé. » (Michel Baglin, dans sa revue Texture).
LIENS : Éditions du Cygne - Éditions Amourier - Printemps des poètes - Recours aux poèmes 
Visiter son site : Werner Lambersy


 - Crichhh...de Méliès Bellemare-Caradot, éd. Lulu.com, premier livre de ce jeune auteur québécois, (Chelsea)  (10ans) Un récit plein d'actions qui vous surprendra.  Voir son site.


NOVEMBRE
NOVEMBRE
Recueils :
Griffures sur le miroir de Flavia Cosma, aux éditions du Cygne
(Poésie du monde/Canada-Roumanie)  recherche Gertie Millaire

Ce recueil  est à la fois terrible et réjouissant. La poète l'a voulu ainsi. À la limite de l'ordinaire et de l'extraordinaire, il y a le récit (car il y a un récit dans ce récital où la peine et le plaisir s'attirent, se repoussent, reviennent l'un vers l'autre) C.est la voix de l'amoureuse qui en donne toute la ferveur, une voix qui perce sous le soleil autant que dans la nuit. La séparation vient très tôt, toujours trop tôt, mais c'est la vie, n'est-ce pas ? (Louis-Philippe Hébert)
*
L'autre est ta demeure de Jean-Luc Proulx, aux éditions du Cygne,
recherche Gertie Millaire et Dana Shishmanian.
Poème-récit, métaphore d'une longue marche vers le lieu d'une renaissance probable, L'autre est ta demeure raconte une histoire : celle d'un homme allant lire à voix haute devant public. Et c'est le choc ! Le voilà qui voit. Qui voit l'autre ! Projetant sa propre existence aux brûlures d'une vision. Autre est la lumière dès lors. Et autre est la poésie. La poésie de Jean-Luc Proulx en appelle ainsi au consentement. Pareille au passant, elle trouve refuge dans la rencontre.
Natif de Montréal, Jean-Luc PROULX est d’abord artiste-peintre, c’est à la suite d’une longue solitude, fondatrice dira-t-il, qu’il découvre, en 2011, la poésie. Il publie ici son premier recueil. - Rencontré en France pour Dana et rencontré au Festival Poésie, Québec, pour Gertie, comme quoi le monde est petit...!

*
Bras du nord de Jean Desy et Normand Génois, aux éditions Mémoires d'encrier, recherche Gertie Millaire.C’est la nature vivante qui a écrit ce recueil. La vie sauvage nous a tenu la main, l’a guidée sur le blanc des pages et de la neige, sur le bleu du ciel et de l’encre. Nous avons voulu nos textes ruis- seaux enchevêtrés, branches entrelacées, rêves au fond du temps, mirages en surimpression. Nous savions nos écritures proches l’une de l’autre, nous les avons bouvetées, aboutées, marouflées.
*
Gwen Garnier-Duguy, La Nuit Phoenix, Recours au poème éditeurs, octobre 2015, recherche Dana
Légende mystérieuse, conte des terres celtiques, poème de l’advenue ; l’âme des saints croise le poète. Il ouvre la porte ; dans le même temps, il précise sa nature, son origine, sa culture. Un credo initiatique parcourt le recueil, en un chassé-croisé d’impressions, de formes oniriques, d’émotions et de réalités. Un dialogue exigeant s’établit entre la nudité et le corps, occupant l’espace sans le posséder, vers le chemin renouvelé d’un lumineux mariage. (Extrait de la préface de Jean Maison)
Né dans le Finistère en 1972, Gwen Garnier-Duguy publie ses premiers poèmes en 1995 dans la revue issue du surréalisme, Supérieur Inconnu. En mai 2012, il fonde avec Matthieu Baumier le magazine en ligne Recours au Poème, exclusivement consacré à la poésie, et en 2014, la maison d’édition numérique Recours au poème éditeurs. La nuit Phoenix est son troisième recueil de poèmes.
*
Trois recueils de Edmond Michon, aux éditions Edi Livre, recherche Éliette Vialle
-La traversée : La Traversée est un recueil de poésie. Quelle traversée ? L’auteur laisse au lecteur le soin de le deviner, car si le poète écrit avec une idée dans la tête, le lecteur, a la liberté de l’interpréter selon sa sensibilité. Ce recueil est aussi le fruit d’un travail sur le vers, sur la strophe, sur le poème. Il alterne entre poèmes en vers libres et « poèmes à l’écriture automatique ».
La Traversée ne serait-elle pas un voyage dans le monde de la poésie ? Mais ce qui est certain, c’est que si la poésie est un outil pour décrire la beauté, les sentiments, elle est surtout un outil d’émancipation de la condition humaine. Combien de poètes l’ont-ils payé de leur vie, cette évidence?
-Au centre : Nous retrouvons Roger, après Parcours accidentés. Là, il était SDF, suite à une longue histoire. Grâce à Laurent, directeur d’un centre d’entraide qui justement cherchait un nouveau bénévole, Roger redécouvre la solidarité, le travail et se reconstruit lentement. Gabriel et Lucien l’accompagnent, Lucien et José rénovent, Laurent vend les trésors rénovés. Quand le centre accueillera des familles sans papiers, Laure, avocate, Sophie, assistante sociale et Manon, une étudiante, interviendront. Geneviève prépare dans son restaurant les repas du centre. Tout cela permet à Roger de reprendre en main sa vie. Seul l’homme peut perdre pied et disparaître. En groupe solidaire, il peut retrouver ses racines.
-Et ma pensée vagabonde T1 : Ce livre ne rassemble que ma pensée journalière. Attachée souvent à la réalité, elle décrit un monde inégalitaire car mené et géré par un système qui créé l’inégalité, la guerre, le sang, les larmes… Quelques notes des livres en cours y sont insérées ainsi que des poèmes dont le fil rouge reste toujours le même : la poésie ne se résume pas à décrire le beau, la nature, les sentiments. Non ; la poésie, comme la lecture, comme l’éducation, sont des facteurs d’émancipation de l’être humain et c’est en ce sens que souvent, les écrits poétiques y figurent. Enfin, ces notes sont des appels à la réflexion, car rien n’est fatalité. L’être humain à l’aide de sa pensée, de ses mots, peut changer le monde.
 
D'hématomes en bleus de nuit de Patrick Delaplace-Trinquet, éd. du Brouillard Levant, 
(quelques textes publiés dans notre librairie (septembre 2013)

XXX  NOUVELLES -  Novembre 2015

« mes chaussures vides cesseront de penser »…
X - Francopolis viens d'apprendre par le journal la Voix du Nord le décès brutal d' Orlando de Rudder...  bien triste nouvelle et toutes nos sympathies à la famille et amis... et spécialement à Éliette, sa grande amie qui nous a donné à le découvrir par ces participations dans Francopolis sous la rubrique Gueule de mots :
La langue française n'est pas un gargarisme ( nov.2012) - Si je t'aimais (déc.2011) Grain de raisin (fév.2011) - Petit sonnet pour ma célébration! (nov.2010)
Il est auteur d'une trentaine de livres.


XX - Nouvelle recrue chez Francopolis, Louisa Nadour.
Mieux la connaître, voir l'article chez Francopolis janvier 2013 - Entretien avec Louisa Nadour par Marie Virolle
et voir sa fiche:  ÉQUIPE FRANCOPOLIS

***

OCTOBRE
Recueils :
- Carnet de l’Obscur de Mireille Diaz-Florian et Encres de Gilbert Conan, Ed. le Betteur
Les poèmes du Carnet de l’Obscur s’inscrivent dans un double mouvement où le regard posé dans l’instant contemplatif, devient progressivement pénétrant. Le texte restitue la densité d’une traversée. Le toucher du peintre, en partage du silence, ouvre des espaces de lumière. (en librairie oct. 2015)
- Richard Taillefer, PoéVie Blues, Premédit, 106 pages, 13 € (septembre 2015)
Richard Taillefer regarde ce monde comme un témoin atemporel mais il en reconnait toujours d'avance ses faiblesses et ses maux parce que "Je pense à ceux que j'aime et à tous ceux qui ont perdu l'essence même d'exister" et Tout peut être réinterrogé jusqu'aux réalités existentielles qui résultent d'un tel consensus. Le poète écrit son "message in the bottle", cette élégie disco fulgurant du temps et de l'espace, où tout et tous, sont déjà configurés car "Nous ne sommes / Que matière des astres / Égarés dans l'éblouissement des nuits clandestines". (Marina Nicolaev)
- Buenas tardes, de Mireille Diaz-Florian, nouvelle parue dans la Revue Brève (anthologie trimestrielle de la nouvelle
- Nouvelle Maison de la poésie, "La Factorie" et se trouve à l'endroit où se tenait La Compagnie Ephéméride où déjà la poésie tenait une grande place depuis 1993. En 2004 , on lui a confié la mission d'organiser le Printemps des Poètes , puis en 2008 , la Compagnie initie des résidences de poètes, notamment avac Sheymus Dagtekin , Claude Ber et Françoise Ascal. Chaque année une innovation : création d'ateliers d'écriture (2012) , projet européen en 2013 autour d'un événement poétique bilingue, réunion également cette année-là d'un comité de lecture chargé de sélectionner les poètes invités à "Place à la Poésie" et de remettre un Prix doté au poète le plus apprécié. Et maintenant voilà qu'est fondée la toute première Maison de la Poésie de Normandie. La soirée inaugurale a eu lieu le 22 septembre près de Val de Reuil , dans l'Eure.

- MÉLUSINE : POÉSIE / AQUARELLES / MUSIQUE / FILMS, L’ensemble mélusine est né de trois libertés. La mienne, qui m’a fait  écrire le texte, celles du peintre et aquarelliste Pierre Jaouën et du musicien-compositeur et jazzman Emmanuel Bex qui ont désiré s’en emparer.
Voir l'annonce Microcultures

Anthologies et revues
D’écriture en écriture, anthologie des auteurs de La Gazette de la Lucarne (3e volume), La Lucarne des écrivains, 20 € (septembre 2015)
Voici la suite de la série de publications anthologiques réunissant les auteurs de la Gazette de la Lucarne : ce troisième tome est un verger de quatre-vingt-dix auteurs plus quelques artistes, réussissant encore à nous émouvoir, nous étonner par leur diversité, leur jubilation, leur mystère.
- Quatre-vingt-dix jardiniers, des vocables récoltant leurs légumes rares, leurs fruits aigres ou sucrés, leurs efflorescences inédites : un beau jardin d’images et de textes écrits au fil des saisons, celui du cœur et de l’esprit. Soirée de lancement le 10 octobre (voir Événements).

Poésie/première, numéro 62 (septembre 2015)
L’élégante et riche revue dirigée par Philippe Biget, Guy Chaty, Martine Morillon-Carreau, et Jean-Paul Giraux, publie dans ce numéro un dossier sur les Journées de poésie de Tarn 2015, avec notamment l’intervention de Jacques Ancet, invité d’ARPO, un interview avec l’artiste plasticienne Wanda Mihuleac, un dossier Dylan Thomas préparé par Michèle Duclos, des articles - Monique W. Labidoire sur Paul Farellier, Jean-Louis Bernard sur Evelyne Morin, Jacqueline Persini sur Jean-Hugues Malineau -, une nouvelle de Fabrice Marzuolo, un groupage de poètes dans la traditionnelle rubrique Poésie plurielle, et des notes de lecture dont nous signalons celle de Guy Chaty, dédiée au recueil Fenêtre avec esseulement d’Ara Alexandre Shishmanian.

ÉVÈNEMENTS
France

Lancement de l’anthologie D’écriture en écriture avec les auteurs (dont nous signalons la participation d’Ara Alexandre Shishmanian).
Soirée D’une langue à l’autre (3ème édition), avec les éditeurs Brândusa et Christian Tamas, et des auteurs de la maison franco-roumaine Ars longa. Cette fois, en compagnie de Louis-Philippe Hébert (Canada) pour son recueil  Marie réparatrice, Isabelle Poncet-Rimaud pour son recueil, Un recueil  Un regard sur l’épaule, Daniela Tordoi pour son roman La Plante-boussole,  Michel Ducobu (Belgique), pour Siège sage, Denis Emorine pour De toute éternité, Rodica Chira pour son essai Autres mondes. Approches SF et Christian Tamas pour ses nouvelles Les arbres. Les lectures et discussions seront suivies d’un buffet. Samedi 10 octobre, à la Lucarne des écrivains, à partir de 19h (115 Rue Ourcq, 75019 Paris, Métro Crimée)

Québec
- Le XIIe Festival International de poésie, de Val-David,(Québec) le 3 septembre, lectures poésie à la Rédidence et dimanche le 4 octobre le programme est le suivant: 1h30-16:00 conferences  et 16h00-18h45, puis, Clôture du XIIe Festival International des Écrivains et Artistes sera au Centre d'exposition de Val-David a partir de 16h et à 18h45, Agapes fraternelles a la Résidence.
 Pésentation  Flavia Cosma et David Brêmel
Invités:
Gertrude Millaire (Laurentides/Outaouais) - LouiseCarson(Montréal,)- Janine Pioger (Laurentides) -Anabelle Aguilar Brealey (Venezuela/Costa Rica) - Eva Halus (Montréal/Roumanie) - Sophie Bouchard (Val-David) Ivan-Denis Dupuis (Laurentides) - Flavia Cosma (Val-David, /Roumanie) - David Brême (France) - Carmen Doreal (Deux Montagnes\ Roumanie) - Luis Raul Calvo (Argentina) -  Anabelle Aguilar Brealey (Venezuela/Costa Rica) - Nicole Davidson (Val-David) - Luis Raul Calvo (Argentina) - John Mallette (Laurentides) - Viorika Aresteanu (Montreal)- Sandra Stephenson (Montréal)- Felicia Mihali (Montréal/Roumanie) - Jeremiah Wall (Val-David) - Adrian Erbiceanu (Roumanie-Montreal)- Anabelle Aguilar Brealey (Venezuela/Costa-Rica) - Ljubica Milicevic (Montreal,/Serbia) - Tito Alvarado (Morin-Heights,/Chile)-
Carmen Doreal (Deux Montagnes/Roumanie)
EXPOSITIONS :  Eva Halus (Montréal, QC/Roumanie)-Marie-Pierre Charboneau (Val-David )
Ljubica Milicevic (Montréal,/Serbie) - Carmen Doreal (Deux Montagnes,) - Ramiro Ricardo Feria (Cuba)

- Les passeurs, roman de Nicole Balvay-Haillot
mercredi 14 octobre  2015 de 9 h 30 à 11 h 30  à la Cabane-en-bois-rond
Académie des retraités de l’Outaouais- Gatineau(Québec) -
diaporama constitué d’archives personnelles, la romancière Nicole Balvay-Haillot et l’historien Raymond Ouimet raconteront la Seconde Guerre mondiale en France, de 1939 à 1944
- Christian Quesnel et Mélanie Rivet, membres de l'AAAO, étudiants à la maitrise à l'Université du Québec en Outaouais et membres de la famille Neige-galerie participeront au Salon du livre de Beyrouth, du 29 octobre au 1 novembre


SEPTEMBRE

- Christophe Bregaint, À l'avant-garde des ruines, (juillet 2015) préface Pascal Boulanger) chez Recours au Poème Éditeurs.
Il a publié dans de nombreuses Revues: Les Cahiers du Sens, Poésie Première, Le Cafard Héritique...et plus. Et un autre recueil est annoncé pour Octobre 2015, chez La Dragonne. Très actif sur Facebook.
(Le poème est parole d’acier, pas parole de bois. Car on n’échappe pas à la reconduction de l’enfer : Tu as cru / T’évader / De l’étau. La panique, qui accompagne la terreur, surgit dans l’oblique de l’hostilité permanente... tiré de la Préface de Pascal Boulanger.

- France Burghelle Rey, Le Chant de l'enfance, Éditions du Cygne(juillet 2015, collection Le Chant du Cygne)
Pour faire vivre la mémoire de l’enfance, ce monde magique où la poésie a pris ses racines les plus profondes, les plus définitives et d’où renaît sans cesse l’inspiration, France Burghelle Rey a dû faire boiter le mètre et même créer, quand il le fallait, un nouveau langage.
Pour le poète, «  l’alma mater »  est la Bourgogne des années soixante avec ses roses trémières, ses bals à tréteaux, ses soirs entre chien et loup et ses routes, les nuits de retour. Plus tard, les maîtres, grands poètes-chefs d’orchestre,  ont donné à l’auteur toute la musique nécessaire, celle qui couvait en elle et qui est la règle d’or de toute émotion poétique ; leurs mots ont fait naître les siens sous forme de douzains qu’elle veut transmettre  aux lecteurs car, si la poésie est un chant, elle est aussi le plus beau des dialogues 

- Philippe Mac Leod, Poèmes pour habiter la terre, Le Passeur éditeur, (juin 2015, collection Hautes Rives)
Dans un monde désenchanté, déserté par l’esprit autant que par le divin, pourquoi des poètes en temps de crise ? Peut-être, simplement, pour habiter la terre autrement, en contemplant, en aimant, en s’interrogeant, avec inquiétude parfois, toujours avec émerveillement, attentifs au mystère que nous sommes et que nous portons comme un unique trésor.
Philippe Mac Leod, qui mène une vie contemplative dans les Pyrénées, chemine dans sa quête de sens et de présence au réel, animé par la lumière intime, celle de l’enfance du monde.

Mireille Diaz-Florian, Carnet de l’Obscur, Recueil de poésie illustré des encres de Gilbert Conan.
Éditions Le Bretteur (Parution en septembre)

- Mireille Diaz-Florian, Duenas Tardes, Nouvelle extraite du recueil Vieilles Folles.Vieilles Sages,  Revue trimestrielle, Brèves Anthologie permanente de la nouvelle (Volume 106)
***

Revues

- La revue Friches (voir la présentation sur notre site Francopolis)
présente, dans son numéro 118, un dossier consacré à Jean-Marie Barnaud, avec des interviews, des textes inédits, des essais critiques, un groupage de poèmes de Bernard Fournier, et des poèmes de Danièle Corre,  Marie-Noëlle Agniau, Daniel Birnbaum, Dana Shishmanian, Jean-Louis Bernard, Geneviève Vidal, Charles Dessailly.
Dans les notes de lecture, nous signalons celles dédiées à Denise Borias (Signes de vie, éditions du Cygne) et Eliane Biedermann (Le bleu des jours anciens, éditions Caractères).
- Commander / s’abonner auprès du directeur de la publication, le poète Jean-Pierre Thuillat (
jeanpierre.thuillat@wanadoo.fr).

 - Découvrez Concerto pour marées et silence, revue annuelle de poésie, dont le titre, comme le souligne Colette Klein, poète et peintre, le « chef d’orchestre » de cette publication foisonnante, a été donné avec l’autorisation de Pierre Esperbé (1924-2009), auteur d’un recueil intitulé Concerto pour marées et silence (Librairie Chambelland, 1974).
Le dernier numéro paru (n° 8 – 2015) nous régale, sur 170 pages, avec les contributions poétiques d’une trentaine d’ auteurs, dont Eliane Biedermann, Francine Caron, Laurent Faugeras, Evelyne Morin, Colette Nys-Mazure, Bojenna Orszulak, Michel Passelergue, Jacqueline Persini-Panorias, des notes de lecture sur des volumes de Jean Chatard, Maurice Couquiaud, Alain Duault et Monique  W. Labidoire, Paul Farellier, Danièle Faugeras, Nadine Lefebure, Isabelle Poncet-Rimaud, Dana Shishmanian, Jean-Pierre Thuillat, des dessins et peintures dont un collage de Marie-Josée Christien – le tout, rythmé en plusieurs parties, comme un concerto symphonique, par des extraits de l’œuvre de Pierre Esperbé.
A commander à : Colette Klein, 164 rue des Pyrénées, 75020 Paris ou
colette.klein14@orange.fr



JUIN 2015

-Jeanine Baude,  Aveux simples. Illustrations de Marc Pessin (encres). Éditions Voix d’encre, mars 2015 (voir aussi sur Voix d'encre)

- Patricia Laranco, Portrait. Bibliographie. Anthologie.  Le Nouvel Athanor, 2ème trimestre 2015, 112 p., 15 € (collection « Poètes trop effacés »).

MAI 2015
Recueils - REVUES
- Écrire à Yaoundé. Temps  totems  tambours, de Sabine Peglion
Ce recueil témoigne de la force de la parole poétique qui a su, un temps, réunir autour d’elle des poètes venus de Québec, du Luxembourg, de France, de différents pays d’Afrique, de ce qui fut pour notre plus grande joie
« une rencontre tout en couleur
avec des femmes avec des hommes
aux mains tendues à la voix forte
».

- Dernières nouvelles d’Ulysse. Avis de recherche, de Werner Lambersy

Suite de poèmes en vers court faisant état d’un monde chaotique, Dernières nouvelles d’Ulysse se pare des multiples facettes du héros (rusé, opportuniste, guerrier et bien d’autre) et des résonnances de sa voix littéraire dans l’ensemble de la culture occidentale. Par ce système d’échos plein d’ironie, le poème forme un voyage rétrospectif et traduit toute l’ambigüité d’une figure fondatrice de notre culture occidentale.

- Nuit à quatre voix, de Stella Vinitchi Radulescu
« Avec constance et bonheur Stella Vinitchi Radulescu poursuit son cheminement poétique, forte d'une œuvre trilingue pertinente et déjà importante. La poétesse va à l'essentiel, pas d'effets dithyrambiques, le mot juste, la phrase brève et concise, voire cinglante parfois, incisive.
Elle demeure fidèle à un certain hermétisme qui insuffle plus de force à ses textes, dont la forme souvent mystérieuse bat au rythme de la vie. Une vision apparaît, une situation s'installe pour s'estomper aussitôt. Ce sont bien les textes en condensés d'une existence et en extraits aux essences subtiles qui nous invitent à la découvrir.
Peut-être afin de mieux pénétrer sa poésie, construite de simples fragments fragiles, faut-il chercher l'espérance dans le non-dit. » (Michel Bénard)

- Les quartiers de lune pâle de Jean Botquin
« La langue de Jean Botquin est un murmure d'alcôve, un chuchotement de derrière les buissons, mais aussi un cri de plaisir lancé à travers les déserts muets, par-dessus les atolls écumeux des mers tourmentées, à travers les cascades sauvages bondissant sous la sylve, ou encore assourdi par les mousses et les fougères où fuit la proie devant le chasseur avant de s'abandonner et de se rendre à merci.
Elle se fait encore muette, tout en caresses, en frémissements, en souffles, en humeurs, en odeurs…
L'auteur, dans sa fragilité extrême et l'impudeur de ses évocations, nous fascine par cette vérité universelle, tendre et sensuelle à laquelle il nous arrive à tous de rêver dans nos moments de solitude ; et c'est dans l'aveu de cette fragilité que notre humanité se réconcilie avec nos peurs, nos doutes et nos espoirs secrets. » (Michel Cliquet)

- Quartier latin, de Flavia Cosma
« La poésie de Flavia Cosma agit sur le lecteur comme une alchimie sensuelle et mystique. Elle nous séduit au sens fort. Flavia chuchote à notre oreille les mots oubliés qui berçaient notre enfance, fredonne des comptines enchantées. Quartier latin est une fête tellurique étonnante où fées et lutins flirtent dans la forêt, où la mer et le ciel épousent la liturgie des âmes épanouies. L’amour et la mort, la nostalgie de l’être aimé trop tôt disparu, la transcendance, thèmes récurrents dans son œuvre, imprègnent la poésie de Flavia. Puisse le lecteur tomber amoureux de ce recueil dans lequel la poétesse se livre tout entière. » (Denis Emorine)

- L'inconnu cardinal, de Donia Berriri
Depuis le dernier jour, des voix de faille hantent les champs. Aussi, l'épouvantail s'en est allé, emportant dans sa fuite les corbeaux et l'été. Les mains séchées par l'attente des mûres, ils arpentent sans cadence les terres percées de tours vénusiennes. Des éoliennes de souvenirs perdus arrosent les plaines de leur vent défendu, les frêles idéaux assourdis par leur souffle continu.

- L’Amour de Madeleine/Die Liebe der Magdalena, de Rainer Maria Rilke
Après la publication des Cahiers de Malte Laurids Brigge (1910), Rilke séjourne en Afrique du Nord puis en Égypte. Lors de son retour à Paris, son fiacre est arrêté longuement rue du Bac, devant une librairie : c’est là qu’il fait la découverte d’une plaquette : L’Amour de Madeleine, « sermon anonyme français retrouvé par l’abbé Joseph Bonnet à la Bibliothèque Impériale de Saint-Petersbourg ». Rilke est bouleversé : « Découvert à temps, ce sermon français, écrit-il, m’eût épargné les Cahiers de Malte. Car ce texte court tellement dans la direction qui fut donnée au cœur de Malte en allant jusqu’au bout et dépassant de loin le pauvre "Brigge"  ». Dans l’enthousiasme il traduit sa trouvaille : « Ce texte, écrit-il à son éditeur allemand, devrait avoir la possibilité d’arriver en de nombreuses mains. » Il sera régulièrement réédité dans sa traduction allemande alors même qu’en France sa trace se perdait à nouveau.

-
Tant que les mots disent, de François Minod
On n’en est plus à écrire pour vouloir. Non, on en est à écrire pour pouvoir. Respirer.
On pourrait s’en tenir là tant ces phrases semblent cristalliser la démarche de l’auteur qui, de livre en livre, nous invite au pays des mots dits, tissant avec le lecteur un lien de complicité malicieux face à
« l’en deçà, à l’innommable”.
Rencontrer l'auteur sur notre page de l'équipe de Francopolis
Et Rencontrer sa poésie sur Francopolis, au Salon janv.2015


***

Événements...  15 mai et le 17 mai, ainsi que le 6 juin à Paris


- Des poètes-auteures aux éditions du Cygne

seront à l’honneur au Territoire du poème le 15 mai (brasserie François Coppée, au 1, bd. du Montparnasse, Paris 6ème, Métro Duroc
Séance de lectures des recueils de Donia Berriri, Denise Borias, Francesca Y. Caroutch, Florence Issac, Andreea Maria Lemnaru  et Dominique Zinenberg.

- François Minod...



Présentation du nouveau recueil de François Minod,
Tant de mots me disent, éd. Hesse
Lecture-signature que je ferai avec 2 comédiens au théâtre de l’Épée de bois à Paris, à l'occasion de la sortie de mon dernier ouvrage "Tant que les mots disent" (Editions Hesse)
La lecture sera suivie d'un pot de l'amitié.  Vous êtes tous bienvenus. Lecture-signature au Théâtre de l'Epée de bois à Paris avec 2 comédiens, le 17 mai à 20h

- Séance de lecture de François Bordes, Jérôme Villedieu et Dominique Zinenberg
au 115, rue de l'ourcq 75019 Paris, La lucarne des écrivains, le 6 juin

***
AVRIL 2015

Recueils


Fédérop :
découvrez cet éditeur occitan (sur le site : http://federop.free.fr/) et ses plus récentes parutions de poésie :

- Gabriel Mwènè Okoundji,
Chants de la graine semée, poèmes, 2014
- Moncef Mezghanni,
Le merle de la ville captive, poèmes traduits de l'arabe
  (Bernard Lesfargues, Odes et autres poèmes, 2014
- Peire Vidal,
Le Loup amoureux, édition bilingue occitan-français (Collection Troubadours), 2014
- Guillaume d'Aquitaine, Le Néant et la Joie, édition bilingue occitan-français (Collection Troubadours), 2013

Editura Vinea (le site)
une maison d’éditions dirigée par le poète Nicolae Tzone, à Bucarest, qui publie des poètes d’origine roumaine, en original ou en traduction française ; découvrez ses dernières parutions (2014-2015) :

lon Vinea,
Femme blanche s’appuyant à un arbre
Geo Bogza,
Poème invective / aux empreintes digitales de l’auteur
Angela Marinescu,
Le langage de la dispar1tion
Nicolae Breban,
Élégies parisiennes
Robert Şerban,
La mort paraffine
Gheorghe Grigurcu,
Une rose apprend les mathématiques
Dumitru Crudu,
Akvika
Silvia Goteanschii,
Dramaturgie des cordes luisantes

Revues
- Friches.
Cahiers de Poésie Verte : dernier numéro (n° 117, 1er trimestre 2015).
Sélection du sommaire : Seamus Heaney, grande voix contemporaine de la poésie celte ; poèmes de Alain Richer, Jean Péchenart, France Bourghelle Rey, Dominique Marbeau ; une chronique de Dominique Zinenberg au recueil Plongeon intime de Dana Shishmanian ; et un supplément en guise de présentation et dossier de presse concernant la parution du recueil : Dans les ruines de Jean-Pierre Thuillat, recueil chroniqué dans Francopolis par Dominique Zinenberg

- L’intranquille. Revue de littérature semestrielle éditée par L’Atelier de l’Agneau, en Aquitaine (elle relaie la revue Chroniques errantes et critiques), qui doit son nom à Pessoa et son « livre de l’Intranquillité ». De remarquable tenue graphique, elle publie dans son 7ème numéro (2ème semestre 2014) un dossier consacré à sept poètes italiens contemporains, des textes de poètes à découvrir absolument comme Anna Serra, Régis Nivelle, Laurent Gabriel Dura, Olivier Margerit, Patrick Le Divenah, Yve Bressande, Grégoire Cabanne, un hommage à J. C. Pirotte, des chroniques, ainsi qu’une enquête parmi les revues de poésie à laquelle répondent entre autre Décharge, Rehauts, Thauma, Kahel.

Événements
Montreuil-sur-Livre : samedi 11 avril,
sur la Place du marché à Montreuil (M° Croix-de-Chavaux), de 10h à 20h, on fait la connaissance d’une bonne trentaine d’éditeurs indépendants franciliens, dont L'échappée belle, Aux  forges de Vulcain, Les xérographes, Le temps des cerises, on rencontre des auteurs, on participe à des lectures, ateliers, et concerts.

Nouveau Blog : Le temps bleu,
animé par Roselyne Fritel

***

MARS 2015

- Mohamed El Jerroudi, Mémoire des temps futurs. Éditions du Cygne (Poésie francophone) 50p 10€.

« À travers la poésie de ce nouveau recueil de Mohamed El Jerroudi, nous découvrons tous les signes d'un monde menacé de destruction. Celui des faux prophètes, des guerres réelles ou latentes, du mensonge, de l'absence d'amour et de fraternité, de l'extinction de toutes les valeurs véritables. (…).

Ouvrir les yeux et les oreilles sur la mer et les vagues, marcher les pieds nus dans le sable qui crisse, écouter la musique du vent dans les montagnes, continuer la culture du jardin du père « qui n'a trahi personne » et de la mère qui « chantait comme un ruisseau sous un figuier », seules voies de rédemption et de survie. » (Jean Botquin)

- Francesca Y. Caroutch, L'or des étoiles. Éditions du Cygne (Poésie francophone). 68 p., 10 €.
« Poèmes inspirés, tout d'énergie spirituelle. Vous partez des choses plus énoncées pour nous conduire à la quête de l'Être. J'aime cette poésie cosmique et liée paradoxalement à la ténuité de l'instant. C'est une poésie en effet de passante, de nomade et qui se veut fille éphémère de la variété des heures et des saisons.
Il y faut beaucoup d'intuition et de sensibilité, et vous débordez de l'un et de l'autre. » (Salah Stétié)
Présence à Francopolis, avec un groupage au Salon de lecture de février (dont un des poèmes de ce recueil).

- Eric Dubois, Le cahier. Le chant sémantique. Choix de textes 2004-2009.  Éditions L'Harmattan, Collection Accent Tonique (Poésie). 176 p., 17 €.
Composé de poèmes extraits de plusieurs recueils précédemment publiés aux Éditions Encres vives,
(dans la collection Encres blanches), ce recueil anthologique, dont le choix de textes revient à Nicole Barrière, constitue un ensemble « biobibliographique » permettant d’entrer dans la sensibilité du poète Éric Dubois pour découvrir et redécouvrir son cheminement en poésie.
Eric Dubois est né en 1966 à Paris. Auteur de plusieurs ouvrages de poésie aux éditions Le Manuscrit, Encres Vives, Hélices, l'Harmattan, Publie.net. Responsable de la revue de poésie en ligne Le Capital des Mots. Blogue : Les Tribulations d'Eric Dubois.

- Patrick Joquel, Vivre m’étonne et marcher m’interpelle. Images : Nathalie de Lauradour.
Éditions Gros Textes, 12 €.
« Au début du livre, les mots klaxonnent au milieu de la ville et la civilisation puis, très vite, on "s’ensilence".
L’auteur réfléchit et s’interroge, immobile puis marcheur, sur le sens des choses, sur le début et la fin du sentier, celui qu’il arpente et celui de la vie, la marche à suivre... (…) Et, de chemin en randonnée, on suit l’auteur et ses réflexions au milieu des saxifrages à fleurs multiples, gypaètes, mélèzes... Vous ne les connaissez pas ? Suivez le guide ! » (Robert Froger)

- Denis Heudré, Bleu naufrage - élégie de Lampedusa. Éditions La sirène étoilée, http://lasirene.etoilee.monsite-orange.fr/
« Des corps sont étalés par terre dans des linceuls en plastique. Des corps devenus choses, déposés sous nos regards blasés. Des femmes, des enfants, des hommes dont on ne saura jamais rien de leur vie, pas même leur nom.
J'ai voulu écrire et continuer de ressentir. Sans m'imposer de forme, ni de contraintes. Juste la poésie pour direction. Et puis en rien coupable, néanmoins témoin, tout ce bleu pour accompagner le malheur...
Ce recueil est ma modeste contribution à l'insurrection poétique que propose le Printemps des Poètes. » (Denis Heudré)

- Jean Dif, Sous les couteaux des horloges (2). Encres vives (n° 439). 6,10 €.
Suite du texte paru sous le même titre chez le même éditeur en 2010 (Encres vives n° 388), ce poème-fleuve est une introspection, une interrogation sur l’être et sur la parole, une quête de soi :
« Fils de la nuit / orpailleur des ténèbres / (…) je tamise le sable du ciel / j’accumule mon butin / pour l’ensevelir dans des signes / qui ne sont que les étoiles / d’un fil de fer barbelé ».
Jean Dif a commencé à écrire très jeune sous le double patronage du surréalisme et de l’École de Rochefort. Il a publié une dizaine de recueils et collaboré à de nombreuses revues de poésie. Il est également traducteur de poètes hispanophones (Santiago Montobbio, Luis Benitez).

- Dominique Sampiero, Avant la chair. Le Passeur éditeur, 2015 (collection Hautes Rives). 111 p.
Ce premier ouvrage de la collection « Hautes Rives » interroge le silence qui a baigné l’enfance du poète, comme si le silence était une façon d’aimer, d’être là, être avec, rien d’autre. De façon originale, un carnet de lecteurs de tous âges et de tous milieux accompagne la prose de l’auteur et offre une multitude de regards sur son œuvre. 
Écrivain et scénariste (notamment de Bertrand Tavernier), Dominique Sampiero est l’auteur de nombreux recueils de poèmes, livres jeunesse et romans parmi lesquels Le Ciel et la Terre (2001), Les Encombrants (2009), Bégaiements de l’impossible et de l’impensable (2012), La vie est chaude (2013).

-
L’insurrection poétique. Manifeste pour vivre ici. Anthologie établie par Christian Poslaniec et Bruno Doucey. Préface de Bruno Doucey. Éditions Bruno Doucey, février 2015. 256 p., 19 €.
Cette anthologie publiée pour la 17ème édition du Printemps des Poètes se veut un « manifeste pour vivre ici », selon l’expression d’Éluard, manifeste en faveur d’une vie intense et insoumise, celle que réclament les poètes, ces voleurs de feu. Une insurrection permanente de la conscience contre tout ce qui simplifie, limite et décourage. Le cri de cent-dix poètes, français ou étrangers, adeptes d’une parole levée, qui n’a jamais vraiment renoncé à changer la vie.

Événements MARS 2015
- En ce mois de mars, agité par un Printemps des poètes… insurrectionnel, et mondialement déployé au Salon du livre, tous les jours il se passe quelque chose ! Ici, juste quelques annonces en Île-de-France extraites au hasard.

- Vendredi 6 mars à 19h30, à l’Espace Andrée Chedid (60 rue du Général Leclerc 92130 Issy-les-Moulineaux, à 2 minutes à pied du métro Mairie d’Issy, ligne 12) : Soirée de lancement placée sous le signe de l’insurrection poétique, en présence des poètes de Poésie sur Seine et de Marcelle Rosnay (en hommage à Jean-Pierre Rosnay). Organisateur : Etienne Orsini.

- Vendredi 13 mars à 20h, à la Maison du Citoyen et de la Vie Associative de Fontenay-sous-Bois (4, Esplanade Louis Bayeurte, RER A plus bus): Café Poésie - 17e printemps des poètes - l'insurrection poétique : scène ouverte aux orateurs, diseurs, bateleurs, vendeurs de vers au mieux disant, danseurs et tressauteurs, musiciens ou tireurs de bruit, bidouilleurs de sons et de sens, ceux pour qui la langue est un outil pointu qu'il ne faut pas laisser ouvert dans sa poche ... Organisateur : Patrice Cazelles.

- Événement de lancement : Mercredi 18 mars 2015 à 19h30 à la Mairie du 2e (8, rue de la Banque - 75002 Paris, M° Bourse ligne 3). L’insurrection poétique. Manifeste pour vivre ici. Anthologie établie par Christian Poslaniec et Bruno Doucey.

- Du 20 mars au soir au 22 mars, au « 91, Lieu improbable » (atelier d’artistes situé au 91, rue Sadi Carnot, à Bagnolet, 5 minutes à pied du terminus du métro Gallieni, ligne 3) : Ateliers d’écriture ; Rencontres et lectures poétiques en musique, avec entre autres : Anne-Cécile Causse, Andreea-Maria Lemnaru, Dana Shishmanian, des poètes de la revue Averse, Marie Volta, Régis Meimoun. Organisatrice : Alena Meas.

- Le 21 mars, à 17 heures, à la Médiathèque de Saint-Maur-des Fossés : (23 Avenue Henri Martin, RER A) : Lecture-récital qui accueillera aussi des animations musicales par des élèves du Conservatoire. Invité d’honneur : Pierre Kobel qui présentera l’anthologie poétique  Vive la liberté ! dont il est le co-auteur avec Bruno Doucey. Organisateur : Jacques Gautrand.

--------------------------------
**
FÉVRIER 2015
- Laura Vasquez, La main de la main
(Prix de la Vocation 2014),
chez Cheyne Éditeur, 64 p., 16 €
Extrait : Le soir garde notre salive dans sa petite bouche, il s'enfonce dans nos yeux, tu ne parles pas beaucoup, il s'enfonce dans nos joues, le soir, tes yeux sont fragiles, ils sont noirs, ils s'enfoncent dans la cuisine.
 Je pose un pot de miel, c'est la nuit sur la table.
Laura Vasquez édite, en collaboration avec Arno Calleja, la petite revue-feuille Muscle, signalé dans cette même rubrique de Francopolis.

**
- Renée, en elle,  Cécile Guivarch, aux éditions Henry
" Renée, mon aïeule. Devrais-je lui dire que je l'aime ou est-ce autre chose? Elle m'attire, m'empêche de dormir. Je la sens, chaque nuit, passer son souffle sur mon corps. Elle reste, plus ou moins longtemps, à me regarder, à m'effleurer, puis elle finit par pleurer. Ses plaintes, tantôt murmures, tantôt minces sanglots, s'immiscent entre mes lèvres. Souvent, j'entends l'orage, la tempête se déchaîner avec éclairs, tonnerre, pluie battante, torrents,boue et sang." D'autres extraits sont parus sur remue.net dans une première version.
Vous pouvez le commander auprès de l'éditeur ou encore, je serai présente au Salon du Livre, sur le banc de l'éditeur de 11h30 à 14h30 le vendredi 20 mars, Paris pour le dédicacer.

***
- Rhapsodie pour un Ange, Paul Durand Degranges
disponible à la librairie Gallimard de Montréal
Le livre sera disponible en France bientôt.

***
Evènements Au Territoire du poème
Après la séance du 23 janvier,
dédié au recueil
Fenêtre avec esseulement d’Ara Alexandre Shishmanian
(ci-dessous extraits du film réalisé à cette occasion) :



Jaycee,
Nadine Lefebure et Christian Deudon, lisant des poèmes d’Ara

La séance du 20 février après-midi sera dédiée à la maison L’échappée belle édition et à ses auteurs, dont : Florence Issac, Emmanuel Berland, Anne-Cécile Causse, Christine Schaller, Dana Shishmanian, Patrick Le Divenah-Brasserie François Coppée,1, bd. du Montparnasse, Paris 15ème -

VOIR aussi la sortie de l'album de Marie Volta - Chansons

Janvier 2015

RECUEILS

Le bleu des jours anciens.
Poèmes d’Eliane Biedermann. Photographies  de Baya Kanane
« En marge des saisons, qu’elles  soient celles de la nature ou celles du cœur, Eliane Biedermann dit, en creux, le monde tel qu’il va mal. Et ce n’est pas une poésie de propagande ou de justification, mais une poésie qui amène à réfléchir… » (Lucien Wasseline)
Éditions Caractères, 80 p., 15 € (décembre 2014).

Signes de vie.
Poèmes de Denise Borias
Dans ce nouveau recueil, Denise Borias pose souvent la question des pouvoirs et des limites de l'écriture poétique. Elle relève ses zones d'ombre et ses fulgurances qui échappent parfois au poète lui-même. Elle tente aussi de capter de son mieux les « signes de vie » qui la relient encore au monde, à travers la nature et l'univers. Ils lui permettent de rebondir, alors qu'elle croyait « le moment venu » de passer vers ce qu'elle nomme pudiquement « l'autre rive ». Mais il est encore possible de « courtiser l'aurore »  et « À nouveau, battre des ailes, / Et s'éveiller goéland, / Trouer la vague, sans déserter le ciel ».
Éditions du Cygne, 50 p., 10 € (décembre 2014).
 ***
REVUES

- Comme en poésie.

Le numéro 60 de la revue de Jean-Pierre Lesieur, qui  fête 15 ans de vie héroïque et chevaleresque en pays d’embuches et d’aventures de Dame Poésie, publie entre autres : Danielle Allain Guesdon, Anne Blayo, Michel Passelergue, Jean-Baptiste Pédini, Christine Laurent, Jean Chatard, Jean-Marc Thévenin et Thomas Grison, Christophe Forgeot, Marina Nicolaev, Fabienne Alliot, Pierre  Chanal, André Nicolas, Christophe Petit, Werner Lambersy, Christian Degoutte, Claude Albarède, Véronique Joyaux, Eric Dubois. Dans les brèves notices de la Cité critique, signalons celle dédiée au recueil Fenêtre avec esseulement d’Ara Alexandre Shishmanian (Harmattan 2014, traduction Dana Shishmanian).

Interventions à Haute Voix
Le numéro 53 de cette belle trentenaire (présentée aux lecteurs de Francopolis à la rubrique Sites et revues) regroupe, sous la houlette d’Elianne Biedermann, des textes dédiés au souffle et à l’esprit, sous toutes ses incarnations… Parmi les nombreux contributeurs : Danielle Allain Guesdon, Eliane Biedermann, Anne Bouchara, Georges Cathalo, Marguerite Charbonnier, Guy Chaty, Marie-Josée Christien, Gérard Faucheux, Béatrice Gaudy, Nicole Gdalia, Rebecca Gruel, Colette Klein, Jacques Merckx, Isabelle Moign, Luis Carlos Pereira, Jeanpyer Poëls, Alain Quagliarini, Basiole Rouchin, Jeannine Salesse, Dana Shishmanian, Jean-Marc Thévenin, Jorge Ventura, Lucien Wasselin.


ESPACE ANNONCE 2013 -2014


Bombe voyage, bombe voyage par CeeJay
« Je suis une armée en guerre à moi seul. » Voilà ce qui, en une phrase, pourrait résumer ce recueil. Parfois drôle, souvent grave, il dénoue les chaines, et du poing, brandit les maillons uns à uns, « Pour en faire une ripaille digne des dieux anciens. » Modeste, il dit vrai pour vivre vraiment. Car ce recueil, finalement, est le reflet du poète. Il est son double condamné, celui qui crie par delà les barbelés.
« Attention ! Je ne suis pas un poète dangereux sinon pour moi et s’il faut me qualifier, même le mot poète est superflu ne reste que le mot "Résistant" ! »
Éd. maelström, 80 p., 8 € (novembre 2014). Lancement le 6 décembre à la boutique maelström à Bruxelles (voir ci-dessous pavé Événements).

Le rejoindre sur Facebook Francopolis


A Verse, revue remarquable par sa réalisation graphique (11 numéros parus à ce jour), et en même temps, maison d’édition (ayant publié entre autre le premier recueil d’Alena Meas, poète à découvrir dans notre sélection d’auteurs de décembre).
L'idée de cette revue, appelée initialement Ricochets-Poésie, est née en 2007 à Prague, d'une rencontre entre deux étudiantes de Paris IV. C'est une réunion de « voix nouvelles », mais également de « voix multiples » d'origines diverses. C'est également une volonté de parler de poésie, à travers des critiques, des coups de cœur, des entretiens avec des poètes, hommes et femmes de lettres (dont Claude Vigée, Colette Nys-Mazure, Pierre Dhainaut, Guy Goffette. Présentation par Michel Baglin sur son site Texture.
9 rue Bonnevin Carré, 77130 Montereau-Fault-Yonne
editions@a-verse.org ; revue@a-verse.org


M U S C L E est une feuille de papier pliée 4 fois qui fait 42 cm / 16 cm. Publiée tous les 2, d’une couleur qui change à chaque numéro : 2 textes et 2 auteurs .
M U S C L E, composée pliée et éditée, par Laura Vazquez et Arno Calleja.
Abonnements : 10 € par an
revuemuscle@gmail.com
Publié le 30 septembre 2014
ÉVÈNEMENTS - décembre 2014

  
Sam.4 déc... Club des poètes, à Paris (30, rue de Bourgogne, 7ème arr.) soirée de lectures poétiques en musique avec des auteurs de la collection Accent tonique de l’Harmattan: Maria Zaki, Marie-Lise Corneille, Ara Alexandre Shishmanian, Dominique Sutter, Rosemay Nivard, et Nicole Barrière 
Sam 11 déc. 2014 soirée de lectures poétiques en musique avec des auteurs de L’échappée belle édition :  Emmanuel Berland, « Du poète et de la poésie » - Anne-Cécile Causse, « L'Aube, après toi » - Florence Issac, « Un peu d'amour avant la fin » - Dana Shishmanian, « Les poèmes de Lucy » - Christine Schaller, «La Pianiste aux Doigts trop Courts »
***

Les 6 et 7 décembre 2014, à Bruxelles et Liège, la boutique maelstrÖm 4 1 4 
Fête sa 4ème année
d’activités : sorties de nouveautés, expo, lectures et musique ! - Performance d'ouverture de Vincent Tholomé avec David Giannoni et un texte écrit par Laurence Vielle pour Quatrième anniversaire de la Boutique!...et plus... Bombe voyage, Bombe voyage », poésies de CeeJay
maelstrom414@maelstromreevolution.org


NOVEMBRE 2014

 
Fissures d’été
Dominique Zinenberg

Une vraie obsession de la soif et du vide creuse comme des puits dans la chair délicate de ces poèmes d'amour, qui s'avèrent, à une lecture attentive, pas si spontanés que cela : ils témoignent d'un art consommé, nourri à des lectures répétées, accumulées en strates successives, des poètes du monde, depuis les antiques aux modernes, et de tous les méridiens. On déniche dès lors des clins d'œil, des allusions, des leitmotivs en boucle. Et le vécu, la sensibilité à fleur de peau, se couvrent comme d'une aura de signes à déchiffrer, tout en gardant intact l'urgence du dire, pour ramasser la « ciselure du temps ».

Éditions du Cygne3, Collection Le Chant du Cygne - Poésie, 60 p., 10 € (novembre 2014).

Arcanes
Andreea-Maria LEMNARU
Vêtus de rouge et de noir, les mots s’y changent en formules incantatoires pour tisser les sentiers d’un voyage initiatique dans les contrées oubliées du mystère.
Il nous faut voguer sur un fleuve de sensations avant d’atteindre l’Île où se rejoignent dans l’empire du Grand Œuvre, deux sœurs séparées à la naissance : poésie et métaphysique, éternelles prêtresses du sens. Andreea-Maria Lemnaru jouit du secret philosophal de convertir sa pensée en être. C’est l’une de ces gemmes que l’on pense impossibles, mais qui n’étaient qu’enfouies et tenues secrètes.

Éditions du Cygne, Collection Le Chant du Cygne - Poésie, 74 p., 11 € (novembre 2014).


Du poète et de la poésie
Emmanuel Berland

Contrairement à ce qu'on lit partout, la poésie n'est pas affaire de langue, ni de corps. La poésie a peu à voir avec la matérialité des choses. Elle nous est dictée par l'esprit, d'un lieu sans murs toujours mouvant toujours vivant, où s'élabore la réalité future qui vient à nous. Pour moi la poésie est une personne. C'est elle qui m'a éduqué et aimé. Je la reçois au cœur de la nuit, ou très tôt le matin, elle pose ses mots sur mon être à vif et me dépose parfois en d'autres temps d'autres lieux, où je m'y attends le moins.

L’échappée belle édition, Coll. Ouvre-boîtes - Poésie, 116 p., 14 € (octobre 2014)


Le sang bleu des méduses
Maël Gentgen
Le verbe est une méduse qui flotte dans l’écume d’un rêve, à la cadence des vers salés, et qui s’échoue parfois à l’isthme de l’imaginaire. Le sang bleu des méduses est un recueil d’encre marine, dans lequel les mots font voyager le lecteur sur ces petits embarcadères que l’on appelle « poème ». Un extrait : « noble est mon sang / bleu mon naufrage / ainsi je flotte / sous mon ombrelle / petit parapluie de sel »

L’échappée belle édition, Coll. Ouvre-boîtes - Poésie, 104 p., 13 € (octobre 2014)

La pianiste aux doigts trop courts
Christine Schaller

Écoutez-moi, je veux vous dire, vous parler. De la Pianiste, des autres, de moi, des gens. Et puis non, je ne dirai rien. Ou alors, seulement des mots sans sens, parce que seul le son fait sens. Les mots sont morts. Ma grand-mère aussi, mais ça c’est normal, vous pensez, depuis le temps ! Et puis nous aussi, un jour... mais pour l’instant on est là, alors venez, je vous invite au grand concert de la Pianiste aux Doigts trop Courts. Elle a des choses à vous silencer dans votre for intérieur, en toute intimité.

L’échappée belle édition, Coll. Ouvre-boîtes - Poésie, 71 p., 10 €
(octobre 2014)


D'ici et de nulle part
Yves Patrick Augustin

Profonde quête intérieure, l'écriture d'Yves Patrick Augustin est ancrée dans la mémoire et se conjugue entre silence et tendresse, nostalgies et déraison. "D'ici et de nulle part" est la voix de l'âme des exilés, des apatrides, des déplacés, des déracinés, des réfugiés, des déportés d'une île à l'histoire mouvementée.

L’Harmattan, Coll. Poètes des cinq continents, 74 p., 10,5 € (octobre 2014)


Amnésie
de Parhal

L’Art de Parhal tient à la puissance vibratoire de l’état poétique... Les images qu’il ramène de ses petites cueillettes me touchent au plus juste, rayonnent en échos au plus profond de ma nuit des temps... (Christiane Bodet)
Le poète et sa montagne
ont disparu au sommet
des impuretés

Éditions Unicité


Les poèmes de Lucy
Dana Shishmanian

&
Le Muscle de l'Étreinte
de
Loïse Lavallée

VOIR
VUE  FRANCOPOLIS
( nov.2014)


 NOTE 1. Les Editions du Cygne sont "l'éditeur du mois" selon la revue "Chemins de Lecture" soutenue par la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale.

OCTOBRE 2014

l
J’entends rire les djinns,
Karim Cornali,
éd. Encres Vives (2014)
textes inédits présentés au Salon de lecture 2013

Responsable de la page
Gueule de mots-Francopolis.net

Plus sur Karim et ses livres et sa Revue:

Il vit et enseigne présentement au Sénégal.

S’édenter la chienne
David Goudreault,
Pour son second recueil, David Goudreault s’est construit un univers poétique proche du quotidien. Ses images, qui portent le sceau de l’oralité, suscitent la complicité du lecteur qui se sent à la fois pris à témoin et confident. - Poète et musicien, anime des ateliers de création littéraire au Québec, notamment au Nunavik, ainsi qu’en France.
Premier Québécois à remporter la Coupe du monde de Slam poésie à Paris 2011
  - Éditions Écrits des Forges

Entendre sur You Tube son poème "Mal au monde"




Le dernier tableau sera rouge
Michel Côté
« Je cherche. Mes mains déplacent l'obscur. Tel un manuscrit qu'on déplie, la couleur s'allonge. Les pigments attachés à la terre, s'échappent de mes doigts. Alors surgit l'oeuvre en résidence. Une proximité avec la lumière de Bortoletti, marchand de Venise, avec la sensualité et la ponctuation des mots de Werner qui nomme à la main le silence de chaque chose...»

Ed. Triptyque


Si nous n'avions qu'une ombre
Lionel Gerin

« Il est grand temps d’être d’argile et d’osier
De modeler en nous des animaux sauvages
Qui iront perforer le jour
D’embrasser la souplesse qui seule peut dompter la pierre
 

Ed. Le nouvel Arhanor

Anthologie brève, trilingue - Les Cahiers de Val-David/Festival NoteBook/ Los Cuadernos
Au Québec où les langues du monde règnent tout en étant  égales. Dans cette anthologie, elles sont trois à se donner la main.Le français est ma langue maternelle; English is my mother’s tongue,  Y me gusta mucho la lengua española: quel bonheur de les retrouver toutes trois !
* subventionnée par le CLD des Laurentides
VOIR RUBRIQUES VUE
Pour Commander : Flavia Cosma, 1045, rue du Renard et du Corbeau, Val-David, Quebec, Canada, J0T 2N0.
ou son courriel. Le coût est $ 20.00 dollars Canadiens et les frais du transport sont $5.00 au Canada et $7.00 pour les autres pays.

Poèmes de Dana Shishmanian traduits en anglais dans la Revue Ragazine,
tirés du recueil, Plongeon intime,
éditions du Cygne 2014)
magnifiquement traduits en anglais par la poétesse canadienne 
Flavia Cosma, directrice du festival international de poésie de Val David (Québec)
Un grand merci à elle et à Mike Foldes, l’éditeur de ce riche magazine international
de création qui fête ses 10 ans en ce moment.

   

SPÉCIAL de la RENTRÉE - SEPTEMBRE 2014


FENÊTRE AVEC ESSEULEMENT
Ara Alexandre Shishmanian

Poèmes sélectionnés et traduits du roumain par Dana Shishmanian.

Fenêtre avec esseulement est le premier recueil en français publié par Ara Alexandre Shishmanian, historien des religions et écrivain, auteur de plusieurs études sur l'Inde védique et la Gnose, ainsi que de 14 recueils de poèmes parus en Roumanie.

Éditions L’Harmattan, Coll. Accent tonique - Poésie, 122 p., 13,5 € (juillet 2014).


TOUT ATTACHÉ
Philippe Guillerme
Philippe Guillerme publie ici son deuxième recueil, plus riche, plus abouti. Il a voulu poser une tentative d'attacher la "polis", notre cité en son état avec ceux qui sont mis à l'écart de la vie. Une quête personnelle qui prend des allures spirituelles, seule révolution encore possible pour tous d'après lui.

Éditions L’Harmattan, Coll. Poètes des cinq continents, 122 p., 13,5 € (juillet 2014


DES ASTRES ERRANTS
Hervé Bauer
Six textes percutants qui démontrent comment la poésie peut s’alimenter dune prose tranchée et mystérieuse. Mais s’agit-il vraiment d’un genre littéraire puisque le poète unit l’aimant de la mort avec le sou  e égaré, éclairé de la vie… L’arbre de vie et de mort est aussi un acte littéraire plein, reconnaissable entre toutes les nuits qui ceinturent la pleine lune.

Éditions L’Harmattan, Coll. Levée d'ancre, 120 p., 13 € (juillet 2014)


Bouria, des mots dans la tourmente
Denis EMORINE
« Les outils de Denis Emorine sont les mots. Il ne pourra jamais vaincre la mort, et il n'aura jamais la certitude de pouvoir améliorer la vie des générations présentes et encore moins futures (…). Malgré cela il s'entête, comme Sisyphe avec son rocher, d'écrire de la poésie pour défier la mort. Il continuera sans cesse à s'acharner à sa tâche sans jamais en voir la fin ni avoir la possibilité de vérifier son utilité. Tel est son choix et nous ne pouvons pas nous empêcher de l'admirer (…). » (extrait de la préface de Thor Stefansson)

Éditions du Cygne, Coll. Le chant du Cygne, 64 p., 10 €


La roue d'Olle
Florence ISSAC

La roue d’Olle mêle le chant du poète aux voix sensibles d’une nature bienveillante. À la recherche des signes qui se révèlent à l’Homme qui marche, les mystères de l’Art et de l’Amour demeurent impénétrables. L’émerveillement est au bout du chemin.

Éditions du Cygne, Coll. Le chant du Cygne, 74 p., 12 €



ENTRE ÉCLAIR ET PÉNOMBRE / Entre relàmpagos y penumbras
Maggy De Coster

Edition bilingue Français/Espagnol - Préface de Giovanni Dotoli
Les mots de Maggy produisent un état poétique, une création plurielle, une sorte de joie mystérieuse, un enthousiasme qui vient de l'observation de la vie, telle quelle est. Elle n'expose pas des idées, mais offre des sensations, des images, du merveilleux. Elle contemple les choses, l'espace et le cours du temps, comme il arrive dans une toile des peintres impressionnistes.

Éditions L’Harmattan, Coll. Accent tonique - Poésie, 72 p., 10 € (juin 2014)



MÉMOIRE D'OUTRE MONDE
Anderson Dovilas

« Maniant un langage poétique fait de ruptures de plans, d'images disparates, de glissades ludiques, de trouvailles provocatrices, le poète jongle en fait au-dessus d'un abime bouillonnant de lave : c'est le sang de son peuple, qui s'élève soudainement au détour des vers, tel une lame de fond, rasante et bouleversante, projetée par un océan en feu. Son programme littéraire est étroitement lié à un projet de société. » (4ème de couverture, Dana Shishmanian ; préface de Catherine Boudet)

Éditions L’Harmattan, 70 p., 10,5 € (juin 2014)


Une petite lettre à votre mère
Geneviève Huttin

« Révélée comme poète au début des années 80, elle est aussi auteur de proses poétiques attentives au réel intime ou collectif, de maintenant ou d’autrefois. Pour cela fait appel à l’histoire, la sienne ou celle des autres, la grande, la collective avec un H, une capitale. Quoiqu’elle écrive, qu’elle entreprenne c’est sa voix qu’on entend, singulière, incisive, qui se replie ou qui explore, qui se hasarde tout aussi bien sur le terrain de la philosophie dans d’étonnantes fulgurances que sur celui du manifeste, de la psychanalyse, soucieuse de « lever le masque », pour reprendre les termes de Walter Benjamin. » (Marie Etienne, rédactrice à La Quinzaine littéraire)

Éditions Le préau des collines, 80 p., 13 € (avril 2014)

          
           REVES & ANTHOLOGIES

APPEL AUX RIVERAINS. Les Hommes sans Épaules, 1953-2013

Il y a soixante ans, en février 1953, Jean Breton et Hubert Bouziges, deux jeunes poètes, publiaient une plaquette à deux voix : À même la terre, censée inaugurer une collection de recueils, ayant pour titre ce nom découvert avec ferveur, dans ses lectures d’adolescent, par Jean Breton : Les Hommes sans Épaules. Cette plaquette déboucha sur une collection de poésie contemporaine, mais surtout, sur la publication d’une revue éponyme, qui, soixante ans après, est toujours en activité.
Cette anthologie dresse un inventaire de soixante ans de poésie, au scalpel de l’émotion. L’anthologie Appel aux riverains rassemble des textes théoriques et des manifestes, dans sa première partie (car le débat d’idées a toujours trouvé une place dans la revue comme dans le groupe), et des poèmes dans la deuxième, afin de proposer, à travers 206 poètes, une lecture globale des Hommes sans Épaules. (Christophe DAUPHIN)
502 p., 22 €.

Les écrivains par la lucarne.

L’ensemble des textes et illustrations parues dans la Gazette de la Lucarne des écrivains de février 2008 à février 2010 : un patchwork de quelque quatre-vingts auteurs et autres artistes, dans une élégante présentation.
« Ces mots qui ont éclos dans des feuilles de chou il y a quelques printemps vivent leur floraison et vous offrent ici leurs fruits, de verbe ou d’images. Vous y lirez l’amour et la crainte, l’humour et le cérébral, le désir et le plaisir ; vous apprécierez ou vous vous ennuierez, mais vous passerez du riche temps et, à la fin, vous vous direz : si je mettais moi aussi la main à la charrue ? » (Armel Louis)

Paru le 15 juin 2014, 614 p., 25 €, disponible à la librairie ou par la poste.
La Lucarne des écrivains : 115, rue de l'Ourcq, 75019 Paris


L’éveil du myosotis

Anthologie de Jean-Pierre Béchu et Marguerite Chamon
Cet ouvrage est une anthologie de poésie, accompagnées de photographies et réunissant 108 poètes contemporains, rassemblés par Jean-Pierre Béchu et Marguerite Chamon.

Paru en juillet 2014 aux Éditions du Net, 482 p., 37 € (à commander sur le site et prochainement sur les réseaux de distribution par Internet)
(Parmi les auteurs : Karim Cornali, Dana Shishmanian, Ara Alexandre Shishmanian.)



Poeti d’Europa
Pour inaugurer le semestre italien de la présidence de l'Union européenne, l'Institut culturel italien de Paris a invité un poète de chacun des 28 pays membres à envoyer un sonnet. Ainsi, sous le signe de la parité des langues, il a été rendu hommage, lors d’une Journée de la poésie d’Europe (17 juillet 2014), à la diversité à la richesse linguistique de notre continent, à travers l'adhésion à une forme commune, le sonnet, symbole par excellence de la civilisation italienne et européenne.
Le livre réunissant ces œuvres, en original et en traduction française et italienne, est disponible sur demande à l’Institut culturel italien de Paris.

(Parmi les auteurs : pour la Roumanie, Ana Blandiana, avec un sonnet traduit en français par Dana Shishmanian.)

REVUE 17 secondes, no. 5 - revue numérique à lire sur calaméo - Elle a pour but de mettre en lumière
les auteurs d'aujourd'hui.

JUIN 2014  

SPÉCIAL LECTURE  ÉTÉ 


En avant première du marché de la Poésie de Paris, le recueil de Lionel GERIN
- Si nous n'avions qu'une ombre publié aux Editions Le Nouvel Athanor.

Il nous reste à chaque aube
Le coutre du rêve
Pour fendre le matin
Et une abeille
Pour refleurir le monde
Il nous reste l’Indien que nous fûmes
Avec le rouge au cœur
Avec assez de sang
Pour tracer sur le vent
Le signe qui ensemence la plaine


DANS MES VEINES, de Madeleine Lefebvre aux Éditions Vent d'Ouest, coll. Azimuts - (Québec) - Illustration Markus Åkesson.
Les autres sont des menaces,
des mystères dangereux,
des maladies contagieuses...
.....
On ne peut que les embrasser au fond.
Ou se vider les veines.
" C'est quoi le vrai parfum des choses ? Comment le savoir ? "


RÊVERIES AU PONT D'OYE, suivi de Métamorphose de la chair,
de Jacques Gauthier (Québec)

Ce 20e recueil de poèmes est le fruit d'une résidence d'écriture que j'ai effectuée en août 2011 avec d'autres auteurs au Château du Pont-d’Oye en Belgique.
Feuilleter le livre Entrepôt numérique

* Voir aussi les nouveauté aux Éditions du Noroît.



L’ALBUN MULTICOLORE – Louise Dupré (Québec) / Éditions Héliotrope
Inspirée par l’album multicolore que cette mère tant aimée leur avait offert, à ses frères et elle, avec une photo de couverture différente pour chacun (la très belle couverture du livre), l’écrivaine a construit son texte, les morceaux de puzzle se sont assemblés, et un véritable album de famille est né de sa plume.
" Même si le deuil nous conduit à une mémoire sereine,
il laisse toujours un halo de mélancolie
. »
Louise Dupré, auteure ((théâtre, roman, nouvelle, mais surtout poésie)...
Prix littéraire du Gouverneur général en 2011 pour son recueil de poésie:
Plus haut que les flammes -allant des chambres à gaz à la chambre de l'enfant...


Les imaginations de Luis Benitez, L'Harmattan-Traduit de l'espagnol (Argentine) par Jean Dif.
Belle présentation de ce recueil et extraits sur le site Recours au poème
à lire aussi sur ce site Au Bonheur de lire-Salon du livre de Paris 2014- pays à l'honneur l'Argentine, un poème de cet auteur :Mauvais Temps 
"Déjà le jour frissonne dans sa robe de soirée/Et la ville a mis son chapeau de pluie/.......

En un instant nul n'a plus de maison
Sous le poids du monde
Et le mauvais temps est une soeur morte
Qui entrouve les yeux."



René Rougerie, une résistance souveraine. Entretien accompagné d'un DVD, par Christian Viguié
Quelques mois après la disparition de René Rougerie en mars 2010, la retranscription de cette conversation avec l’un de ses poètes donne les jalons d’une vie de combats, de « résistance en poésie ».
Éditions Le bruit des autres, 2010, 120 pages + DVD de 26 mn, 18 €.

Depuis, le fils, Olivier, perpétue l’œuvre du père.
Chez Rougerie en 2014 :
- Laurence BREYSSE-CHANET : Limons (Variations), 12 € 
- Jean MAISON : La vie lointaine, 13 €
- Jean-François MATHÉ : La vie atteinte, 13 €
- Olivier DESCHIZEAUX : Au seuil de la nuit, 12 €



LE MORS AU CŒUR, par Isabelle Poncet-Rimaud
Retrouver ces traces d'un soi-même profondément enfoui, aller encore et toujours jusqu'à l'essence des mots, c'est ce que propose Le mors au cœur. D'emblée, on le sait, la morsure est devenue aiguillon, il y a comme une urgence à se mettre en route...

L'amour si vif parfois pourra-t-il entraîner le poète dans l'aventure de l'essor, lui permettre de déposer les valises et l'inviter à guetter la fenêtre ouverte ?... (Extraits de la préface de Monique Sacré)

Éditions du Cygne, Collection Le chant du cygne, 12 €, 76 p. (2013)



PARCELLAIRE DE PARADIS, par Hubert Fréalle
Après les parutions de Soudain la Nouvelle Artémis (2011) et de L’air au Petit Chevalier (2012), le recueil Parcellaire de Paradis complète une trilogie composée et tissée au fil des amours d’Artémis de Loire.
Parcellaire de Paradis est ainsi une invitation à renouer et à poursuivre avec un chemin d’écriture, et parfois de réécriture, sinuant à travers les parcelles d’une géographie personnelle, sentimentale et imaginaire, et se développant à l’intérieur d’un espace activé de signes…
L’échappée belle édition, Collection Ouvre-boîtes, 20 €, 217 p.



COMME UN DÉSERT DE ROSES, par Stella Vinitchi Radulescu

Avec constance et bonheur Stella Vinitchi Radulescu poursuit son cheminement poétique, forte d'une oeuvre trilingue pertinente et déjà importante. Peut-être afin de mieux pénétrer sa poésie construite de simples fragments fragiles, faut-il chercher dans le non-dit, l'espérance, telle une rose dans le désert.

Éd. L’Harmattan, Coll. Poètes des cinq continents, 13,5 euros, 126 p.



FILIGRANES, par Marie-Lise Corneille

Comme la silhouette des veines sous la peau évoque la royauté du sang vital mais discret ; comme les arbres d'hiver exaltent le grain lumineux du ciel ;
tels les filigranes des paroles, brèves, lapidaires, sculptées par le silence, affleurent la beauté voilée de notre univers.

Éd. L’Harmattan, Coll. Accent tonique - Poésie, 11,5 euros, 80 p.



TERRE FAE, par Dominique Sutter
Ce recueil est le troisième volet de la trilogie comportant Mirabilia (paru en 2010)
et Evangiles buissonniers
(2013, L'Harmattan, coll. Accent tonique).

Ce texte est au croisement d'une paix silencieuse, du feu de l'été et d'un monde fugace. L'ensemble s'est constitué sur la margelle du puits intime.

Éd. L’Harmattan, Coll. Accent tonique - Poésie, 11,5 euros, 86 p.



MOSAÏQUES, par Mireille Podchlebnik
Née à Paris en 156, auteur de plusieurs recueils de poèmes
(dont un signalé et cité à Francopolis, numéro de novembre 2013), Mireille Podchlebnik écrit une poésie de la mémoire, de la quête d’identité, et du partage :
 « Mots perdus / Dans les sables mouvants / Lettres éparpillées / Échos dans le silence ».

Collection de la revue Interventions à haute voix, MJC de la Vallée, 10 €, 56 p.


Voir aussi
NOTRE SPÉCIAL ÉTÉ ... LES REVUES

et à noter (dans la Revue Paysages Écrits, avril 2014 )
la particpation de 2 de nos membres Francopolis : Dana Shishmanian ( La Zoojungle) et Dominique Zinenberg, présente le recueil de Dana Shishmanian, Mercredi entre deux peurs.

Voir aussi  notre choix de lecture Mai 2014
ci-dessous

MAI 2014.





Magda Carneci
, Poète, essayiste, traductrice roumaine, publie aux Éditions Corlevour : Chaosmos, 2013 (71 p., 16 €).

Pratiquant une poésie visionnaire – comme le montrent ses recueils précédents, Psaume et Trois saisons poétiques –

Magda Carneci
propose dans ce nouveau recueil d’explorer deux pôles extrêmes du discours poétique : d’une part, l’élément « chaotique », désordonné, fragmentaire et prosaïque de la réalité perçue, et, d’autre part, la dimension « cosmologique » de l’ordre, de la géométrie et de l’intégration, à travers l’esprit, de l’être et du monde dans une nouvelle cohérence.




Nicole Barrière, Les larmes de Pasiphaë, Amazon, 2014 (108 p., 3,56 €).
Poésie
L’allégorie du personnage permet une traversée poétique de la solitude et de l’isolement dans le courant d’actualité des exils contemporains.

Qu’est-ce qu’être poète aujourd’hui ? un être hors du commun ? un voyant ? ce qu’on rapporte c’est qu’il n’est pas comme les autres : ermite , cheval de la folie, oiseau de l’espoir? Il affirme sa différence, il la clame, il vit aussi le drame, drame humain et singulier et drame de tous : il est solidaire par obligation, par nécessité d’être. Il n’est ni un fou, ni un monstre, c’est n’importe quelle femme ou n’importe quel homme que nous avons croisé ce matin sur le trottoir, son drame est le drame de la personne humaine devant l’emprise de la société, de la morale, de la pensée unique.




Anthologie de la poésie mauricienne
contemporaine d’expression française, textes réunis par Yusuf Kadel, préface Eileen Lohka, introduction Robert Furlong, éditions Acoria, 2014 (176 p., 16,50 €)

L’outil pouvant faciliter à la fois une vision panoramique, voire une lecture diagonale d’échantillons d’une production littéraire reste l’anthologie. Même si elle n’est jamais totalement exempte de directivité, l’anthologie reste un acte littéraire fondateur en soi, car, à travers elle, un auteur ou un collectif d’auteurs considère que telle ou telle somme de production littéraire est représentative d’un génie particulier et/ou reflète une maturité littéraire suffisante… En quelque sorte, elle est une vitrine rassemblant de façon quasi muséale ce qui mérite d’être pérennisé en bloc et qu’il convient de considérer comme emblématique.


François Peltre, Célébration, éditions l’Harmattan (162 p., 17,5 €)
Ce recueil propose une poésie nouvelle avec des textes électriques qui explorent les énergies dans ce qu'elles ont de brut ou d'élaboré et les saisit là où on les attend le moins, sous les ogives des cathédrales, sous les racines formidables des arbres ou sous les sabots d'un cheval...

La poésie s'assène comme un coup de poing ou chatouille comme une plume et se renouvelle d'être aléatoire et fluctuante. La poésie doit toujours exalter, souvent provoquer, refuser le joli et le lisse avec ces mots trop choisis qui glissent sur la surface des choses sans les nommer, sans qu’on se cogne à la présence formidable de tout ce qui émeut, remue, pue ou révolte. La poésie prend toutes les formes…




Yves Di Manno,  Terre ni ciel, éditions José Corti, 2014 (288 pages, 21 €)
Depuis une vingtaine d’années, et parallèlement à son œuvre « proprement dite », Yves di Manno développe une réflexion très singulière autour des questions que soulève la poursuite de l’aventure poétique moderne.

Les premiers résultats de cette enquête attentive et impliquée ont été recueillis dans « endquote » (Flammarion, 1999) et Objets d’Amérique (Corti, 2009). Terre ni ciel reprend cet arpentage sous un angle plus personnel, livrant même quelques fragments d’une «autobiographie de lecture » qui éclaire de manière inattendue le paysage contemporain, pour mieux souligner l’émergence d’une nouvelle invention de la poésie dont l’auteur voudrait faire percevoir l’exigence et la richesse.



Le corps de la lune de Flavia Cosma, traduit du roumain par l'auteur et Denis Emorine. Éd. Cygne
La poésie de Flavia Cosma offre une véritable palette de sensations diverses. La poétesse est sans cesse aux aguets d'un monde en ébullition que l'être humain oublie souvent de contempler. Flavia Cosma s'adresse aux éléments naturels en toute sincérité et simplicité. Avec elle, le merveilleux fait partie de la vie quotidienne : la lune sourit lorsqu'elle décroche les étoiles, les autobus ont un « souffle pesant », elle « joue à cache- cache avec le soleil »… Ici, la personnification est reine. Et pourtant, il ne faut pas se leurrer : la mort rôde, l'amour se dérobe même si parfois les dieux et les saints font des signes de connivence à l'être humain. Il suffit de peu pour que l'environnement de l'homme cesse d'être harmonieux.
Aujourd'hui avec, Le corps de la lune, Flavia Cosma nous invite une fois encore dans son univers riche de sa culture diverse.


Ainsi que, aux éditions L’arachnoïde (pas encore sur le site) :
- Matthieu Bénézet,
Le ciel c’est l’accident (FNAC)
- Thomas Chapelon,
Pulsation lente (FNAC)
- François Charron,
Mon prochain est un arbre (FNAC)

AVRIL 2014

  RECOMMENCEMENTS,  Hélène  Dorion, Ed. Druide (2014)


RÉSUMÉ
Comment nous abandonner aux vagues (rupture, deuil, maladie…) qui surgissent parfois dans nos vies et nous renversent, pour ensuite aller vers les recommencements auxquels nous sommes conviés ? L’écrivaine s’interroge, retourne sur ses pas, refait le trajet jusqu’à l’enfance.

Hélène Dorion a écrit plus de trente livres publiés dans une quinzaine de pays. Elle fait du langage un instrument puissant qui éclaire nos vies. Sa pratique et son enseignement du yoga participent du même désir de célébrer la beauté du monde, ainsi que notre capacité de transformation. Elle a notamment été récompensée des prix Anne-Hébert, Mallarmé, Léopold-Sédar-Senghor et du Gouverneur général du Canada.

tiré du site Éditions Druide

Lancement, Librairies Pauline 8 avril.

VOIR VENIR LA PATIENCE, Louise Warren, Ed. passage (2014)
Tournée vers l’horizon ou à l’écoute de la nuit, l’auteure laisse venir les formes, les objets, les êtres, les paysages comme autant d’apparitions, de présences. De l’intensité du vers au long poème, le recueil "Voir venir la patience" propose une expérience du temps dans des rythmes neufs et une avancée dans l’espace, qui s’ouvre dans la dernière partie au titre éponyme. tiré Éd. du passage

" Louise Warren convie le lecteur à un voyage dans lequel chaque mot, chaque ligne, chaque espace est source de sens. Telle une artiste-peintre, l'auteure rythme son récit d'images contemplatives avec musicalité et esthétisme."
(tiré du site Archambault)
 
Voir aussi l'article dans l'Action.com -
(Voir venir la patience, explorer les sensations humaines)

( Voir aussi dans cette Revue Francopolis avril2014, poèmes dans rubrique Coup de coeur,
 et quelques textes, Essai et Poésie, dans la rubrique Pied des mots.)


Découvrir le DERNIER ALBUM de Jean Perron
poèmes mis en musique : 
Le poème  Dans les pas du soir, se termine par un sonnet emprunté de Charles Beaudelaire intitulé, Recueillement (Les fleurs du Mal, 1857). SENSATION, un des plus célèbres poèmes de langue française, écrit par Arthur Rimbaud à l'âge de quinze ans.
Visiter son site pour l'écoute : Jean Perron


MARS 2014


Plongeon intime
de
Dana SHISHMANIAN

Faites attention, vous vivez en implosion permanente… la vie, le monde s'écroulent en vous à chaque instant, vous enrichissent et vous consomment en même temps, seulement vous n'entendez pas, ne voyez pas, ne tâtez pas à l'intérieur de vous… n'en avez pas l'habitude…

La poésie est une perception totale, multi-sensorielle, tournée vers le dedans, et qui emporte tout le dehors… N'ayez pas peur, plongez ! D'étranges beautés brillent dans les eaux noires
aux Éditions de Cygne

LANCEMENT VENDREDI 21 MARS A 15H30 
A LA BRASSERIE « LE FRANCOIS COPPEE » (1er étage)
1, Boulevard du Montparnasse M° Duroc

Un peu plus,  Lancement et  Bon de commande

Version papier et version PDF

Revue Kahel no. 2 Bon Voyage !

Karim Cornali,
nous livre cette fois, avec cette nouvelle sortie, les secrets surprenants du nom de sa revue dont il a souhaité faire un témoin sinon un partenaire du voyage, du vrai, celui qui vous change, qui vous fait grandir…
En même temps, le texte de présentation de ce deuxième numéro nous challenge sur la manière d’entreprendre un tel voyage. Allez le découvrir sur le site de la jeune revue, et profiter pour se la procurer, à partir du site également.
Déjà à noter parmi les auteurs : Jean-Pierre Béchu, François Szabo, Jean-Marc Gougeon, Marilyse Leroux, Paul Mathieu, Dana Shishmanian, Karim Cornali, Svante Svahnstrôm, Karim Abdellatif, Jean-Pierre Lesieur.
Et en lisant, n’oubliez pas de réfléchir à la question de Karim :
« Toi, mon ami voyageur qui connais le pouvoir alchimique de la route et ne crois plus au hasard, que me conseilles-tu de faire ? »

- Nuits de cartons  par Anick ROSCHI, aux Éditions, Le chasseur abstrait.
Les illustrations sont de Valérie Constantin. Y lire des extraits...
« Le XXIème siècle sera poétique - Ou ne sera pas ! » Lire aussi la chronique de Michel Host
- Le voyage des ombres, aux
Éditions du Cygne
La maladie de la chair, Bernard Noël,
aux
Éditions, Collection disilà
Édition bilingue - ISBN : 978-2-9544979-1-4


FÉVRIER 2014

fossiles qui gisent en mes rê
poèmes archéologiques par Guy Jean
Éditions Perce-Neige, Moncton, Nouveau-Brunswick, 2014

"
Par sa poésie lyrique, Fossiles qui gisent en mes rêves, propose une réflexion originale par laquelle le corps humain s’exalte dans ses rapports fusionnels avec la terre et ses origines. Voir plus dans Revue

Fleurs de vie en Écritudes Tome I
Patrick Delaplace-Trinquet (français)

"Toi lecteur dont la route passe en Sarthe, arrête-toi un moment, écoute, un homme te parle. Destin brisé ?
Il y avait une porte, il l’a entrouverte, le vent s’est engouffré, les larmes ont lavé les cieux et les fleurs ont germé. Il ne faut pas vouloir comprendre, il faut lire et attendre, glisser sur les lignes poètes comme on naviguerait sur une rivière, donner aux capiteuses essences des fleurs de vie, la chance de percer l’écorce de nos enfances pour les laisser pénétrer au cœur de notre aubier universel. Alors, pas à mot, au rythme des campagnes, du va-et-vient confiant des saisons, de l’humus en terreaux fertiles, il saura vous toucher, proposant une lumière contemporaine toute particulière qui, si vous le souhaitez, fera germer profondes réflexions en écho de coup de langue."

Patrick Delaplace-Trinquet est né à Paris en 1959, enfant maltraité, malade, abandonné aux soins de l'Assistance Publique à l’âge de deux ans, il fréquente durant 14 ans l'Institut du Cancer à Villejuif, en 1975 il en ressort définitivement guéris. En 1989, il est placé en invalidité en raison d’un grave accident du travail qui le laisse handicapé à vie. L’auteur est un autodidacte qui écrit la nuit quand la souffrance, les douleurs lui sont insupportables.

Visiter sa page sur Shopmybook
Au pays des Weskarinis  de  Jean-Guy Paquin (québécois), comprend des légendes algonquines, des documents d’archives inédits et des entretiens avec l’auteur sur la Petite-Nation, la Rouge, les lacs Simon, Gagnon, Nominingue et Viceroy. Un livre de grande qualité, illustré de photos de familles, d’artéfacts et de cartes anciennes.

Lire un peu plus dans la Rubrique Conte-Légendes et chansons
Larmes, cycle d’une femme-racine
Une passerelle entre les mots et la photo, incluant des segments sonores par Mélanie Rivet Sue Mills,
Les Éditions Neige-galerie,  en collaboration avec  Art Global.

Lire un peu plus dans Rubrique Revue - "Larmes",
récit poétique photo incluant des segments sonores.

JANVIER 2014

Nous venons tout juste d'apprendre la triste nouvelle du décès  de Jean Metellus, 
à la famille et amis, nos sincères condoléances.

En guise d'hommage à Jean Metellus - Le Nouvelliste en Haïti
par Jean Robert Leonidas

Voici un extrait d'un de ses poèmes

Quitterons-nous la terre sans Kirié et sans Te Deum ?
Feignons de croire avant de croire
Mais croyons quand même très fermement
Que nous sommes venus pour grandir
Plus que jamais grandir et grandir
Et même plus que de raison
Rendons à la vie ce qu’elle demande
Peut-être ne savons-nous pas encore lui parler

 (Jean Metellus, Souvenirs à vif (Haïti), Editions Henry / Editions de Janus, 2011, p. 44)

INVITATION
TERRITOIRE DU POEME
(fondé par Anne Stell ), animé par CHRISTIAN DEUDON,
nous fait l’amitié et l’honneur de dédier une séance à la revue en ligne FRANCOPOLIS et à ses auteurs.

Cette rencontre aura lieu à la brasserie « LE FRANCOIS COPPEE » (1er étage)
 1, Boulevard du Montparnasse, Paris 15ème, M° Duroc, le vendredi 31 janvier, à partir de 15h30.


je couche sur tout l'univers


"Le monde se glisse dans nos mémoires Les mots deviennent les échos construits de nos langues multiples"
Écrire les Yeux Bandés


Éducateurs, conférencer, spélologues, grimpeur... animateur atelier d'écriture et ex-membre de Francopolis...2004-11
PHILIPPE VALLET

présentera ses recueils:

" Je couche avec tout l'univers " et "Ecrire les Yeux Bandés" à la librairie LA TAVERNE DU LIVRE de NANCY le vendredi 14 février 2014 à partir de 19 h

Il sera accompagné de Véronique Bart, plasticienne et illustratrice des deux recueils.


- Sur le Web :
REVUE LITTERAIRE : TRANSLITERRA : et ses rubriques - ITINÉRAIRES CULTURELS-CONTES ROUMAINS-UNE CHANSON – UNE HISTOIRE-AUTEURS CLASSIQUES-AUTEURS CONTEMPORAINS-PHOTOS-LE COIN DU HAIKU-PHOTO HAIKU-CONCOURS “HAIKU LA FOTOGRAFIE”-RENGA

DÉCEMBRE 2013

La Levure Littéraire no.8 et Recours aux poèmes (sur le Net) et Arpa no.108 (sur papier), où vous découvrirez la poésie de Dana Shishmania.

Depuis, tout a grandi
, paru aux éditions Triptyque de Céline de Guise et Michel Côté s'est vu décerné la mention d'excellence à l'occasion de la soirée "Prix de la Société des écrivains francophones d'Amérique 2013, catégorie poésie.



ZIP LE LUTIN  par  Marie-Françoise Bongiovanni
 
Une sacrée aventure pour ce tout petit lutin que la curiosité va emporter au coeur de la maison des humains. Comment va t-il  s'en sortir? Vous le saurez en lisant cet album illustré avec des dessins enfantins mais des textes pour ceux qui aiment la lecture. En panne d'idée cadeaux pour les fêtes, Zip est là, album souple et coloré facile à manipuler pour les petites mains. Zip vous attend avec impatience, il a hâte de faire votre connaissance et celle de vos petits bouts.
Plus de détails sur le site de l'auteure
Voir sa présentation sur Francopolis par Éliette Vialle

NOVEMBRE 2013



Prix de vente pour ce numéro :
15 € + 3 € (frais d’envoi) ( France uniquement)

Danger Poésie, 53, rue Yves Klein, 06480 La Colle s/ Loup

CHEMIN DE POÉSIE
 LA VOIX DES AUTRES - No.6 – octobre 2013
Éditorial : André Chenet
Auteurs de ce numéro :  Dom Corrieras - Ghyslaine Leloup - Albert Anor - Christian Erwin Andersen - Diane Meunier - André Laude,  avec deux poèmes en souvenir d'André Laude de Norbert Paganelli et de Serge Mathurin Thebault - Emmanuelle K. - Abdelkrim Kassed (Irak) avec une introduction de Kader Rabia - Changer la vie : Lukas Stella - Salut l'artiste, présentation de Jean-Paul Ducarteron, artiste et poète - Pierre Godo - Pedro Vianna - Pascal Perrot  - Didjeko  et 3 poèmes en hommage à Didjeko - Christine Tréguier -
Danger Poésie : avec des poèmes de André Chenet, Jean Joubert, Kader Rabia et Agnès Schnell , puis Miguel Ángel Sevilla et Jean Revol, dessin au fusain et vient Le coin des Haïkus : Damien Gabriels et Gérard Le Gouic.


La Voix des Autres est éditée par l’association Danger Poésie
directeur de publication : André Chenet
directeur artistique : Dom Corrieras
traductions de l’arabe : Kader Rabia

Pour commander :
voixdesautres@wanadoo.fr
lavoixdesautres@gmail.com

ou via le site

Plus de détails sur le site :  DANGER POÉSIE


OCTOBRE 2013

- Abdellatif Laâbi, traversée de l'oeuvre, de Jacques Alessandra.
Editions de la Différence, 2008. 184 pages, 18 euros.
Jacques Alessandra, dans cette Traversée de l'œuvre, tente de discerner les lignes de cohérence, le sens et la permanence du travail d'Abdellatif Laâbi. Il pose le problème de " l'utilité " de la littérature et du rôle du poète aujourd'hui. Jacques Alessandra livre les clés de l'œuvre de Laâbi qu'il qualifie d'esthétique de la dissidence, mais à laquelle il refuse la seule définition de littérature engagée, restrictive à ses yeux, puisque écrire est engagement et l'écriture un " lieu d'errance utopique ". Plus sur Books Google

- Vous êtes mes aïeux de Cécile Guivarch , aux Éditions Henry

- Du soleil dans les orteils de Cécile Guivarch, chez La porte

**

NOUVEAUTÉS POÉTIQUES – recueil sortis en septembre 2013 chez L’Harmattan

- RÉVOLTE EN CORPS INCONNUS, Didyer Mannette
Révolte en corps inconnus est une bruine poétique qui coule sur l'Homme dans son universalité. On cesse d'être un être pour s'inscrire dans le poids du temps, des vies et des époques. Une poésie de douceur, de douleur, de volupté, d'amour et d'interrogation qui invite à se poser l'ultime question : qui sommes-nous ? Ce livre est un voyage de la Guadeloupe à l'Afrique en goûtant à l'Europe, on explore les continents et les chemins qui mènent à la vie.
(Coll. Poètes des cinq continents, 13 euros, 116 p., septembre 2013)

- ECHOS DE L'ÎLE, José Le Moigne
Maintenant que je suis sur le versant descendant de ma vie, celui où on se dit que tout virage pourrait être fatal, tout en apercevant, encore, en bas du précipice, la mer et ses promesses d'avenir / (...) Perdu entre ma science d'homme et mon désir d'enfance, j'en appelle au silence instigateur de mémoire / Faisant litière des exigences sclérosées, des abandons battus en brèche dans le jardin des certitudes.
(Coll. Poètes des cinq continents, 17,5 euros, 182 p., septembre 2013)

- MARRONNAGES, Michel Labonne
Marronnages regroupe des poèmes écrits à divers points du globe, au fil des voyages du poète. Poèmes écrits sur le vif, telles ces photographies en noir et blanc, sauf qu'ils transmettent des émotions fortes et des impressions sculptées dans la chair. Le lecteur est admis dans l'intimité d'une âme sensible, répondant à chaque soubresaut d'une planète qui, au fil des pages de ce recueil, lui paraîtra exiguë et fragile, un îlot balloté dans un univers brutal et chaotique.
(Coll. Poètes des cinq continents, 13,5 euros, 126 p., septembre 2013)

« D’une langue à l’autre » le 12 octobre 2013
à la librairie La Lucarne des écrivains, avec la maison d'adition, ARS LONGA
                      
C’est la 3ème soirée de poésie « D’une langue à l’autre », après celles de mars et de novembre 2012, consacrées respectivement à des poètes écrivant dans une autre langue que leur langue maternelle, et à des poètes traduits par des poètes.
Cette nouvelle soirée est consacrée à une maison d’éditions qui a fait de la traduction de poésie et des éditions bilingues un de ses piliers. Trois des auteurs et leurs traducteurs nous régaleront avec leurs textes et répondrons à nos questions. Nous espérons que cette manifestation suscitera le même vif intérêt que les précédentes, et que la Lucarne se transformera, une fois encore, en véritable « tardis », pour faire rentrer et voyager dans l’espace-temps de la poésie un public dense et enthousiaste.

 Invités :
Dorel VISAN, Denis EMORINE, Flavia COSMA, Christian TAMAS, Brandusa TAMAS, Delphine HASLE, Romain JOUFFROY.

Animateurs : Armel LOUIS et Dana SHISHMANIAN

Rendez-vous le samedi 12 octobre à La Lucarne des écrivains :
accueil du public à partir de 19h30, interventions de 20h à 21h30,
échange avec les auteurs autour de leurs livres, et autour d’un cocktail

La Lucarne des écrivains, 115, rue de l'Ourcq 75019 PARIS

(Métro Crimée), tél. 01 40 05 91 29


SEPTEMBRE 2013
Activité de nos membres sur le web

- Quelques poèmes de Michel Ostertag, amoureux de la poésie en regard avec la poésie amoureuse
sur le site Capital des Mots.
-
Une chronique de Dana Shishmanian sur le recueil "Mais qui lira le dernier poème" d’Eric Dubois,
sur le site Recours au Poème

Sortie de Nouveaux Recueils

- Chants de plume de Claude Vella, Éd. Edilivre-Aparis (format papier et numérique)
Texte de la préface : Claude Prouvost (président de Flammes Vives)
Texte de la postface : Pierre Vella (peintre et graveur)

« La poésie, ce sont des mots où chacun
d’entre-eux est une source de lumière
pour l’image du sentiment exprimé »  extrait sur Edilivre
- 20 ans, paysan, et… poilu de Jacques Dupé, passionné d’histoire, de généalogie et de poésie
aux Éditions Jacques Flament.
On suit l’itinéraire d’un paysan de 20 ans qui découvre la France avec la guerre. L’Histoire retiendra de cette Grande Guerre, première du nom, 20 millions de morts et blessés…

(…) ne vous faites pas de mauvais sang, car c’est d’un cœur léger que je pars.
(…) je reviens de quatre jours de tranchées et, rassurez-vous, je suis bien portant ! 
(…) dans les tranchées, on court très peu de risques...
Comme si de rien d'Yves Perrine, aux Editions La Porte
Commander directement aux Editions La Porte : Yves Perrine, 215 rue Moïse Bodhuin - 02000 Laon
En savoir plus sur cette maison d'édition....


JUIN 2013

ÉVÈNEMENT : 
- ESCALE POÉSIE ET CHANSON, avec les poètes Ira Feloukatzi, François-Xavier Maigre et les chanteurs et groupes Céline Ollivier et Et Maxence - 12 juin, rue Sorbonne, Paris - (Voir Invité au Salon Ira Feloukatzi)

- 14e FESTIVALde la POÉSIE de MONTRÉAL du 27 mai au 2 juin 2013.

- M
ARCHE DE LA POESIE  du 6 au 9 juin 2013



Sans toi, je n'aurais pas regardé si haut.
Tableaux d'un parc

Denise Desautels

" surtout – surtout – parce que tout récemment j’ai pris conscience qu’il était beaucoup plus qu’un lieu à côté duquel j’avais vécu. Qu’il était en fait ma maison, la maison d’enfance ou de famille que je n’ai jamais eue."
Extrait:
"Le parc. Maison de famille, d’attentes, de désirs, de rencontres, de faits, de fous. Maison forêt et fouillis."


Voir la fiche de l'auteur chez Éditions du Noroît


Sous la banquise
Serge Patrice Thibodeau


" Sous la banquise se décline en trois mouvements différents. Ces trois suites poétiques donnent à lire une certaine relation intime avec l’écosystème du littoral de l’océan Atlantique."
Extrait :
"et malgré la menace de la laideur et de la médiocrité, je continue mon interminable prière,
parce que, aucun moment n’est profane et tout lieu est sacré."

Voir la fiche de l'auteur chez Editions du Noroît

L'autre bout du ciel
Damien Gabriels

 Haìkus


« au coin du toit

la lune toute entière

dans la toile d'araignée »

Voir Éditions  Éclats d'encre  et Carnet d'un Haïjin

(sera au Marché de la poésie le 7 juin de 14h à 15h et de 16h à 17h30
Stand 304 (Eclats d'encre), place St Sulpice, Paris 6ème)

Efflorescences
Ismael Billy,
franco-égyptien
Michel Cazenave (Préfacier)

"Tout ce que je peux dire, c'est qu'Ismaël Billy se révèle un vrai poète.

Michel Cazenave"
"Ces Efflorescences méritent bien leur nom. J'ai admiré la qualité d'écriture, l'inventivité et la sensualité qui se dégage de ces textes. Bravo ! "
Robert Solé - Rédacteur en chef  Le Monde - Écrivain​

Pour commander ou lire des extraits : Voir le site ISMAEL BILLY
Poème"Debout" lu sur you tube

Petits livres de quelques 16 pages, cousus main et numérotés à 200 exemplaires, aux Éditions « La Porte »,
dirigée par Yves Perrine.
- Le cri des mères de Cécile Guivarch
- Wimereux de Ludovic Degroote
- Chambre 233 de Romain Fustier et plus... sur le Site (Terre à Ciel) avec lecture d'extraits.


MAI 2013
Gala de reconnaissance des auteurs de l'Outaouais animé par Carl Bernier (27 mai(



Mordre la nuit
Textes Jackie  Plaetovet
Gravures Danielle Berthet

"Brulure de l'absence
doublée du silence
des oiseaux

à peine le vent
pour bercer les famines."

Voir : Éditions SANG D'ENCRE et LE LITTÉRAIRE

* Jackie Plaetovet - Francopolis


ET UN CIEL DANS UN PÉTALE DE ROSE

Poèmes entrecroisés
Jacques Herman, Maria Zaki
Accent tonique - Poésie
POÉSIE

"Voyage au coeur des mots entre deux poètes contemporains. Deux regards sur le monde, féminin, masculin, africain, européen.

Voir sur
L'Harmattan : Édition papier et numérique

* Jacques Herman - Francopolis

EVANGILES BUISSONNIERS
Dominique Sutter

Le recueil évoque un archipel de brèves géorgiques, petits récits suscités par un lieu mi-sauvage mi-civilisé traversé par un pèlerin. Au cours de l'itinérance, le lieu se charge d'étrangeté qui se transforme en visions. De brèves en brèves, au-delà de leur clarté opaque, l'archipel révèle des noyaux de vérité. Entre embrasement et ascèse, la poésie s'empare de l'éphémère et de l'aléatoire.

Ce recueil s'insère dans une trilogie dont le troisième recueil Terre Faé est à paraître.
(Coll. Accent tonique - Poésie, 11,5 euros, 86 p., avril 2013) EAN : 9782343002064



OUVRIR LE XXIÈME SIÈCLE. 80 POÈTES QUÉBÉCOIS ET FRANÇAIS
Anthologie dirigée par : Robert Giroux, Danny-Marc et Jean-Luc Maxence

Les éditions Le Nouvel Athanor coéditent avec les éditions québécoises Triptyque une anthologie contenant 40 poètes français et 40 poètes québécois.  Le rapprochement a commencé vingt ans auparavant, quand Robert Giroux, directeur des Editions Triptyque et de la revue Moebius, a publié au Québec une anthologie de poésie française contemporaine.
Ouvrir le XXIème siècle fait entendre, d’une rive à l’autre de l’Atlantique, des voix trop souvent méconnues, des voix fortes et essentielles...
(Les cahiers du sens - Le Nouvel Athanor, 18 euros, 276 p., mars 2013)
ISSN : 116 3-0183


AVRIL 2013


Le dernier livre de lélio BRUN, À cor et à cri, est un recueil de poésie en trois cahiers, émaillés d’illustrations de Ballereau.
Les titres choisis pour ces trois parties parlent d’eux-mêmes : A cor et à cri, En parlant d’elles, En peu de mots…
Ce sont l’exil, l’amour, la nostalgie qui courent tout au long du livre. Le monde, la vie, la mort, le rêve et l’espérance témoignent de l’humanisme de l’auteur , toujours en poésie.

« Il nous faut peu de mots pour exprimer l’essentiel. » Paul Eluard, L’avenir de la poésie.

À cor et à cri / le poète proclame / l’ère de la tendresse.
Il annonce sans véhémence / la naissance imminente / d’un nouveau mond / sans grammaire ni tabou.

Lire quelques extraits (en pdf)

MARS 2013


POINTE ROUGE de Tristan CASSIR, L’Harmattan
Le poète qui n'aura pas été une seule fois au cœur de sa propre jungle dans le doute et l'extase ne peut avoir l'amplitude et l'introspection nécessaires au grand saut. L'auteur a pleinement compris cette vérité sans normes et sans filet de sauvegarde. Il nous livre dans ce premier recueil un mélange de scansion et de lucidité à vif, où l'image et sa circonvolution créent le sentier magique des aventuriers. La beauté sera rebelle à elle-même ou ne sera pas, semble clamer ce jeune poète.
(Coll. Levée d'ancre, 11,5 Euros, 94 p., janvier 201

SUR LE SEUIL, PROMIS, Ghyslaine LELOUP, L’Harmattan
Ne rien céder au froid. La nuit, cette amante de l'instant, me recentre sur ma condition d'humain(e), me rendant encore plus proche de ce qui vit, aime et souffre. Il est question dans ce recueil de passages : inlassablement, l'avancée se poursuit, vers une autre arche, un autre commencement. Nous, transformés de chaque franchissement. Jusqu'au dernier seuil. Mais il y a dans cette traversée des haltes habitables. Voici donc des poèmes de nuit et de lenteur.

(Coll. Accent tonique - Poésie, 10,5 Euros, 70 p., janvier 2013)


L'ECLIPSE DU TEMPS, Richard TAILLEFER, Éditions Dédicaces
« Peut-on parler d’une "nature intime" du temps derrière les rideaux des mots ? pour prolonger le temps
d’autrui dans ce monde, laisser l’empreinte fanée de son exil intérieur, "Toi qui n’es que poussière du chemin" ? L’éclisse du temps cherche les violons d’un orchestre impromptu "Dans la confidence de nos pensées / Pour étancher les larmes". Il faut toujours "Être à l’écoute / De la grande horloge / Qui trotte et se lave les mains / De ce temps qui te dépasse"
(Préface par Maria Nicolaev)
  (14,64 Euros, 140 p., janvier 2013)


COMME SI DORMIR, Laurence BOUVET Éditions Bruno Doucey
Le mot de l’éditeur : « Comme si dormir n’évoque pas seulement les circonstances qui lient de façon troublante la mort de sa mère à la poésie. Dans ce long poème, où se mêlent le chagrin et l’humour, la déréliction et un travail sur la langue, Laurence s’adresse à celle qui n’est plus. Son chant suit les méandres d’un bouleversement intérieur, dessine le cadastre d’une présence perdue. Et retrouve, sous le chaos des émotions, la langue miraculeuse de l’enfance. » (13 Euros, 80 p., janvier 2013)



AMALIA RESPIRE PROFONDÉMENT, Alina NELEGA (théâtre, traduit du roumain par Mirella Patureau), Éditions L’espace d’un instant 
Respirer, profondément, à en devenir plus léger que l’air et se libérer du sol. Un geste vital : l’effort  de rester en vie, de survivre dans des conditions irrespirables. Alors le dernier soupir devient un moment libérateur, la délivrance d’un long cauchemar. Dans un style simple et direct, traversé par une poésie intense et noire, Alina Nelega nous emmène entre petites histoires et grande Histoire,  dans un jeu permanent entre distanciation et identification, à la recherche d’un nouveau souffle.
( 10 €, 60 pages, novembre 2012)


COUPS PORTÉS, Cécile Guivarch, chez Publie.Net
Des noms et des histoires rassemblés en blocs de langue, légèrement râpeuse comme un patois de campagne... Une croisière pas de tout repos dans les zones accidentées des liens familiaux, "où sang veines familiales renversent coulent de mains en mains où ne pas étouffer ni taire", "un siècle ou deux de générations" et la guerre, et puis au moment du deuil : nœuds affectifs...  Bref, une langue avec ce goût de poésie brute, cet écho des sagesses et bêtises paysannes, une langue forte et belle...


 ÉDILIVRE.NET


Présentation de l'auteur

et Résumé de son Livre

Livre en différents formats :

 Livre Papier et Numérique

 Livre Papier

 Livre numérique


 



Événements

- À la Sorbonne, lundi 25 mars à 19h, Amphithéâtre Guizot - 17, rue de la Sorbonne - 75005 Paris (entrée libre sur réservation) :
Des nouvelles de Roumanie. Soirée de lecture et d’échanges sur la poésie roumaine d’aujourd’hui avec certains de ses protagonistes, invité(e)s du Salon du livre : Doina Ioanid, Marta Petreu, Constantin Abăluţă, Ioan Es. Pop, Rodica Draghincescu, Ileana Malancioiu, Linda Maria Baros et Dinu Flamand. Avec la participation Jan H. Mysjkin, traducteur.  Soirée organisée par la Maison de la Poésie de Saint-Quentin-en-Yvelines, dans le cadre de sa 6e Biennale de la Poésie / Poètes du monde / Aux Dires du poème...

-
Au Salon du livre, Paris, Porte de Versailles, du 22 au 25 mars :
Les lettres roumaines
Le pavillon central de 400 m², comprenant une librairie et un espace rencontres, permettra de découvrir de nombreuses œuvres de littérature roumaine (en langue française et en langue roumaine).
Les auteurs invités : Mme Ana Blandiana, Poésie - M. Radu Aldulescu et plus…suivre ce lien.

- Au Salon du livre Outaouais, (Québec) du 28 fevrier au 3 mars.
-Rencontre avec Lysette Brochu, Nicole Balvay-Haillot et Michèle Bourgon, partage de leur expérience en résidence d'écrivain à Vezelay en Bourgogne résidence d’écrivain (2 mars 17:00)... et plus d'activités voir Programmation.

- Journée Mondiale de la Poésie 21 mars-Printemps des Poètes
- RENCONTRE POÉTIQUE, 21 mars à la salle du Château Logue à Maniwaki,(Québec) organisée par la Bibliothèque.
- LE PRINTEMPS EN FÊTE DES FOUS DU LOUP, 21 et 22 mars, organisé par La Voix des Autres et Danger Poésie,


FÉVRIER 2013

Poésie féminine contemporaine de langue française (en hommage à Christiane Laïfaoui), anthologie réalisée par Jean-Claude Rossignol, éditions Librairie-Galerie Racine, décembre 2012. Le volume regroupe 26 femmes poètes de 12 pays différents et de 4 continents, parmi lesquelles Gabrielle ALTHEN, Aïcha ARNAOUT, Aminata BARRY, Paule BRINDEAU, Francine CARON, Colette KLEIN, Vénus KHOURY-GHATA, Maggy DE COSTER, Nicole GDALIA Patricia LARANCO, Nadine LEFEBURE Colette NYS-MAZURE, Bojena ORSZULAK, Cécile OUMHANI, Victoria THERAME, Élodia TURKI, et la regrettée Christiane LAÏFAOUI.
Plusieurs événements de lancement ont eu lieu, dont au Territoire du poème (rencontres organisées par Christian Deudon au café François Coppée, à Paris) le 18 janvier 2013, et au Café de la Mairie (Place Saint Sulpice, à Paris dans le cadre des Mardis littéraires de Jean-Loup Guérin), le 22 janvier 2013.

Voir article sur Patrimages

 
De gauche à droite, Bojena ORSZULAK, Francine CARON, Maggy DE COSTER, Jean-Claude ROSSIGNOL, Colette KLEIN, Rebecca GRUEL,
Patricia LARANCO, Victoria THERAME et Geneviève BUONO (crédit photo : Geneviève BUONO)

recherche Dana Shishmanian





JANVIER 2013


Tinu ou hymne à la poésie amazighe de Mohamed Ouagrar,
Voir l'article dans le
Journal Libération

« Il faut les mesurer
Les choses de la vie
Avant qu’elles ne partent
En éclats ou que l’outil
Fasse défaut
Il faut les border
Et bien jouter
Pour les conforter »
« igh ar isghal yan
ar tnt isghal
urta Iluzzant
urta yuDDr imiss
ig asnt ifrg
yut takrrayt
izmr tnt »



N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures, Éd. Mémoire d'Encrier,
est un recueil d’une grande tendresse. Surtout un immense cri. Comme si la tendresse et la poésie se trouvaient médusées devant l’éruption d’un volcan. Natasha Kanapé Fontaine dévoile son visage de poète et de femme innue. Elle aime. Pleure. Crie… pour venir au monde, une nouvelle fois. Née à Baie Comeau (Québec), elle est Innue de Pessamit. Elle vit à Rimouski. Poète, peintre...

Des soleils
se relèvent
sur le pays de ma naissance

nipimutenam

il y a l'été comme il y a des réserves
entre nous.

Plus, sur Francopolis : Coup de coeur-Janvier 2013



Espace Annonce : 2012

DECEMBRE 2012


finaliste : Prix du Gouverneur Général 2012
Coeurs, comme livre d'amour, Hélène Dorion, ed. de l'Hexagone

Coeurs, comme livres d'amour rappelle la précarité mais invite à l'union, ouvre un espace où l'ici est un tourbillon d'intensités qui nous porte au-delà d'une rupture originelle avec le monde. Dans cette clairière, le coeur est un lieu de transformation qui permet d'éprouver la capacité d'aimer, ce fondement de nos vies.


Extraits
Le fleuve qui remonte vers sa source
le jardin de nos gestes
et paroles qui ne s’achèvent

le ciel qui ne se fane, la soif qui ne s’oublie
les ombres qui ne pèsent, le temps
qui ne se ferme.

Tu m’as donné ce monde, – un monde
qui ne cesse.


 Visiter son site :Hélène Dorion, poète du Québec - Disponible sur Amazon


Gagnante : Prix du Gouverneur Générale 2012
Un drap. Une place de Maude Smith Gagnon, ed.Tryptique

Texte en prose poétique  qui décrit  des expériences ( de lieux, de paysages, de rencontres) Le recueil  parcourt différent lieux : Natashquan,  Le Viêt Nam, Montréal et cherche à mettre en valeur le caractère commun de ces lieux. Voir les commentaires du jury et sa note biographique sur le site Conseil des arts.

Extraits :

Pourquoi ce besoin. Que tu saches qu'hier, par exemple, je me suis assise sur un bloc en béton, qu'il s'est mis à pleuvoir et que je suis restée là, à simplement regarder ce qu'il y avait devant moi. Une rue, un immeuble et une porte, avec des gens qui entraient ou qui sortaient.

Disponible sur Amazon


NOVEMBRE 2012

Flavia Cosma, poétesse, auteur et traductrice canadienne d'origine roumaine vient de paraître : Le miel trouble du matin , poèmes, Editions L’Harmattan, (traduit du roumain par Denis Emorine, en collaboration de l’auteur)
Elle nous invite une fois encore dans son univers riche de sa culture diverse.

La vie sans fards de Maryse Condé, éd. JC Lattès, il ne s’agit pas seulement d’une Guadeloupéenne tentant de découvrir son identité en Afrique. Il s’agit d’abord et avant tout d’une femme aux prises avec les difficultés de la vie. Elle est confrontée à ce choix capital et toujours actuel : être mère ou exister pour soi seule.
Lire le compte-rendu du poète québécois,
Robert Berrouët-Oriol dans la Revue : Le Nouvelliste


Réservez dans vos agenda, le samedi 24 novembre à partir de 19h, à la librairie La Lucarne des écrivains (M° Crimée – Paris 19ème), avec : Flavia Cosma,  Denis Emorine, Nina Zivancevic, Geneviève Huttin, Ara Alexandre Shishmanian, et Dana Shishmanian animera la rencontre. Nous interrogeons ensemble des poètes de langue étrangère et leurs traducteurs en français, nous écoutons le chant d’origine et sa transposition, nous tâchons de scruter le mystère de cette « trahison » fertile qu’est la traduction, qui, en disséminant des textes poétiques autrement inaccessibles ailleurs que dans leur propre jardin, les font germer et produire des fruits inattendus sur les terroirs de la langue d’accueil.
Merci à Armel Louis, le grand ami des poètes et de la poésie, pour accueillir cette soirée dans sa librairie !


=======

OCTOBRE 2012

- Jean-Marc LA FRENIÈRE,  "J’écris avec la terre", Éditions Chemins de Plume - Voir l'annonce

- Cristina Castello, "Le chant des sirènes/El canto de las sirenas"
et André Chenet, "Secret poème", Éditions Chemin de Plume (publication simultanée) Voir l'annonce  



Vient de paraître aux Éditions du Noroit, "les chairs étranges, suivi de Bleu Soudain de Catrine Godin.
Recueil construit comme un oxymore : conjuguer le grand cadeau de la pensée de Virginia Woolf qui veut que « chacun recèle en lui une forêt vierge » avec le souffle de Jack Kérouac... lire la suite sur Dimedia.com

Plus surle site Le Libéré

Son livre
est disponible chez Renaud-Bray.com, Archambault.ca,
Catrine Godin vit au Québec.
Vous la rencontrerez en passant par : Trajectoires vers l'incertain
un détour par Mes corps bruts et sur Francopolis et sur Facebook.


Septembre 2012

Analyse, clin d'oeil, rencontre poétique, chimie des mots dans la présentation du recueil  Mercredi entre deux peurs de Dana Shismanian par Françoise Urban-Menninger


Juin 2012


ISBN : 978-2-296-56279-0 • décembre 2011 • 114 pages
ou version numérique
MERCREDI ENTRE DEUX PEURS
Dana SHISHMANIAN
Accent tonique - Poésie
POÉSIE -L'Harmattan


"...tu guettes des battements d'ailes / de papillons / tu attends qu'une musique s'insinue / qu'un mot se présente à la porte / parfois personne / juste l'attente / et de là naît une fleur qui contourne le non-dit / oui le vrai contenu est toujours absent / et pourtant..."

Dana Shishmanian, membre de Francopolis, sera en signature au 30eMarché de Poésie, Paris, au  stand de L’Harmattan vendredi 15 et samedi 16 juin de 16h à 17h30. Venez la rencontrer !
Évènement : "Accent Tonique" sous la direction de Nicole Barrière à 19h, à l'Espace Harmattan le 16 mars 2012

Sa présentation chez L'Harmattan
voir aussi chez Francopolis: Membre et Libre parole à...

et ses textes au Salon et notre librairie


Tête de poivre de Nadia Chafik

Illustration : Marie-Christine Rocher
Prix : 80 Dhs - 18 €
Édition: 
La croisée des Chemins
Présente dans la librairie Francopolis

Denis Emorine
sera au stand 509

au Marché de la  poésie de Paris,
samedi 16 juin, de 13 à 14:30
pour la signature de son nouveau recueil chez Le Nouvel Athanor


50 rue du Disque – 21-4PB –
75013 Paris
L’exemplaire : sur place : 14 E – franco de port 15 E (Chèque à l’ordre de : Le Nouvel Athanor)


MAI 2012



 Mme Pilar Schweisguth, Thierry Cazals, Christophe Caulier et les éditions Pippa
vous invitent à rendre hommage à Juliette Schweisguth
dite "Clochelune" (1973-2011)
lors de l'après-midi et de la soirée de présentation
de son livre de haïkus publié à titre posthume : Mon ombre épaisse et lente
le jeudi 10 mai 2012  de 15 h à 21 h
à la librairie Pippa 25, rue du Sommerard - Paris 5e M° Cluny la Sorbonne
01 46 33 95 81 -
www.pippa.fr



Voici quelques photos prise lors du lancement... merci Thierry pour ces photos. /gt


pour commander
No.5 Cahier Spécial Angye Gaona
La Voix des Autres  s'engage lucidement dans les maquis de la poésie. Le Cahier central est consacré et dédié à la poète Angye Gaona qui, après avoir été emprisonnée quatre mois en 2011, se trouve en ce moment même en liberté conditionnelle. Elle attend d'être jugée dans un contexte très particulier qui est celui d'un pays, la Colombie, où toute opposition des citoyens fait d'eux des terroristes ou des criminels en puissance. Des populations (indigènes, le plus souvent) ont été déplacées, des gens disparaissent, des escadrons de paramilitaires et fascistes terrorisent le peuple avec la bénédiction du gouvernement et la complicité de l'administration US qui les soutient et juge cette situation tout à fait soutenable selon les critères sécuritaires de la démocratie yankee. Angye est devenu malgré elle un symbole vivant parce qu'elle refuse de fermer les yeux sur les atrocités qui l'entourent. Elle aurait pu rester tranquille, publier ses poèmes et répondre à des invitations prestigieuses. Sa voix admirable de poète consciente est non seulement devenue celle de son peuple mais aussi celle de toutes les femmes et les hommes qui ont à subir une répression sans autres raisons que de maintenir des croquemitaines affairistes au pouvoir... ( extrait de l'éditorial par André Chenet)



Les chants sans voix, aux Editions " Encres Vives ", 2012.
de Patrice Farre
Le silence et le mot, l'un et l'autre sont à écouter. C'est un chant autobiographique, humain qui existe - dans la ville comme à l'intérieur de soi - prêt à prendre chair ou à disparaître. En tout, vingt-deux textes.

Michel Cosem, se fera un plaisir de prendre en compte votre demande à : ENCRES VIVES, 2 Allée des Allobroges - 31 770 COLOMIERS.

Prix : 7,50 € (Port compris au tarif vert de 1,40 €).
Ou contacter l’auteur : Patrice Farre


Avril 2012


 Regards de soie de Laurent Fels - Mena Sae-Chan, aux éditions Poiêtes.

Tracer dans le loess des vastes étendues asiatiques le trait oblique d’un idéogramme inachevé, c’est plonger au coeur du mystère qui entoure deux cultures lointaines et pourtant en relation étroite. Là où le mot écrit s’efface au profit du silence qui en élargit la portée, une méditation s’amorce entre les contours qui séparent l’absence de son reflet intime.

Le présent ouvrage est une édition trilingue (français-anglais-chinois) rehaussée de photographies en couleurs de l’artiste chinoise Mena Sae-Chan.


Traduction anglaise : Jean-François Sené ; traduction chinoise : Yasha.

Prix : 30,00 euros
(+5,00 euros frais de livraison)

Éditions Poiêtes

Mars 2012

JULIETTE SCHWEISGUTH -CLOCHELUNE




*************************************************************

                                                                                                                         (André Chenet)
Le programme détaillé du festival de poésie -LES FOUS DU LOUP-
ainsi que le plan des lieux où se dérouleront les rencontres est accessible sur:
Agenda poetique06



Rencontres entre Poètes Francophones

à la Lucarne des écrivains,
Samedi , 31 mars 2012, à partir de 19h

( 115, rue de l'Ourcq 75019 PARis)

Dana Shishmanian organise à la Lucarne des écrivains une rencontre entre poètes francophones de différentes origines, pour rendre compte de l’expérience du passage au français comme langue d’écriture, à partir d’une langue maternelle autre, avec tout ce qu’un tel passage embarque comme ruptures, exil, découvertes... Participeront des poètes ayant publié pour la plupart chez L’Harmattan dans les deux dernières années : Patricia Laranco, Abder Zegout, Louisa Nadour, Kamal Zerdoumi, Marie-Louise Diouf-Sall, Mattia Scarpulla, Sebastian Reichmann, Dana Shishmanian ; le rôle de modérateur et orchestrateur de cette rencontre sera joué par Denis Emorine. 



Parution de AUX DIRES DE L'ÉCRIT aux Editions Chèvre Feuille Etoilée
signature dimanche 18 mars 16h-17h Salon du livre de Paris, Porte de Versailles - Hall 1 Stand U5
Visiter son site


Photo de l’artiste Said Aoubraim
Abdelkhaleq JAYED,
MUSIQUE DE PIERRES, préface Philippe LEHU

Taillée dans la chair, cette épopée mêlant individu et patrie, deux destins marqués qui répondent, correspondent et communient dans le sentiment de la menace qui guette, se révèle au fi l des souvenirs tour à tour sombre et lumineuse, coutumière et vaguement hallucinée, rageusement nostalgique d’un monde pur et sereine malgré tout, faite d’étonnements et de doutes à l’élan si ardent et si ouvert sur l’espoir.
La voix du poète, écorchée, révulsée par un risque imminent qui pèse comme une épée de Damoclès, brode mythes profonds, parfois rêvés, et souvenance tragique dans le but ultime d’atteindre « l’extinction » et transcender la fureur et la passion qui « dans la blessure de l’homme continuent de suinter ».

aux Éditions l'Harmattan.


FÉVRIER 2012


Gros textes

***********


Du  côté de Vésanie, Morgan Riet

C'est le premier de la collection "miettes de pain"

(70 pages au format 14 x 10 – orné de 12 collages de Matt Mahlen et préfacé par Jean-Claude  Touzeil  - 7 € (+ 1 € de port) publié chez Gros Textes

Rien n’indique
par trop
que la folie hante vos murs.

De la verdure, des arbres
qui égayent, çà et là,
des espaces grands ouverts
*******************************************************
CREUSER LES VOIX

Trois poètes venus de France, Sereine Berlottier, Cécile Guivarch, Philippe Païni et trois poètes de Suisse romande, Silvia Härri, Cesare Mongodi et Sylvain Thévoz, se sont réunis pour échanger autour de leurs textes et de ceux d’autres auteurs qui ont eu une importance particulière pour leur cheminement dans l’écriture.

Un recueil de poèmes de 84 pages au format 12x17 cm
tiré à 300 exemplaires sur les presses de l’Atelier du Grand Tétras
Couverture : Gravure de Françoise Weddigen
Prix de lancement : Fr. 20.- (15 €) jusqu’au 29 février 2012.

Souscription


À paraître aux éditions L'iroli : « LES HERBES M'APPELLENT »
haïkus de Niji Fuyuno et Ryu Yotsuya - préface et deux longs essais de Thierry Cazals sur ces deux poètes japonais que j'ai eu la chance de rencontrer.

Les éditions L'iroli proposent jusqu'au 7 mars 2012 une offre de souscription avec un tarif préférentiel :  Éditions L'iroli, 10 place du Plouy Saint-Lucien, 60000 Beauvais, France. Tel/Fax 03 44 45 90 61 – courriel


Thierry Cazals, son site

JANVIER 2012

Angèle Vannier

Préface de Nicole Laurent Catrice
Disponble sur Amazon.fr
Angèle Vannier (1917-1980), femme, poète, celte et aveugle, comme elle aimait à se définir, a publié ses recueils les plus importants aux éditions Seghers (Choix de poèmes et Le sang des nuits) puis aux éditions Rougerie (Le rouge cloître, Théâtre blanc, Ordination de la mémoire, Poèmes choisis).

On peut la situer dans la mouvance surréaliste et elle fut particulièrement appréciée par Paul éluard qui écrivit dans sa préface à L'Arbre à feu « Angèle Vannier préserve tout de l'ombre merveilleusement ».

Dites-moi vous, Juan est son dernier recueil, inédit dans sa totalité jusqu'à ce jour. Il répond à d'autres textes plus anciens parus dans la revue Nard en 1975. Tous les thèmes récurrents de l'œuvre d'Angèle Vannier sont là : Hercynienne aveugle et Œdipe, les femmes pendues de Barbe-Bleue et Jocaste, les loups... de velours, la servante et le château et les amours vécues, rêvées, revécues.
tiré de La part commune -  Son poème : Présence d'un château


Au sommaire de ce n° d’hiver, des auteurs bas-normands et puis bien sûr d’ailleurs !
  Antoine Bourg
Jean-Marie Cador
Chantal Godé-Victor
Catrine Godin
Alain Leylavergne
Murièle Modély
Vincent Motard-Avargues
Roger Noiseau
Henri Ouvrard
Morgan Riet
Carlos Tronco
& Philippe Simon (qui signe notamment la photo de couverture)

Les corps indécents par Guy Jean Raybaut, cet ouvrage a été sélectionné en coup de coeurs par les lecteurs et bibliothécaires de la plus grande Bibliothèque de Belgique à Bruxelles (Bibliothèque Laeken).



Voir les archives
2011-2004



 

-> Vous désirez envoyer une référence, un site, une reliance?

contact@francopolis.net

 

Créé le 1 mars 2002

A visionner avec Internet Explorer